Jean Hardy : 50 ans d'élevage

05/12/2019 - Focus Elevage
 Jean Hardy, élève depuis bientôt 50 ans aux confins de la Mayenne, de la Sarthe et du Maine-et-Loire. L'homme, qui a croisé le chemin d'illustres entraîneurs de l'Ouest, Wladimir Hall et Gérard Margogne continue à se faire remarquer, en tant qu'éleveur, par le biais de Bel Apsis. Petit tour de sa jumenterie, AQPS et Pur-Sang...

 

Peinture de Claudia Duffé, représentant le fer de lance de Jean Hardy, Matéa Lambern

 

Les jeunes quarantenaires qui s'intéressaient plus aux courses hippiques qu'aux cours prodiguaient par leurs instituteurs et professeurs se rappellent, forcément, de l'alezan Matea Lambern, sillonnant les hippodromes de l'Ouest, de Seiches-sur-le-Loir au Lion-d'Angers, en passant par Craon, dont il fut triple vainqueur du Grand Cross et double lauréat du Grand Cross de Corlay, monté par la grand Jean-Louis Chasserio, et entraîné par Gérard Margogne.

La casaque blanche chevron noire, toque noire de Jean Hardy, est présente dans le microcosme depuis le début des années 70, après avoir été élevé parmi les chevaux de selle que son père avait pour concourir en CSO et participer aux chasses à cour. Le père de Jean, passionné de courses, était également commissaire sur l'hippodrome de Nantes.

 

Hippodrome Lambern (casaque bleue, bretelles jaunes de Laurent Godard) à la lutte avec Dame Bleue (casaque de Jean Hardy) - Peinture de Claudia Duffé

 

Dans les années 2000, un autre AQPS, labélisé Lambern, élevé par Jean Hardy, réussira à remporter 11 des 12 victoires, sur les cross de la France entière, son nom, Hippodrome Lambern (Art Bleu), défendant les couleurs bleues bretelles jaunes de Laurent Godard (fils d'un autre grand entraîneur de l'Ouest des années 80-90, Raymond Godard).

 

Cet éleveur nous fait remémorer l'époque des jockeys excellant dans l'Ouest, René Bouteloup, Jean-Louis Chasserio, Jean-Luc Guillochon, ainsi que les grands entraîneurs qu'étaient Waldimir Hall et Gérard Margogne. Mais à ce que cela ne tienne, Jean Hardy est toujours présent au haut niveau de l'élevage, par le biais d'un Pur-Sang, cette fois-ci :

 

Bel Apsis, lors du Ferdinand Dufaure, début mai 2019

 

Effectivement, le Pur-Sang Bel Apsis, (2ème des Prix Ferdinand Dufaure, Gr. 1, Jean Stern, Gr. 2 et Fleuret, Gr. 3) a égalemet été élevé dans les prairies de St-Denis d'Anjou. Jean possède 2 poulinières pur-sang, dont Toutonne, la mère de Bel Apsis, qui a déjà engendré Terrine du Chef, à l'entraînement chez David Bernier.

Son autre jument Pur-Sang, Mesure de Grâce débute sa carrière de reproductrice et est issue d'une famille dont les noms de Boisnoir et Boisblanc ressortent.

 

RETROUVEZ LA JUMENTERIE DE JEAN HARDY, ICI


On en parle dans l'article

Voir aussi...