Une fille de Karaktar comme premier produit AQPS né à l'Élevage de Chamoges

30/03/2020 - Focus Elevage
Le 05 mars 2020 est à marquer d'une pierre blanche pour les époux Marie et Benoït Delabays. En effet, le Haras de Chamoges a eu la joie de voir naître son tout premier produit AQPS, une belle femelle par Karaktar et Fantaisy Collonges, une nièce du champion Neptune Collonges, élevé tout comme elle par les frères Delorme sur la commune voisine de Lournand, dans la Saône-et-Loire.

 

 

Voici le premier produit AQPS de l'Élevage de Chamoges: une femelle par Karaktar et Fantaisy Collonges

 

Installés sur la commune de Chamoges dans le Charolais, les époux Marie et Benoît Delabays se sont lancés dans l'élevage de chevaux de courses depuis deux ans seulement. Chez les "purs" tout d'abord, avec Lady Beware, une jument en contrat d'exploitation avec Nicolas de Lageneste, l'homme du Haras de Saint-Voir, qui a donné le premier produit né à l'Élevage de Chamoges l'an dernier, un mâle par Coastal Path répondant au nom de Jungle Path. Désireux de se lancer ensuite dans l'élevage de chevaux AQPS, Marie et Benoît Delabays ont vu arriver deux nouvelles juments au sein de leur strucuture: Belle Charolaise et Fantaisy Collonges.

 

Marie Delabays, avec la jeune garde de l'Élevage de Chamoges

 

Cette dernière est une fille de Lord Du Sud née en 2015 dans les prés des frères Delorme, sur la commune voisine de Lournand, et peut se targuer d'avoir terminé à la troisième place de la finale Interrégionale de Décize en 2015 en plus d'être la nièce du crack quadruple gagnant de Gr.1 Outre-Manche Neptune Collonges. En effet, sa mère, Tolède Collonges est la propre soeur du champion du GAEC des Frères Delorme qui a débuté sa carrière en France chez Jacques Ortet, remportant notamment les Prix Antoine de Palaminy (L., Pau) et Fleuret (Gr.3, Auteuil) avant de rejoindre les boxes du maître entraîneur anglais Paul Nicholls et d'y continuer son impressionnante moisson de victoires: seize au total dont un retentissant doublé dans la Gold Cup de Punchestown (Gr.1) avec la légende Ruby Walsh "in the saddle" ainsi qu'un succès dans le mythique Grand National de Liverpool (Gr.3) pour sa dernière sortie publique. 

 

Tolède Collonges lors de sa troisième place à Decize en 2015 

 

Tolède Collonges est également la soeur de la non moins douée Quadrette Collonges, lauréate à sept reprises, notamment au niveau Listed (Prix Beugnot, Enghien) en plus d'être deuxième des Prix Sytaj (L.), Prince d'Ecouen (L.),Gérald de Rochefort (L.) à Auteuil et troisième du Prix André Michel (Gr.3). Une très belle famille de "French Chasers" en somme dans laquelle on retrouve d'autres noms bien connus en France comme Outre-Manche avec Twist Collonges (1e Prix Guillaume de Pracomtal, L. et Mélanos, L. à Auteuil); Baccarat Collonges (11 victoires dont deux Listed, 2e Prix La Haye-Jousselin, L. et Troytown, L. sur la Butte Mortemart) ou encore Nenuphar Collonges (1e The Bristol Novices' Hurdle, Gr.2 et The Albert Bartlett Novices' Hurdle, Gr.1 à Cheltenham).

 

Neptune Collonges, avalant les gros morceaux du Grand National de Liverpool 2012 avec Daryl Jacob

(Source: The Jockey Club)

 

Le 05 mars dernier, Fantaisy Collonges, en contrat d'exploitation avec les frères Delorme, a donc mis au monde son tout premier foal: une belle femelle bai brune issue de Karaktar, devenant ainsi le tout premier produit AQPS né à l'Élevage de Chamoges. Karaktar est un pur produit de l'élevage de Son Altesse l'Aga Khan qui a notamment remporté les Prix Prince d'Orange (Gr.3), Noailles (Gr.3) et François Mathet (L.) avant d'entrer au Haras de Cercy en 2017. Celui qui a dépassé la barre des 100 juments saillies l'an dernier et qui aura ses premiers deux ans cette année voit déjà ses premiers produits, AQPS notamment, truster les premières places des concours modèles et allures, beaucoup étant pourvus d'un beau modèle et d'une belle locomotion comme peut l'être cette petite pouliche à qui nous souhaitons la bienvenue en ce monde !

 

N20 Karaktar & Fantaisy Collonges (Haras de Chamoges)

 

 

 

 

 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...