La pouliche de Zarkava: Arc+Arc=Arc ?

14/02/2010 - Chef de race
La naissance du 1e produit de la crack Zarkava, une pouliche par Dalakhani, a un double impact en terme d’élevage. Au contraire de son illustre ascendante Petite Etoile, elle assure d'emblée sa descendance, mais aussi elle représente un croisement tenté de façon extrêmement rare. Explications…

 

Ainsi, les 2 parents de la nouvelle née ont gagné le Prix de l'Arc de Triomphe, sa mère Zarkava en 2008 comme son père Dalakhani 5 ans plus tôt. Comme le démontre la statistique établie ci-dessous par Xavier Bougon de France Galop, passionné d'histoire, surtout celle qui apprend des choses sur le présent, le croisement de 2 gagnants d'Arc de Triomphe a été très rarement tenté depuis la création de la course en 1920.

 

Zarkava

 

16 femelles au total ont orné le palmarès de l’épreuve. Elles ont eu des productions inégales. Certaines d'entre-elles ont quand même été de grandes poulinières. Pearl Cap est devenue mère du gagnant du Derby d'Epsom 1947 Pearl Diver. Gold River est une matrone à l'origine entre autres de Goldikova. La crack Corrida a eu pour seul produit en 1942 Coaraze (Prix du Jockey-Club, Morny, Ispahan, Jacques le Marois) avant d'être abattue par un soldat allemand qui tentait de la monter pendant la guerre.

 

Dalakhani

 

Urban Sea s'est quand à elle imposée comme la plus grande poulinière du tournant du siècle, mère de 4 gagnants de Gr.1 dont Galileo et bien sûr Sea The Stars, lui-même vainqueur du dernier Arc de Triomphe. Ce type de succession du bon fils par rapport à sa mère avait déjà été réussi une seule fois, par Carnégie qui imitait en 1994 sa mère Detroit. Père de Sea The Stars, Cape Cross était un miler. Quand à celui de Carnegie, Sadler's Wells, il a disputé l'Arc de Triomphe 1984 remporté par Sagace mais n'y a conclu que 8e.

 

La pouliche de Dalakhani et Zarkava née en 2010

 

Les croisements des juments gagnantes de l'Arc de Triomphe avec les étalons également vainqueurs d'Arc
POULINIER ETALON PRODUITS PERFORMANCES
Pearl Cap aucun    
Samos Djebel Marveil (m 46) 1e Prix Jean Prat (x2), Prix des Réservoirs, 3e Prix du Cadran
  Djebel Draya  
  Mon Talisman Sarny  
Corrida aucun    
Nikellora Le Pacha Shahanshah  
  Migoli Maliza (m 52) 1e Grand Prix de Compiègne
Coronation aucun    
La Sorellina aucun    
San San aucun    
Allez France aucun    
Ivanjica aucun    
Three Troikas aucun    
Detroit aucun    
Gold River aucun    
Akiyda aucun    
All Along Mill Reef Along All (m 86) 1e Prix Greffulhe (Gr.2), Prix des Chênes (Gr.3), 2e Grand Critérium (Gr.1)
  Dancing Brave All Dancing  
Urban Sea Lammtarra Melikah 1e Pretty Polly St. (Listed), 2e Irisk Oaks (Gr.1), 3e Epsom Oaks (Gr.1)
Zarkava Dalakhani f.2010  

(Statistiques Xavier Bougon)



Seuls 9 produits sont nés du croisement de 2 gagnants d’Arc !

Il faut bien constater que ces 16 juments n'ont connu que bien peu de gagnants d'Arc. En effet, depuis près d'1 siècle, seuls 9 produits dans le monde sont nés de ce type de croisements ! Le 1e essai a été celui de Samos, gagnante de l'Arc 1935, qu'Evremond de Saint-Alary a envoyé à Djebel, ce qui lui a donné un très bon cheval nommé Marveil (voir performances dans le tableau). 2 autres essais, avec Djebel et Mon Talisman, n'ont en revanche rien donné de concluant.

 

Samos remporte le Prix de l'Arc de Triomphe 1935. Corrida est 3e.

 

 

Nikellora n'a jamais produit à son image mais a tout de même donné un gagnant de Grand Prix de Compiègne, Maliza, avec Migoli, tandis que sa rencontre avec Le Pacha n'a pas fait d'étincelle. Il a fallu attendre ensuite plus de 30 ans une nouvelle rencontre de vainqueurs d'Arc. Deux essais ont été réalisés avec All Along. Si son produit par Dancing Brave n'a pas mis un pied devant l'autre, celui par Mill Reef nommé Along All a combattu dans l'élite de sa génération. Il a été de loin le meilleur produit de sa mère.

 

All Along lors de sa victoire dans l'Arc de Triomphe 1983.

 

Urban Sea, encore et toujours Urban Sea

Avant de donner Sea The Stars, Urban Sea avait rencontré le gagnant d'Arc de Triomphe 1995 Lammtarra, malgré le piètre talent de reproducteur de ce dernier, la pouliche Melikah, vendue 10 millions de francs à Deauville, a été très bonne puisque placée des Oaks d'Irlande et d'Epsom. A noter que pour faire son tout 1e produit, l'oublié Urban Ocean qui a tout de même gagné un Gr.3, Urban Sea avait rencontré un "presque" gagnant d'Arc, Bering, lequel avait longtemps fait illusion avant d'être cueilli par Dancing Brave dans les 100 derniers mètres en 1986.

 

Melikah, fille de Lammtarra et Urban Sea, sera 2 fois placée de Gr.1

 

Belote et rebelote pour Zarkava

Il est donc assez amusant de constater que la pouliche née dernièrement de Zarkava et Dalakhani est une pure rareté historique à l'heure actuelle, mais qu'elle sera imitée dans ce genre l'année prochaine, si le croisement de Zarkava avec Sea the Stars donne lieu à une naissance au printemps 2011.

 

Zarkava: le seul exemple de l'époque moderne qui donnerait raison aux peintres classiques
qui représentaient ainsi étendus les chevaux au galop dans les gravures anglaises...

 

 

Les histoires de ces chevaux ont été tellement belles pour l'instant, qu'il est écrit qu'un jour, un de ses produits gagnera l'Arc de Triomphe...Plus prosaïquement, on voit bien là que l'Aga Khan a un but clair et net: gagner un nouvel Arc. Les choix des étalons en devient simple pour Zarkava. En plus, ce sont des champions. Et en plus, ils sont installés chez lui à Gilltown Stud en Irlande...

 

Sea The Stars sera le prétendant de Zarkava en 2010, quelques mois après son propre triomphe dans l'Arc

 


Le suspens provoqué par Petite Etoile

En tout cas, quel que soit le géniteur, Zarkava a déjà réussi à faire une femelle et donc assurer une certaine descendance. Cela paraît simple, mais avait été pourtant la chose la plus compliquée à faire sa fameuse 5e mère, Petite Etoile.

 

Petite Etoile

 

En effet, Petite Etoile, celle qui fut la grande crack en Europe en 1959 et 1960, lauréate de ce qui serait aujourd'hui 8 courses de Gr.1, dont les Guinées et les Oaks, plus les Champion Stakes et la Coronation cup face aux mâles, a longtemps failli ne rester que comme un souvenir. C'est seulement à l'âge de 18 ans en 1974 que cette jument a fait sa seule et unique femelle, que l'Aga Khan attendait tellement qu'il l'a nommée comme sa propre fille, Zahra.

 

 

En 1974, à 18 ans, Petite Etoile donne enfin naissance à sa 1e femelle, ici Zahra, par Habitat.

 

 

Zarkava sera-t-elle meilleure poulinière que son aïeule Petite Etoile et sa cousine Zainta ?

Zahra elle-même n'a pas été bonne en course (4 places de handicap pour 10 sorties), comme ses frères d'ailleurs, mais est devenue plus tard la grande-mère de Zainta, lauréate du Prix de Diane 1998, et l'arrière grand-mère de Zarkava. Au haras, Zainta a pour l'instant accumulé les malheurs, même en ayant donné Zaynar, gagnant de Gr.1 sur les haies de Cheltenham après avoir montré ses limites en plat en 3 sorties provinciales. En effet, alors que le 1e produit de Zainta s'est accidenté à l'entraînement, le 3e est mort à la naissance, ce qui a entraîné des complications gynécologiques ayant pour conséquence que Zainta n'a pas eu de poulains ensuite pendant 2 ans. Les joies de l'élevage...C'est peu dire du poids des espoirs qui reposent sur les petites et encore frêles épaules de la princesse nouvelle née.
 


Voir aussi...