French Fifteen perce en obstacle à Leopardstown

27/12/2020 - Zoom Etalon
Tout la presse britannique en parle.  Précédé de bruits très favorables pour ses débuts, French Aseel, ancien pensionnaire de Philippe Decouz élevé par Samuel Blanchard, a pulvérisé de 22 longueurs un lot de 18 partants de 3 ans. Il met à l'honneur son père French Fifteen, qui fut lui-même un grand 2 ans et qui  creuse un sillon de plus en plus marqué sur les obstacles.


French Haseel, facile vainqueur de bout en bout en débutant à Leopardstown.

 

Toute jeune et charmante entraineur blonde installée depuis 4 ans en Irlande, Ellmarie Holden a du talent. Elle l'a démontré en gagnant dès son 1e partant. Elle sellait ainsi le favori, un débutant dans une course de haies très convoitée pour les 3 ans lors d'un grand dimanche à Leopardstown, une épreuve nommée avec beaucoup d'humour le "4 days before 2021 maiden". D'autant plus quand ses rivaux proviennent de grosses maisons comme Willie Mullins, Joseph O'Brien, Henry de Broomead et même Dermot Weld, l'entraineur classique de plat.

 


Ellmarie Holden, entraineur de French Haseel.

 

Et pourtant, c'est bien French Aseel, monté par Denis O'Regan, qui est parti écrasé d'argent et qui a justifié la rumeur favorable en s'imposant par 22 longueurs face à Coltor (Free Eagle) et Ilmig (Galileo), deux lauréats de maiden en plat en octobre. Né en France, French Aseel a été élevé par Samuel Blanchard (Winning Bloodstock). Ce dernier avait acheté la mère Aseelah, une jument de la famille de De Bon Coeur et City Light, en décembre 2016 à Deauville pour 11.000 € alors qu'elle était pleine de French Fifteen, portant donc French Aseel en ses flancs. La jument était présentée par le Haras du Logis Saint-Germain, où French Fifteen avait commencé la monte en 2014.

 

 

Présenté par Camille et Guillaume Vitse (Normandie Breeding) en 2017 à OSARUS, et racheté 17 000 €, French Aseel a été confié à Philippe Decouz, très ami avec les Vitse, et surtout entraineur à Chazey-sur-Ain près de Lyon, sous les couleurs de l'Ecurie des Dragons (Matthieu Ponson). Doué et précoce, 2ème en débutant en juin de ses 2 ans à Lyon-Parilly, castré à l'automne, il a brisé la glace dans un maiden le 14 mars 2020, juste avant l'arrêt des courses. Présenté en juillet à Deauville, juste après une 5e place sur 1300 m, ce flyer a tout de même été vendu pour l'obstacle, pour la belle somme de 62.000 €, par Michael Shefflin et Paul Holden, le père d'Ellmarie. Il faisait donc sa rentrée après 5 mois d'absence.

 

 

 French Haseel met donc à l'honneur à l'honneur sur les obstacles son père French Fifteen. Ce n'est pas la première fois, car celui-ci est déjà le père de French Dream, multiple vainqueur notamment sur le steeple-chase de Craon, mais aussi d' El Tejar, gagnant en haies à Chateaubriant et Compiègne. Puissant alezan brûlé, le fils de Turtle Bowl fut un excellent 2 ans, gagnant de Wissembourg en mai au Criterium de Saint-Cloud (Gr.1) en passant par le Critérium de l'Ouest (Listed) à Craon sous la responsabilité de Nicolas Clément. Acquis par Cheikh Abudullah Al Thani (Umm Qarn Farm), il a gagné le Prix Djebel (Gr.3), pour sa rentrée à 3 ans puis a conclu tout proche 2e du champion Camelot dans les 2000 Guinées de Newmarket (Gr.1), sous la selle d'Olivier Peslier.

 


French Fifteen

 

French Fifteen, acquis entre temps pour moitié par Olivier Carli, le nouveau propriétaire du Haras du Logis Saint-Germain, est entré étalon dans ce magnifique domaine du Calvados. Réputé comme un père de gagnants en nombre très effiicace, French Fifteen s'est distingué au meilleur niveau avec son fils sprinter Sestilio Jet, lauréat du Prix de Saint-Georges (Gr.3), et encore plus avec le grand coursier French King, gagnant de Gr.1 en 2019 dans le Grand Prix de Berlin chez Alex Pantall. Sans doute French Fifteen a-t-il un vrai sillon à creuser dans le registre de l'obstacle, où la combativité qu'il a déployé sur les pistes peuvent faire mouche.


On en parle dans l'article

Voir aussi...