La Flèche pour Dizzy Bizu : 1m49 de pure vitesse pour Peter Savill et Stéphane Wattel

06/06/2021 - Actualités
L'important Prix La Flèche a mis à l'honneur Dizzy Bizu, et la casaque de l'anglais Peter Savill. Ancien vainqueur du Jockey-Club avec Celtic Arms, ce passionné a récemment commencé à élever en France au Haras du Logis St Germain. Dizzy Bizu, première née en France, a été confiée à Stéphane Wattel, qui n'a jamais eu une pouliche aussi petite : 1m49 au garrot !

Stéphane Wattel et Thép Bachelot tout sourires aux côtés de la minuscule, mais très rapide, Dizzy Bizu (APRH)

 

" Je crois que je n'ai jamais entraîné un cheval aussi petit : elle mesure 1m49 ! ". Un large sourire s'étale sur le visage de Stéphane Wattel lorsqu'il confie ceci à nos confrères d'Equidia suite à la belle victoire de Dizzy Bizu dans le Prix La Flèche (listed), une étape toujours importante dans le programme des 2 ans en France. Si elle n'est plus la première listed pour les jeunes, puisque le Prix des Jouvenceaux et Jouvencelles de Vichy a été décalé début mai, cette listed révèle souvent le ou la meilleur(e) 2 ans du premier semestre. La minuscule bolide Dizzy Bizu s'est imposée en à peine une minute sur la ligne droite de Chantilly, montrant une vitesse naturelle et une volonté de gagner qui vont bien au-delà de sa petite taille...

 

 

 

Très adroit, le deauvillais Stéphane Wattel a cette année une belle génération de 2 ans selon ses dires. Il n'est en tout cas pas l'entraîneur que l'on a l'habitude de voir au départ des premières belles courses pour les jeunes chevaux, mais tient ici une pouliche dans le moule du dragster précoce et rapide, qui est désormais invaincue en 2 sorties. Dizzy Bizu lui a été confiée par Peter Savill, un propriétaire et personnage extrêmement connu dans le monde anglo-saxon des courses, et qui n'avait pas eu de partants en France depuis 2010 avant Dizzy Bizu. Avec les primes pour la jeune génération et notre système d'allocations envié par nos voisins d'outre Manche, Peter Savill a franchi le pas d'élever en France au Haras du Logis St Germain. Dizzy Bizu est ainsi sa première "made in France", et lance une nouvelle ère de la meilleure des manières pour son propriétaire anglais. 

 

Peter Savill (avec les lunettes de soleil) connaît bien Chantilly pour y avoir gagné le Jockey Club 1995 avec Celtic Swing (©Getty)

 

Chantilly et cette réunion du premier week-end de juin rappellent de grands souvenirs à Peter Savill. Le meilleur cheval qu'il ait jamais eu, Celtic Swing, avait remporté l'édition 1995 du Jockey Club, s'imposant devant un certain Poliglote. Ce champion à 2 ans, gagnant du Racing Post Trophy, était cependant entraîné en Angleterre par Lady Herries. Maintenant qu'il élève en France, Peter Savill a aussi décidé d'entraîner ses troupes sur place... Après tout l'hexagone lui réussiT à merveille ! C'est d'ailleurs à Deauville, là où Stéphane Wattel entraîne, que la mère de Dizzy Bizu avait fait briller les couleurs Savill en remportant le Prix Six Perfections (listed). Cette Izzy Bizu, nommée en l'honneur d'une chanteuse anglaise, était ultra-précoce, et avait couru seulement à 2 ans, 10 fois en tout pour Mark Johnston, remportant 4 courses. Dizzy Bizu est le premier produit de cette fille de Kodiac, qui est une référence pour la vitesse. 

 

 

Dizzy Bizu signe le grand retour d'une fameuse casaque anglaise en France (APRH)

 

Avec sa poulinière black-type par le top étalon Kodiac, Peter Savill est resté dans le créneau de la pure vitesse en s'offrant les services de Caravaggio. De naissance américaine, et fils du formidable Scat Daddy, le beau gris a été l'un des meilleurs 2 ans jamais entraîné par Aidan O'Brien pour la team Coolmore. Invaincu à cet âge, il avait remporté les Coventry Stakes (Gr.2) à Royal Ascot et les Phoenix Stakes (Gr.1). A 3 ans, Caravaggio avait poursuivi une superbe série en s'offrant la Commonwealth Cup (Gr.1) devant Harry Angel et Blue Point. Coolmore l'a rentré au Haras en grande pompe, car il est très facile à croiser en plus d'être un champion de vitesse, un créneau toujours plus populaire que ce soit aux ventes ou chez les jeunes investisseurs. Ses premiers 2 ans démarrent fort, avec plusieurs victoires, qui lui offrent la place de leader européen chez les étalons de première production en terme de gains. Dizzy Bizu, qui était sa première gagnante en France, lui offre aujourd'hui une première victoire black-type. 

 

Revoir Caravaggio à Coolmore Stud en 2019

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...