Radio Nostalgie : spécial Chichi Creasy

13/12/2012 - Zoom Etalon
Le fulgurant vainqueur du Prix de Fontainebleau 2007 était bien parti pour écrire quelques belles pages de l’histoire du Turf. Contraint de mettre un terme à sa carrière de galopeur à 3 ans, l’ex-protégé de Nicole Rossio est désormais étalon chez Daniel Lassaussaye et vient de signer son premier gagnant : Breakneck. Retour sur le passé du fils de Chichicastenango.
Chichi Creasy (Chichicastenango / Folle Garde)
6 courses, 3 victoires (Prix de Canouvert, Machado et Prix de Fontainebleau Gr. 3)
 
 
Le jockey de ses débuts :
 
Rémi Campos : « Je travaillais chez Mme Rossio lorsqu’il est arrivé chez elle et j’ai été associé à ses premiers galops. On ne peut pas dire qu’il était facile-facile. Lors de galops de chasse, il lui arrivait de piler et de faire demi-tour. Il m’a d’ailleurs fait passer "par la fenêtre" à plusieurs reprises. Le matin, il était peu démonstratif et, pour cette raison, nous n’étions pas très confiants avant ses débuts à Compiègne. Mais il nous a montré quelque chose à cette occasion, n’étant battu que par un Fabre (Shujoon) qui s’est ensuite placé au niveau groupe II. Il n’a cessé de progresser par la suite. »
 
 
Remi Campos, premier jockey de Chichi Creasy (Photos APRH)
 
 
Le jockey associé à ses trois victoires :
 
Ronan Thomas « J’ai découvert Chichi Creasy au mois d’août de ses 2 ans à Clairefontaine. Nous avions terminé deuxième d’un Rouget qui semblait prometteur (Sanvic). Il m’avait laissé plutôt une bonne impression. Selon moi, il a révélé son vrai potentiel lors de sa dernière sortie 2006 à Chantilly. Nous avions animé l’épreuve (Prix de Canouvert) et il faut croire que cette tactique de course (qu’il inaugurait en la circonstance) a été la clé de sa réussite. A Clairefontaine, nous avions dominé de bons éléments (NDLR : Salden Licht (2e) et Harbore (3e) ont gagné au niveau listed)»
 
 
" Une oeuvre inachevée"
 
 
« Il a ensuite suivi la filière classique à 3 ans et s’est imposé lors de sa rentrée (dans le Prix Machado) en devançant Lawman. Certains observateurs ont peut-être cru qu’il avait profité de sa condition avancée pour s’imposer ce jour-là. A tort, sans doute. Car il a largement confirmé en remportant le Prix de Fontainebleau  (NDLR : devant Battle Paint, Lawman, Astronomer Royal, Visionario ou Makaan, excusez du peu). A ce niveau de compétition, Chichi Creasy c’était un peu David contre Goliath. Il n’était d’ailleurs pas très grand (comparé à un Battle Paint par exemple), mais était du genre « épais ». Nous devions prendre part à la Poule d’Essai, mais il s’est blessé quelques jours avant la course et n’est plus reparu en compétition. Lorsque je pense à lui, j’ai la sensation d’une œuvre inachevée. C’est toujours frustrant de perdre un espoir. Chichi Creasy est probablement l’un des tous meilleurs 3 ans que j’ai eu l’occasion de monter. Cela me ferait très plaisir d’être un jour associé à l’un de ses produits.  »
 
 
Chichi Creasy avec Ronan Thomas dans leur Prix de Fontainebleau Gr 3 en 2007
 
 
Le témoin
Présent lors de la victoire de Chichi Creasy dans le Prix de Fontainebleau, Alain Junk était aux anges ce jour-là. Très actif après l’arrivée, il s’était fait entendre en applaudissant à tout rompre son amie Nicole Rossio, mais aussi l’exploit du fils de Chichicastenango, un étalon cher à son cœur :
 
 
Alain Junk, avait supporté son amie Nicole Rossio
 
 
« Je suis très proche de Nicole et la victoire de Chichi Creasy dans le Fontainebleau m’avait fait particulièrement plaisir pour elle. J’ai remporté pas mal de courses avec ses chevaux, et j’ai d’ailleurs  gagné avec Folle Garde, la mère de Chichi Creasy. Chichi Creasy est aussi et surtout un fils de Chichicastenango lequel m’avait notamment apporté un Grand Prix de Paris. J’ai eu l’occasion de monter des cracks pour André Fabre, mais avec Chichicastenango c’était spécial. On l’appelait le « petit gris ». C’était un beau cheval à défaut d’être grand par la taille. On retrouve cette caractéristique chez Chichi Creasy. Chichicastenango était un modèle de combativité et je pense que Chichi Creasy a hérité de cela également. D’ailleurs, Chichi Creasy est un étalon qui me plaît beaucoup. J’ai dans mes boxes l’un de ses premiers produits, Teo le Sarde. J’ai également un foal de lui. L’une de mes juments, Marabounta, est aussi pleine de Chichi Creasy. Ce qui prouve combien je suis attaché à cette filière.»    

On en parle dans l'article

Voir aussi...