Vidayar, le frère de Vazirabad par Shamardal, étalon au Haras du Vert Buisson

28/10/2016 - Zoom Etalon
C’est un fils du très recherché Shamardal, Vidayar est le frère de l’actuel top stayer européen Vazirabad. Ce jeune étalon fait la monte dans le Calvados à Fourneville au Haras du Vert Buisson chez Stéphanie Roche.

Vidayar au Haras du Vert Buisson ©studiodelaroque

 

Vidayar a vu le jour en 2008. Elevé par les Aga Khan Studs en France, il est le fruit de l’union entre Shamardal et Visorama (Linamix). Entrainée par André Fabre pour le regretté Jean-Luc Lagardère, cette dernière a été toute bonne en compétition. Lauréate du Prix Charles Laffitte (Listed) puis dans la foulée du Prix de Flore (Gr.3) en 2003 à l’âge de 3 ans en battant Commerçante et Actrice, Visorama s’était également placée de Gr.1 à 4 ans : 3ème de Gamut et Policy Maker dans le Grand Prix de Saint-Cloud en devançant Short Pause et la championne Pride.

 

Visorama deviendra plus tard la sœur de Varenar (Prix de la Forêt Gr.1, vendu étalon en Inde), Visindar (Prix Greffulhe Gr.2, étalon en Espagne) et autre Visionary et Visorhill. C’est sa mère Visor, une fille de Mr Prospector, qui avait été achetée aux Etats-Unis par Jean-Luc Lagardère.

 

Vidayar ressemble beaucoup à son père Shamardal ©studiodelaroque

 

Achetée par l’Aga Khan en 2005 comme l’ensemble du « stock Lagardère », Visorama a donné 5 vainqueurs en 5 produits en âge de courir dont Vidayar jusqu’à la naissance Visoriyna. Cette fille de Dansili est lauréate du Prix La Sorellina (Listed). Double placée de Gr.3, elle est aujourd’hui poulinière pour le Prince. En 2016, elle était suitée d’une femelle par Sea The Stars. Mais cette Visoriyna n’était qu’une « ébauche » de ce qui allait venir ensuite puisqu’en 2012 naît Vazirabad. Ce fils de Manduro a affiché 7 succès consécutifs en 2015 et 2016 avec dans cet ordre les premières places des Prix de Lutèce (Gr.3), Chaudenay (Gr.2), Royal-Oak (Gr.1) et Dubaï Gold Cup (Gr.2). Après une victoire dans le Prix Gladiateur (Gr.3) début septembre, il n’a pas pu remonter Quest For Fame dans le Prix du Cadran (Gr.1) terminant deuxième à la hanche du lauréat. Mais Vazirabad s’est ensuite formidablement rattrapé en empochant pour la deuxième année consécutive le Prix Royal-Oak (Gr.1).

Le père de Vidayar Shamardal n’est plus à présenter. Rappelons tout de même qu’il est le père de 18 vainqueurs individuels de Gr.1 dont 3 cette année (Dariyan Prix Ganay – Speedy Boarding Prix de l’Opéra, Prix Jean Romanet – Tryster Jebel Hatta). Le père de Lope De Vega et du champion hongkongais Able Friend faisait la monte à 70.000€ en 2015 et est passé « private » cette année.

 

Shamardal à Kildangan Stud en Irlande en 2015

 

Entrainé par Alain de Royer-Dupré pour le compte de son éleveur puis vendu à Jean-Claude Seroul, Vidayar s’est placé à 3 ans sur des distances allant de 1800 à 2400m. Double gagnant à 4 ans sur 2750m puis 1900m, ce beau cheval toisant 1,65m s’était ensuite accidenté lors de sa dernière course. Il a été victime d'une fracture du boulet. Il est ensuite arrivé en Normandie pour être soigné pendant plus de 8 mois sur les hauteurs de Deauville, à Fourneville précisément, où il a commencé sa carrière d’étalon en 2015 chez Stéphanie Roche, une jeune professionnelle qui s’est installée au Haras du Vert Buisson depuis 2010. Elle compte également deux autres étalons : Los Cristianos, une des meilleurs fils de Gold Away et Nice Applause, l’unique fils étalon de Royal Applause faisant la monte en France.

 


Voir aussi...

Bow Creek, un fils de Shamardal, rejoint le Haras du Logis pour 2017

Un triple lauréat de Gr.2 qui détient le record du Celebration Mile arrivera en France au Haras du Logis dès 2017. Il s’agit de Bow Creek, un fils de Shamardal, l’étalon préféré d’André Fabre. Ce nouvel arrivant rejoindra le Darley Club lancé en 2016 qui a connu un franc succès auprès des éleveurs notamment avec les étalons Hunter’s Light stationné en France au Logis et Outstrip disponible à Dalham Hall Stud en Angleterre. Ce principe a pour but d’acheter une saillie de l’étalon pour l’année N et de profiter de deux autres saillies la deuxième et troisième année.