Demain : Fairyhouse
September Yearling Sale
Arcadia, Californie - le 25/09/2019
Santa Anita Fall Yearlings
Fairyhouse - le 26/09/2019
September Yearling Sale Part II
Timonium, Maryland - du 30/09/2019 au 01/10/2019
Midlantic Fall Yearlings
Kill - du 01/10/2019 au 02/10/2019
Orby Sale
Saint-Cloud - le 03/10/2019
Vente de Pur-Sang Arabes
Kill - le 03/10/2019
Sportsman's Sale
Saint-Cloud - le 05/10/2019
Vente de l'Arc
Newmarket - du 08/10/2019 au 10/10/2019
October Yearling Sale - Book 1

New Bay, une casaque aux couleurs des rideaux du salon

05/06/2015 - Grands destins
La souche maternelle de New Bay, le dernier vainqueur du Prix du Jockey-Club, a intégré les effectifs de la casaque verte et rose de Juddmonte en 1987 après l’achat de l’une des dernières filles de Mill Reef, Bahamian. C'était l'époque d'une grande vague d'achat qui donne ses fruits tous les jours depuis près de 30 ans. Par Xavier Bougon.

Khaled Abdullah avec son conseiller George Blackwell à l'époque de l'achat de Bahamian, à l'origine de New Bay.


Dimanche dernier, New Bay, le protégé du Prince Khalid bin Abdullah bin Abdul Raman Al Saud, en un mot, Khalid Abdullah, a donné à son arrière-grand-mère, Bahamian, son 4e classique après les succès de Wemyss Bight (Irish Oaks 1993), de Zenda (Poule d’Essai des Pouliches 2002) et de son fils, Kingman (Irish 2000 Guinées 2014). 

Bahamian, qui est née en 1986 de la dernière production de Mill Reef et d’une fille de Busted, Sorbus, a rejoint le ring de Tattersalls où quelques 400 yearlings représentent le haut du panier lors de la session des Newmarket Highflyer Yearling Sales. Le catalogue est divisé en deux parties, la première étant une sorte de sélection dans la sélection. Le «tout-venant» sera proposé quinze jours plus tard lors des October Sales.
 
Mill Reef fait le top-price des ventes 1986 avec un des ses fils à 600.000 Guinées. En cette année 1987, il fait encore l’actualité, mais à titre posthume, avec 5 des 11 Top-prices dont le top des tops à 560.000 Guinées, une élève de Paul Mellon, Nemesia pour Lady Beaverbrook. Les acheteurs se ruent sur la «last crop» y compris George Blackwell, le nouvel homme de mains (qui avait succédé à James Delahooke) du prince Khalid Abdullah qui va pousser les enchères à hauteur de 310.000 Guinées pour la fille de Sorbus, élevée par Stonethorn Stud Ltd, entité de Gerald William Jennings, un richissime anglo-irlandais de Belfast.
 
 
Crack sur les pistes et au haras, Mill Reef venait de mourir lorsque sa fille Bahamian est passée sur le ring.
 
 
Gerald Jennings venait juste de débuter dans l’élevage quand en 1976, il «touche» une bonne pouliche, Sorbus, qui est placée à l’entrainement chez John Oxx. Gagnante à 2 ans à Leopardstown, elle va prendre, à 3 ans, quatre secondes places, et non des moindres, dans les Irish 1000 Guinées, les Irish Oaks, les Irish St Leger et les Yorkshire Oaks (de Fair Salinia).
 
Notes :
  • Dans les Irish Oaks, Sorbus avait franchi le poteau devant Fair Salinia (entrainée par Michael Stoute et appartenant à un certain Sven Hanson, futur propriétaire, en France, du Haras du Vieux Pont). Chamboulement ensuite puisqu’elle est rétrogradée à la seconde place et que la troisième place revient à Relfo aux dépens de Suni, elle aussi déclassée. A cette occasion, Fair Salinia fait le doublé Oaks anglaises (victoire devant la française Dancing Maid) et irlandaises, un doublé qui devient un triplé avec sa victoire dans les Yorkshire Oaks. 
  • George Blackwell s’était fait remarquer en achetant, trente ans plus tôt, pour 10.000 Guinées à Newmarket une certaine Lady Angela, pour l’éleveur canadien, Edward Plunket Taylor. Elle deviendra la mère de Nearctic et la grand-mère de Northern Dancer.
 
Bahamian, une pouliche de tenue puis une sacrée poulinière
 
A l’entrainement chez Arthur-Jeremy Tree, l’homme des premiers succès de la casaque verte et rose, Bahamian s’adjuge une Listed à 3 ans à Lingfield Park, puis prend la place de 4e dauphine des Oaks dans lesquelles, elle ne peut pas grand-chose contre la supériorité d’une certaine Diminuedo, de Sudden Love et de la française Animatrice. Un petit tour en France pour deux épreuves de plus longues distances : une 3ème place (après avoir été rétrogradée de la 1ère) dans le Prix de l’Espérance (3.000 m. et futur Hubert de Chaudenay) à Longchamp et une place de dauphine dans le Prix de Pomone (2.700 m.) à Deauville. Elle retournera ensuite chez elle pour prendre la 3e place des Park Hill St. (Gr.2-2.700 m.) de Casey, une pouliche de Gerald Leigh.
 
 
Bahamian, la 3e mère de New Bay, ici montée par Pat Eddery qui fut longtemps le 1e jockey de Khaled Abdullah en Europe.
 
 
Bahamian entre au haras dès l’année suivante, saillie par l’étalon-maison, Dancing Brave (un des premiers yearlings achetés par Juddmonte). Ce premier produit, né en 1990, s’appellera Wemyss Bight (Irish Oaks). De cette première jument descend, entre autres, Beat Hollow.
 
Hope, son second produit née en 1991, est la propre sœur de Wemyss Bight. Elle mettra au monde une certaine Zenda (Poule d’Essai des Pouliches) future mère de Kingman (Invincible Spirit). Le produit suivant n’est autre qu’Oasis Dream (Green Desert), le champion-sprinter et le top-étalon.
 
En 1994, Bahamian met au monde une fille de Sadler’s Wells, Coraline, gagnante à Deauville d’une petite épreuve. Des unions avec Linamix, cette dernière donnera Martaline et Reefscape et avec Halling, Coastal Path.
 
En 1996, naissance de Trellis Bay (Sadler’s Wells), placée d’une Listed à Newmarket sur 3.200 m. Elle donnera naissance à Bellamy Cay (Kris), vainqueur du Prix Maurice de Nieuil (2.800 m.) et du Prix d’Hédouville (2.400 m.) et second du Prix Royal-Oak et 3e du Grand Prix de Chantilly, à l’entrainement chez André Fabre.
 
Son second produit n’est autre que celle qui nous intéresse aujourd’hui, Cinnamon Bay (Zamindar), gagnante du Prix d’Angerville (1.600 m.) à Chantilly, mais non placée ensuite dans le Prix de Diane. New Bay est son 3e produit suivi d’une fille de Champs Elysees, une 2 ans nommée Spice Trail (déclarée chez André Fabre) et d’un yearling par Dansili.
 
 
New Bay au canter avant le Prix du Jockey-Club 2015 (photo APRH)
 
 
Notes :
 
  • Gerald W. Leigh (décédé en 2002), un client de James Delahooke, avait acheté un haras dans le Berkshire, Cayton Park Stud qui hébergera les premières poulinières du prince Abdullah avant qu’il n’achète les lieux en 1982 qu’il renommera Juddmonte Farm, dirigé à ses débuts par Simon Mockrige.
 
Bref retour sur les débuts de Khalid Abdullah
 
Rappelons que le père de Khalid Abdullah n’était autre le demi-frère du premier souverain d’Arabie Saoudite et que Khalid est à la fois cousin et beau-frère du précédent roi Fahd.
 
Il est aussi le beau-père du prince Fahd Salman (décédé en juillet 2001 en Espagne), le propriétaire de Generous, entre autres. Fahd était le frère ainé du prince Faisal, qui n’est autre que le propriétaire de Make Believe, vainqueur de la Poule d’Essai 2015.
 
Pour l’anecdote, le Prince Khalid est le cadet de quelques mois du Prince Karim Aga Khan.
 
Khalid Abdullah attendit 20 ans avant de réaliser la promesse de faire courir qu’il s’était faite en 1956 lors d’un séjour parisien qui l’avait amené à découvrir Longchamp. Bien que son père ait possédé des chevaux (mais pas de courses), Khalid fut présenté par des amis à Humphrey-Lawson Cottrill, entraîneur de renom (décédé en 1992 à l’âge de 86 ans).
 
Le prince est conseillé, à ses débuts, par plusieurs professionnels, chacun tenant son rôle, outre H.L. Cottrill (1977 à 1982), James Delahooke (d’août 1979 à août 1985), Tony Chapman, George Blackwell, Philip Mitchell, John Chandler, Garrett O’Rourke, Claude Beniada (pour la France).....Teddy Beckett (5e Lord Grimthorpe) succède en 1999 à Grant Pritchard-Gordon comme racing manager.
 
 
$
Know Fact reste mémorable pour avoir fait gagner le 1e propriétaire arabe du Moyen Orient dans un classique anglais...après la rétrogation très sévère de Nureyev dans les 2000 Guinées 1981.
 

Un démarrage obscur, puis la victoire symbolique de Known Fact
 
 
Humphrey fait l’acquisition, en 1977 à Newmarket, des quatre premiers yearlings pour son «patron». Confiés à Arthur-Jeremy Tree, trois coururent mais aucun ne s’imposera. Voilà les résultats de la première année. En 1978, à Newmarket, chez Tattersalls, il acquiert pour 264.000 Guinées (prix record des ventes de yearlings outre-Manche) un fils de Grundy, Sand Hawk (qui ne gagnera qu’une petite course) et pour 186.000 Guinées, un fils d’Habitat qu’il nomme Enchantment (qui se montrera seulement utile).
 
Il décroche néanmoins le 14 mai 1979 à Windsor sa première victoire avec Charming Native (acheté yearling $ 43.000 à Keeneland en 1978) qui portait les couleurs vert, rose et blanc, les couleurs des rideaux de son salon qui lui furent suggérées par Lord Weinstock lors d’une visite avant qu’il ne décide de fonder une écurie.
 
Son premier stakes, il le doit à Abeer (achetée $ 50.000 à Keeneland), le 20 juin 1979 dans les Queen Mary St. (Gr.2) à Royal Ascot suivi des Flying Childers St. (Gr.2) à Doncaster. Elle finira également seconde des Cherry Hinton St. (Gr.3) et 3e des Cheveley Park St. (Gr.1) (de Mrs Penny). Abeer sera donc l’une des toutes premières poulinières, mère de 10 vainqueurs mais aucun gagnant de groupes.
 
 
Revoir la victoire de Rainbow Quest dans le Prix de l'Arc de Triomphe 1985, après la fameuse rétrogradation de Sagace, qui reste, même 30 ans après, un délire complet des commissaires.
 
 
Il bénéficie des rétrogadations de Nureyev puis de Sagace.
 
Puis il devient le premier arabe du Moyen-Orient à remporter un «classique» européen en l’occurrence les 2000 Guinées 1980 (après la rétrogradation sévère de Nureyev) avec Known Fact, acheté yearling à Keeneland en 1978 pour $ 225.000. Ce même Known Fact lui avait remporté son premier groupe 1, l’année précédente, les Middle Park St.
 
En France, il enlève son premier groupe 1 en 1985 dans le Prix du Moulin de Longchamp, avec Rousillon, un fils de Riverman, payé $ 100.000 yearling à Fasig-Tipton. Moins d’un mois plus tard, il enlève son premier Arc de Triomphe avec Rainbow Quest, acheté yearling $ 950.000 également à Fasig-Tipton par James Delahooke
 
En 1992, Khalid est tête de liste des propriétaires aux USA. Dix ans plus tard, il l’est également en France et en Angleterre.
 
Khalid est, en 1983, le premier arabe membre du Jockey Club anglais (Maktoum Al Maktoum le deviendra un an plus tard).
 
Notes
Jeremy Tree a cessé son activité d’entraineur en 1989 et décèdera en mars 1993.
 
 
TELECHARGER LE TABLEAU COMPLET DES GAGNANTS DE GR.1 DE KHALED ABDULLAH AVEC LEUR SOUCHE MATERNELLE.
 
 
Un élevage qui débute par l’achat de mâles puis de pouliches bien nées puis croisés entre eux
 
Après avoir débuté en achetant des mâles qui, pour les meilleurs, deviendront étalon Juddmonte, Khalid s’affiche sur les marchés mondiaux pour acquérir des pouliches ou des juments de bonne souche. Ces dernières seront présentées à ces mêmes mâles. Trente ans après, l’élevage serait capable de tourner en «autarcie»....ou presque tant les étalons-maison sont nombreux. Mais il y a des exceptions telles que New Bay, né d’un étalon extérieur (Dubawi). Signalons quand même que la mère de Dubawi est une fille de Deploy (étalon Juddmonte) et sa grand-mère, une fille de Dancing Brave !!!
 
Le temps que les mâles fassent leurs preuves sur la piste, Khalid remporte un premier groupe comme éleveur (sous l’entité Areen Ltd) à Royal Ascot en juin 1984 avec Ballinderry, une fille d’Irish River et de la française Miss Manon (acquise après les naissances de ses frères et sœurs,Sharpman, Mot d’Or, Lydian, Miss Summer), dans les Ribblesdale St. (Gr.2). Ballinderry deviendra la mère de son premier French Derby-winner, Sanglamore (Sharpen Up).
 
Son premier classique en tant qu’éleveur, il le doit à Houseproud (Riverman) dans la Poule d’Essai des Pouliches 1990 après avoir acheté sa mère, Proud Lou (Proud Clarion), gagnante des Frizette S. (Gr.1) à 2 ans et payée $ 36.000 à Fasig-Tipton. Quelques semaines plus tard, l’élevage Juddmonte ajoute deux autres classiques avec Sanglamore et Quest For Fame (Derby d’Epsom.
 
 
S'il a déçu au haras, Quest For Fame a offert à Khaled Abdullah son 1e classique 100% maison, issu de deux parents stationnés à Juddmonte où il a ensuite été élevé.
 

Il achète l'effectif du producteur d''Autant en Emporte le Vent"
 
 
Quest For Fame est né après l’achat de sa mère, Aryenne, gagnante, pour D.G. Volkert, de la dernière édition du Critérium des Pouliches (avant de s’intituler Prix Marcel Boussac) et de la Poule d’Essai des Pouliches. Saillie par Rainbow Quest (un achat yearling), il devient le premier classique 100% maison.
 
Après le décès, en février 1982, de John Hay Whitney (familièrement appelé, «Jock», ancien ambassadeur américain à Londres et producteur de Autant en Emporte le Vent, entre autres), Khalid achète, lors d’une vente privée, une partie de l’effectif du défunt. Parmi les lots se trouve une pouliche de 3 ans, Rockfest, qui deviendra la mère de Kind.....d’où Frankel. Il y avait également une jument de....22 ans, Peace qui deviendra la 4e mère de Byword, entre autres....(lire l’article du 18 avril 2012)
 
« Quand un cheval que j’ai élevé gagne une course, il me donne beaucoup plus de plaisir qu’un cheval que j’ai acheté » une réflexion de Khalid Abdullah en 2001. L’une des plus grandes fiertés du prince Khalid Abdullah, c’est d’avoir fait naître Danehill (Danzig) après avoir acheté sa mère yearling, Razyana, ($ 350.000 à Saratoga). La mère de Razyana n’est autre qu’une soeur de Northern Dancer.