L'Ă©talon Very Nice Name ouvre la marque en obstacle

13/10/2020 - Zoom Etalon
Aujourd'hui étalon dans les Pyrénées-Atlantiques au Haras de Pau-Gelos, après avoir brillé en course au Qatar sous la férule du "FR" Alban de Mieulle, Very Nice Name s'est illustré pour la première fois sur les obstacles grâce à Very Nice Surf, pur produit de l'élevage d'Anne-Sophie et David Bernier et entraîné par Erwan Grall, qui n'a pas manqué ses premiers pas en compétition, ce mardi, sur le parcours de haies de Fontainebleau.

Very Nice Name, sacré pour la première fois en obstacle, grâce à Very Nice Surf

 

L'un des seuls fils du champion miler Whipper à faire la monte en France avec Recoletos, Very Nice Name, ancien étalon du Haras du Grand Courgeon aujourd'hui stationné au Haras de Pau-Gelos, dans les Pyrénées-Atlantiques, s'est distingué pour la première fois en obstacle, ce mardi, à Fontainebleau, grâce à l'un de ses fils âgé de 3 ans, Very Nice Surf. En effet, ce dernier, défendant l'entraînement d'Erwan Grall, très en forme avec la jeune garde des 3 ans cette année, s'est imposé de très belle manière dans le Prix des Genêts avec Geoffrey Ré, pour sa toute première sortie en haies.

 

Fils de Very Nice Name, Very Nice Surf a laissé une belle impression en haies à Fontainebleau (© APRH)

 

Dans une course menée grand train par Costoli (Montmartre), Very Nice Surf a longtemps mené la chasse avec son compagnon d'entraînement, Burgundy Man (Manduro), avant de se rapprocher progressivement du fuyard dans le dernier tournant puis de le déborder au saut de la dernière haie, accélérant bien sur le plat pour tenir en respect Burgundy Man jusqu'au passage du poteau. Un peu plus en retrait, Gomix (Gemix) se montre très courageux pour préserver le second et dernier accessit, sa faute à la dernière haie lui coûtant sans doute un meilleur classement.

 

">https://twitter.com/equidia/status/1315991957789966338?ref_src=twsrc%5Etfw">October 13, 2020

 

Élevé en Anjou, à deux pas du Lion d'Angers, au Haras du Chêne Vert, chez Anne Sophie et David Bernier, Very Nice Surf est le cinquième produit de Matasurf, placée en course à onze reprises, et également mère d'Eclair Surf, un autre produit de l'élevage des époux Bernier et de leurs filles, Charlotte et Agathe, qui avait fait grand bruit l'an dernier de l'autre côté de la Manche. En effet, ce fils de Califet a remporté un Point-to-Point avec plus de 30 longueurs avant de remporter tout aussi brillamment, dans la foulée, un Novice Hurdle à Exeter, en Angleterre, sous la férule d'Emma Lavelle, femme-entraîneur bien connue en Perfide Albion pour être la metteuse au point de Paisley Park, lauréat notamment du Stayer's Hurdle (Gr.1) du festival de Cheltenham en 2019 et du JLT Hurdle (Gr.1) d'Ascot en 2018.

 

La famille Bernier, éleveurs de Very Nice Surf, autour d'une autre de leurs protégés, Charmyra

 

Cheval à la robe aussi foncée que celle de son père, Very Nice Surf offre ainsi une première victoire à Very Nice Name dans la discipline de l'obstacle, le fils de Whipper ayant notamment glané six victoires et onze places au cours de ses onze combats, notamment dans le Qatar Derby (Gr.1) et dans l'Emir Trophy (Gr.1), en plus d'une troisième place dans le Dubai Sheema Classic (Gr.1) derrière les cracks St Nicholas Abbey et Gentildonna, mais devant les gagnants de Gr.1 Dunaden, Shareta, Royal Diamond et autre Prince Bishop. Révélé l'an dernier par les victoires en plat de ses premiers 3 ans, Very Nice Name dispose de nombreux atouts en sa faveur pour continuer à briller en obstacle, tout comme Very Nice Surf d'ailleurs, étant du même sang que l'étalon noir Video Rock, ultra confirmé dans la discipline de l'obstacle. Proposé à un tarif très avantageux pour les éleveurs, à 1.200€ la saillie cette année, l'étalon du Haras de Pau-Gelos a d'ailleurs rencontré une large majorité de soupirantes à vocation obstacle en 2020, laissant présager de potentielles belles choses pour Very Nice Name dans le futur, en obstacle. Affaire à suivre... 

 

Very Nice Name, lors du Salon des Étalons du Lion d'Angers, en 2019

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...