Les temples de Guy Cherel.

26/05/2009 - Actualités
Impossible d'arrêter Guy Chérel cette année ! Encore deux succès dimanche dont celui de Temple Lord, grand espoir de l'obstacle français.

 

Fruit d'une trouvaille (sa mère Temple Queen) et du cheval d'une vie (son père Califet), Temple Lord permet à Guy Chérel de poursuivre sur sa lancée une saison 2009 en tout point exceptionnelle (le chiffre d'affaire de son écurie au 20 avril 2009 était déjà supérieur à celui de l'année 2008). L'an dernier, l'espoir de l'écurie se nommait déjà Temple Lord. Excellent en plat, discipline dans laquelle il pouvait émettre des ambitions au niveau groupe, Temple Lord a été dirigé vers la balais cette saison. Résultat sans appel : trois courses, une deuxième place puis deux victoires.

 

 

 

 

Pour Califet (Prix Jean de Chaudenay 2002- 4ème prix de l'Arc de Triomphe 2002 pour l'entraînement Chérel), Temple Lord (issu de la prmeière production) devient le meilleur ambassadeur et l'étalon français a connu ce printemps une saison de monte très active (d'autant que l'AQPS Sway alligne les prestations prometteuses).
Pour Temple Queen, c'est une véritable révélation : jument allemande de naissance modeste trouvée au coeur de la joyeuse campagne germanique, propriété d'un journaliste défunt et conseillée par un marchand de fourrage teuton inspiré, Temple Queen (Local Suitor) atterrit dans le giron Chérel. Mariée à Kingsalsa puis à Astarbad elle donne dès ses deuxième et troisième produits deux gagnants. Pas assez convaincant pour les clients de Guy Chérel qui tel Spiderman étend sa toile marchande sur toute l'Europe hippique. Les clients irlandais n'achètent pas ! Tant pis pour eux et tant mieux pour des "jeunes de qualité" dixit le mansonnien, des éleveurs de Saone-et-loir installés tout près de Cluny et qui veillent aujourd'hui sur cette Temple Queen. Après la naissance de deux pouliches par respectivement Protektor et Sagacity, Temple Queen a retrouvé cette saison son marié préféré...CALIFET.

 

 

 

 

 


Voir aussi...