Sunday Break

21/05/2009 - Zoom Etalon
Il est si souvent arrivé que les étalons quittent la France juste après avoir fait un champion que le cas Sunday Break, qui suit le chemin inverse, mérite un coup de projecteur.

 

 

Sunday Break est arrivé en France ce printemps comme dans un fauteuil. En effet, son fils Never On Sunday lui a préparé le terrain en gagnant en septembre 2008 le Prix du Prince d'Orange (Gr.3) à Longchamp. Une semaine après avoir encore regretté le départ de Verglas lors du succès de son fils Silver Frost dans la Poule d'Essai des Poulains (Gr.1), les éleveurs français ne peuvent que se réjouir de l'importation récente de Sunday Break, à l'heure même où ce fameux Never On Sunday enlève le Prix d'Ispahan (Gr.1).

Sunday Break porte le suffixe Jpn, bien que ses origines soient purement américaines. Sa mère Catequill est une fille par Storm Cat de Pacific Princess, championne yankee gagnante des Delaware Oaks (Gr.1) et issue du chef de race Damascus. Cette Catequill avait en fait été envoyée au Japon pour y rencontrer les meilleurs sires locaux, notamment Brian's Time, celui qui a profondémemnt marqué l'élevage nippon avant Sunday Silence. Avec lui, elle a donné la vedette locale Phalaenopsis, gagnante des 1000 Guinées et autres grands tournois sous le soleil levant. Pour donner Sunday Break ensuite, Catequill a rencontré Forty Niner, parti au Japon après avoir donné quelques très bons sujets aux Etats-Unis comme Coronado's Quest ou Distorted Humor.

 

Sunday Break

 


Contrairement à ses frères et soeurs, Sunday Break a été ramené aux USA où il s'est affirmé comme un des meilleurs élements de sa génération, avec un succès de Gr.2 dans les Peter Pan Stakes, sponsorisées par la fée clochette, et surtout une 3e place dans la 3e étape de la triple couronne sur 2400 m, les Belmont Stakes (Gr.1). Il y était battu par l'outsider Sarava et Medaglia d'Oro, futur dauphin de la Bc Classic et de la Dubaï World Cup. Sunday Break venait déjà de n'être devancé que d'une tête par ce même Medaglia d'Oro, dans les Wood Memorial Stakes (Gr.1), derrière le vainqueur Buddha, entraîné par Mr Bond, qui s'appelle vraiment James, donc James Bond, sans blague.

Les 1e produits de Sunday Break, qui fut étalon dans le Kentucky à Gainesway puis Walmac Farm, ont 4 ans. Il s'est distingué outre-atlantique notamment avec une certaine Sunday Holiday, issue de sa 1e production et 3e des Frizette Stakes (Gr.1) à Belmont, principale préparatoire de la BC Juvenile Fillies.

 

Découvrir la fiche de Sunday Break


Voir aussi...