Gérard Ferté, cavalier solitaire

07/02/2010 - Focus Elevage
"Allo? John Wayne au bout du fil!" Eleveur de Punchestowns, qui vient de conclure 2e de la World Hurdle (Gr.1) à Cheltenham, Gérard Ferté entretient ses principes depuis 40 ans avec la droiture du cow-boy à qui il ressemble.  

De visage, il y a Charles Bronson. De tenue, longue et sèche, ce serait plutôt Lee Van Cleef, mais de voix, Gérard Ferté est inconstablement la réincarnation de John Wayne, en tout cas de celui qui a doublé tous ses westerns en France.

Le ton, le calme, les pauses sont exactement les mêmes. Serait-ce lié à l'environnement ? Le Cher serait-il le Wyoming de la France ? Il faut constater que cette région du vaste centre du pays prête bien à la méditation, tant on peut ne pas être perturbé par la société humaine. Alors, ayant passé toute sa vie au milieu de ses 200 hectares de cultures céréalières, Gérard Ferté, même s'il a troqué son mustang pour un 4x4, a adapté son style naturel de gentleman-farmer plus à la version américaine que britannique.


"Les chevaux de cross n'intéressent pas grand monde"


Aujourd'hui, il a passé les rênes de l'exploitation agricole. Gérard Ferté a conservé une 20aine d'hectares pour ses chevaux. Ce ne sont pas des prairies à la normande, mais des terres séchantes. "Ce n'est pas bon pour engraisser des vaches, mais on y fait des chevaux avec de l'os". Gérard Ferté aime bien les choses robustes. Il a crée son petit élevage il y a 40 ans et l'entretient toujours selon le même principe fondateur. "Le Cross, c'est mon truc. Mais les chevaux de cross, ça n'intéresse pas grand-monde, alors je ne vends pas de chevaux."

 



Punchestown's a quand même été vendu. "C'est parce qu'on voulait le vendre aux anglais qu'on l'a appelé Punchestowns!" Habile: Punchestown est le plus grand hippodrome d'obstacle en Irlande. Le cheval a alors été loué à Philippe Chemin, dans le but de la valoriser en plat puis de le vendre, ce qui a été fait après qu'il ait terminé 2e du Grand Prix des AQPS de Clairefontaine en été 2007. Désormais entraîné par Nicky Henderson, Punchestown's a gagné un Gr.1 sur les haies en décembre à Ascot et a conclu 2 fois 2e de Big Buck's à Cheltenham.


Seulement 2 ou 3 juments saillies par an


La preuve que de bons chevaux de cross sont de bons chevaux tout court. Sauf que la vente est rare chez Gérard Ferté. "Je veux garder mes poulains jusqu'à 3 ans, les faire débourrer moi-même et les envoyer ensuite à l'entraînement." Alors, Gérard Ferté limite  le nombre au maximum. Il a 5 poulinières. "Je n'en fait saillir que 2 ou 3 par an. Je n'ai pas les moyens d'avoir plus de 15 chevaux chez moi."

 



La réussite n'a pas fait tourner la tête de Gérard Ferté..."J'ai commencé sur le cross il y a 40 ans. J'ai acheté un cheval pour le faire courir. J'ai une ma 1e jument à l'élevage. Elle était bonne en course mais n'a rien donné au haras." C'est avec l'achat d'une pur-sang que le déclic allait se faire. "En 1980, j'ai acheté Keen Dancer que j'ai croisé avec deux étalons AQPS." Il y a tout d'abord eu Evainqueur, ce qui a donné Lili Dancer. Super jument de course entraîné tout d'abord par Gérard Ferté en personne, montée par Roger Grand, alors en haut de l'affiche grâce avec son champion Jivago de Neuvy, Lili Dancer a été confiée à Jacky Chapdelaine à Dragey. Elle a été couronné championne de France de Cross-Country au milieu des années 80.


Tout est parti d'un croisement à l'envers


Après avoir conclu sa carrière avec 10 victoires à 9 ans, Lili Dancer est devenue une grande poulinière avec Darjeeling III (Quart de Vin), gagnant du Grand Prix de Pau sous l'entraînement de Michel Maussion, le gendre de Gérard Ferté, et Fujiyama (Lute Antique), double vainqueur du Grand Cross de Craon sous la coupe de Gilles Chaignon. Croisé avec Altayan, étalon pourtant beaucoup moins efficace que les 2 précédents, Lili Dancer a eu une pouliche nommée Clair Deux Lune. "Elle a couru 3 fois et s'est cassé la hanche. Poulinière, elle n'a eu qu'un seul produit, History, par Alesso. A noter que cet étalon fort peu connu s'est quand même distingué en produisant le champion de Cheltenham entraîné par François Doumen: Baracouda.

 

 


Cette History elle-même n'a rien fait de spécial en 3 tentatives sur les pistes. Mais au haras, croisé avec Morespeed, elle a donné d'emblée Punchestows.

 



Une autre branche de la famille a également fleuri grâce au croisement "à l'envers" avec un AQPS. Keen Dancer a rencontré Bamako III pour donner naissance à une certaine Javeline. Accidentée chez Roger Grand après une victoire à Moulins, Javeline a donné elle-même une fille, Star Dancer (Mitsoupam), 3 fois gagnante sur le cross de Pau.

Star Dancer a très bien produit avec le pourtant discutable Lights Out, donnant Imlight, titulaire de 12 victoires chez Guillaume Macaire, et Jungle Fever, gagnante du Grand Cross de Dieppe chez Philippe Chemin.

 



Jungle Fever a terminé sa carrière à 10 ans sur une terrible chute à Fontainebleau. "Elle s'est cassée la nuque! Mais je l'ai récupérée et maintenant, elle est pleine".

Cousine de Punchestowns, Jungle Fever fera son 1e poulain à 12 ans en 2009. Saillie 1 fois tous les 2 ans, elle ne donnera peut-être que 2 ou 3 voire 4 produits dans sa carrière de poulinière. C'est le rythme du far-west, c'est le refrain du Cher.

 

Voir la fiche


Voir aussi...