KURTSYSTEMS, le pré-entraînement du futur en vidéo

07/04/2020 - Découvertes
Richissime industriel turc, Mehmet Kurt a connu de grands succès hippiques dans son pays. Depuis 2010, il a développé en Angleterre à Kingwood Stud une machine de pré-entraînement futuriste, le Kurtsystems. Ce système compètement commandé à distance propose un programme tout en progression pour les jeunes chevaux...sans cavalier sur le dos ! 

 

 

Si vous n'êtes pas turque ou passionné par l'histoire du textile dans ses moindres détails, le nom de Mehmet Kurt vous est sans doute totalement inconnu, mais sûrement pas pour longtemps. Né en 1947 en Turquie, Mehmet s'est retrouvé à 21 ans à la tête de l'entreprise familiale, à Ceyhan dans le sud de la Turquie. Majoritairement construite autour du textile, l'affaire s'est diversifiée sous le "règne" de Mehmet, et a atteint une place ultra-importante dans l'Europe de l'Est. La passion du cheval, Mehmet Kurt l'a hérité de son père, et a remporté de grands succès, dont deux Derby Turque. Egalement éleveur dans son pays, il a effectué au fur et à mesure du temps un constat très simple, mais frappant. 60 à 70 % de ses élèves se blessaient avant même de mettre les sabots sur un hippodrome. Inévitablement, ces "problèmes" venaient de la phase de pré-entraînement, où l'on demande beaucoup à des jeunes athlètes encore en pleine croissance. Mehmet Turk a alors imaginé et commencé à développer en Turquie un outil qui se veut révolutionnaire, le Kurtsystems. 

 

Mehmet Kurt (au milieu), entouré de son équipe, et ses deux fils

 

Depuis les années 2000, Mehmet Turk a énormément investi dans ce concept qu'il a créée de toute pièce, accompagné de scientifiques. Comment pouvait-on limiter le risque de blessure du jeune cheval ? A l'heure où le progrès technologique est constant, il a désigné une machine permettant d'entrainer 10 yearlings à la fois, sans aucun cavalier sur le dos. Le Kurtsystems opère maintenant à Kingwood Stud en Angleterre, à Lambourn, "la vallée des chevaux". Ce projet dantesque fait ouvrir grand les yeux quand on arrive sur place. Une piste ovale de quasiment 1600m, complètement couverte, permet au Kurtsystems de fonctionner. Sur des rails, 5 chariots suspendus de 2 places sont accrochés. Une personne est assise au milieu de la machine, afin de garder l'oeil sur les chevaux, et intervenir directement en cas de problème. Grâce à des harnais, les yearlings sont attachés et encadrés dans la machine, et l'entraînement peut commencer ! Tout en progression, le travail commence par beaucoup d'apprentissage au pas, sans mors pour comprendre en douceur le concept de rênes. Cela continue au trot après plusieurs semaines, puis au galop. Au bout de 4 mois, les chevaux commencent à porter une selle de 20kg, qui s'alourdit au fur et à mesure du temps jusqu'à 50/60 kg. L'entraînement se finit au canter, au bout de six mois environ. La machine est totalement contrôlée à distance par une cabine à l'arrière, où un conducteur a un oeil sur la vitesse, mais aussi les données physiologiques des chevaux. 

 

Voici le Kurtsystems en action, avec les rangées de 2 yearlings

 

Dis comme ça, le tout sonne comme un énorme gadget, mais il faut le voir pour le croire ! Les résultats sont vraisemblablement frappant, avec des yearlings arrivant à un état de conditionnement physique et mental très avancé. Le but de l'entreprise n'est pas d'améliorer la qualité du cheval, mais de l'amener à son potentiel maximum, en forgeant un athlète plus solide lors de son départ à l'entraînement. On nous apprend également que Kurtsystems a été utilisé pour la remise en route de chevaux d'obstacles, et les options sont nombreuses...Le programme est totalement à la carte, et la machine peut être mise de côté à tout moment pour laisser la piste à des chevaux cette fois montés par des cavaliers...des vrais on vous promet ! Encore très récente en Angleterre, puisque Kingwood Stud a été acheté fin 2010 par Mehmet Kurt, le Kurtsystems commence à faire ses preuves avec les quelques élèves maisons pré-entrainés via la machine. Ainsi, Roger Charlton, célèbre entraîneur anglais des Decorated Knight, Quest For Fame et autre Sanglamore, a eu des chevaux façonnés par Kurtsystems sous sa coupe. Forbidden Planet est le plus marquant, puisque ce 5 ans appartenant à Mehmet Kurt a été l'un des premiers chevaux pré-entraîné à Kingwood Stud. Il fait une belle carrière, et battu le record de la piste à Kempton en mars 2019, dans un gros handicap. Et oui, on vous le redit, le Kurtsystems ne promet pas de sortir de meilleurs chevaux, par contre, ils seront apparement plus solides, et un cheval qui dure, c'est le plus important. 

 

 

Le puissant Forbidden Planet a été l'un des premiers "cobayes" de Kurtsystems, et a réussi en piste

 

Bien évidemment, l'installation de Kurtsystems nécessitait un système de sécurité optimale. Les associations de prévention pour la lutte contre la maltraitance animale, et les autorités de courses britanniques, ont validé le projet il a d'ailleurs été intronisé auprès de nombreuses organisations et personnalités, afin de laisser une totale transparence sur le sujet. Ainsi, les institutions de courses japonaises, Frankie Dettori, Monty Roberts (le célèbre chuchoteur), et même la Reine d'Angleterrre en personne, grande fanatique de courses, sont venus observés le Kurtsystems. De plus en plus d'entraîneurs se laissent tenter par l'aventure, comme Charlie Hills (entraîneur du champion sprinter Battaash) et Harry Dunlop (ancien mentor de Robin Of Navan). Par ailleurs, le Royal Veterinary College, institution anglaise, s'est associé à Kurtsystems pour observer et analyser les résultats qui se montrent déjà très prometteurs, notamment au niveau du développement du squelette chez le jeune cheval !

Une partie de la piste du Kurtsystems vu du ciel ! Impressionnant...

 

Plusieurs questions se posent avec Kurtsystems. Comment réagissent les jeunes chevaux quand ils arrivent à l'entraînement avec un vrai cavalier ? Apparement, aucun entraîneur ne s'est plaint jusqu'ici, et rappelons quand même que ces yearlings sont au contact quotidien de l'homme. Par ailleurs, au contraire de ce que l'on pourrait craindre, il ne faut pas employer moins de personnes pour s'occuper de toute la cavalerie. Pour convaincre, Kingwood Stud s'ouvre à toute clientèle, et est prêt à accueillir tout le monde, dans la limite du nombre de boxs, environ 70. Pour un tarif compris entre 50 et 70 € par jour et par cheval, suivant le programme, vous pouvez vous faire votre idée sur la machine. Révolution ou gagdet pour les fortunés ? L'avenir nous dira si Mehmet Kurt a révolutionné l'industrie...Notre avis ? Il est assez évident que cette machine est totalement sécurisée, et a sans doute des avantages pour un pré-entraînement tout en progression. Après tout, chacun est bien libre d'utiliser la méthode qui lui semble...La nouveauté technologique ne signifie pas forcément la fin des autres méthodes, et il y aura toujours de place pour tout le monde. S'ouvrir au progrès, cela n'a rien d'effrayant...Après tout, si on avait rien changé, on aurait toujours des cravaches en bois ! 

 

GALERIE PHOTOS

Les yearlings arrivent vers le Kurtsystem

 

Ils sont ensuite harnachés par leur groom

Et c'est parti !

Vu de profil du travail au trot

L'anneau de rangement de la machine permet de laisser la piste en sable accessible à des cavaliers. Kingwood est en arrière plan

La cabine de pilotage à l'arrière des harnais permet de tout contrôler à distance

Les écuries

Lise fait connaissance avec la mascotte Paddy !

Un futur élève de Kurtsystems observe ce qui l'attend....

 

 

 


Voir aussi...

Toby Jones: "l'élevage Anglais et Irlandais change grâce aux chevaux Français"

 Hier à Dieppe, Autorisation a impressionné pour ses débuts en obstacles. Le fils d'Authorized, âgé de 4 ans, appartient à un propriétaire anglais, John McClenaghan, qui l'a placé en France chez Richard Chatel. Elevé en France, il avait été acheté à la vente d'été ARQANA 2017, par Toby Jones. Ce courtier anglais, basé en France depuis plus de 10 ans, est évidemment fan de l'élevage français, comme tous nos amis anglo-irlandais. Selon lui, l'élevage français a vraiment transformé l'obstacle européen, allant jusqu'à inspirer une nouvelle direction à l'élevage anglais et irlandais. (voir l'INTERVIEW)

David Chillery, l'homme qui sponsorise une course pour fêter son divorce !

 Ils sont fous ces anglais ! David Chillery, turfiste invétéré et chauffeur de bus, n'a malheureusement pas eu des mariages heureux. Divorcé depuis 23 ans, il profite de sa liberté pour célébrer chaque année la date anniversaire. Il a fait fort en sponsorisant une course sur l'hippodrome de Newton Abbot et la renommant : "David Chillery continue celebrating his divorce Handicap Chase". On vous laisse faire la traduction, pour cet évènement désormais devenu un must des courses anglaises, et qui a lieu ce soir !