Aujourd'hui : Kill
November Foal Sale Part. 1
Aujourd'hui : Deauville
Autumn sale
Kill - du 21/11/2019 au 22/11/2019
November Breeding Stock Sale 2019
Kill - le 22/11/2019
November Foal Sale Part 2
Newmarket - le 25/11/2019
December Yearling Sale
Newmarket - du 27/11/2019 au 30/11/2019
December Sale - Foals
Newmarket - du 02/12/2019 au 05/12/2019
December Mare Sale

Japan Cup 2016 : on se console comme on peut !

28/11/2016 - Focus divers
Yutaka Take, en selle sur le gagnant de la Japan Cup 2016, Kitasan Black (Black Tide), s’impose pour la 4ème fois après les succès de Special Week, Deep Impact et Rose Kingdom. Le français Erupt n’a jamais fait illusion. Par Xavier BOUGON.

Kitasan Black et Yutaka Take remportent la Japan Cup 2016. Ensemble, ils avaient déjà gagné le Tenno Sho printanier à Kyoto en mai 2016 ©DR

 

Si ce n’est toi, c’est donc ton frère

 

Deep Impact (Sunday Silence) avait gagné l’édition 2006 laissant Ouija Board (L. Dettori) sur la troisième marche du podium. Il sera ensuite trois fois vainqueurs par sa fille, Gentildonna (2012 et 2013) et son fils Shonan Pandora, le tenant du titre.

Le vainqueur de l’édition 2016 n’est pas un fils de Deep Impact mais de Black Tide. Né en 2001, il est, ni plus ni moins, que son propre frère ainé, par Sunday Silence et Wind In Her The Hair. Il avait été vendu, foal, par Northern Farm pour 101.850.000 Yens. Sur la piste il n’a pas le même palmarès que son frère cadet. Entré au haras en 2009, il a tout de même été, en 2012, tête de liste des étalons de première production.

 

Black Tide, le propre frère ainé de Deep Impact ©DR

 

Pour mémoire, Special Week (Sunday Silence) est le père d’une certaine Buena Vista, gagnante de la Japan Cup 2011 mais aussi de l’édition 2010. Mais la Japan Racing Association avait privé injustement Christophe Soumillon du succès qui profitera à Yutaka Take et sa monture, Rose Kingdom (fils de champion King Kamehameha). Special Week est aussi le grand-père maternel d’Epiphaneia, vainqueur en 2014 sous la monte de Christophe Soumillon.

 

Pas de français à l’arrivée, mais on se console comme on peut avec ce que l’on a !

La famille maternelle de Kitasan Black est d’origine japonaise depuis que Shadai Farm a importé son arrière grand-mère en provenance des USA. La famille Yoshida l’avait achetée vide, en janvier 1989, pour $ 40.000.

Sa 3ème mère donc, Tizly (Lyphard) est née en Pennsylvanie en 1981 d’une mère chilienne, Tizna, morte en 1989 et enterrée à Overbrook Farm, le haras fondé par William T. Young. Tizly avait été élevée par sa fille, Lucy Young, l’ancienne femme du prince Ruspoli, et l’épouse de François Boutin.

C’est la raison pour laquelle la fille de Lyphard avait tout d’abord élu domicile à Chantilly puis, très vite, avait rejoint la province chez Jean-Luc Damblé qui lui fait gagner quatre courses. Dans les pedigrees américains, on parle d’une gagnante, mais on ne vous dit pas tout.....elle s’est imposée à 3 ans (1984) à Dinan, Jarnac, Vertou et Guerlesquin.....(rassurez-vous je n’ai rien contre ces hippodromes, surtout en ces temps de fermeture annoncée !).

 

Tizna, la quatrième mère de Kitasan Black, est née au Chili où elle a été élevée par le Haras El Parque mais a effectué toute sa carrière de course aux USA. En 54 courses, elle a amassé plus de $ 640,000 ©DR

 

Tizly repartira dans son pays natal et avant d’être vendue pour le Japon, elle donnera naissance en 1987 à un mâle de Relaunch, Cee’s Tizzy. Vendu yearling par la famille Young, ce dernier deviendra le père d’un certain Tiznow, entre autres. Il est mort en octobre 2015 à 28 ans.

 

Cee's Tizzy, le père de Tiznow est aussi un petit-fils de Tizna ©DR

 

Pour l’anecdote, Tizly donnera également naissance, avant son départ au pays du Soleil Levant, à une pouliche de Sagace, nommée Thoiry, qui rejoindra les effectifs de Daniel Wildenstein. Elle effectuera sa carrière en France chez André Fabre pour le plat et chez Jean-Paul Gallorini pour l’obstacle.

 

Arrivée sur l’ile d’Hokkaido, Tizly ira à la rencontre de Judge Angelucci (Honest Pleasure), que la famille Yoshida avait importé après ses excellentes prestations américaines, notamment une 3ème place dans le Breeders’Cup Classic (de Ferdinand). Viendra donc en 1990, la naissance de la grand-mère de Kitasan Black, Otome Gokoro.

 

Notes :  Tizna, née en 1969, est une fille du français, Trévières (Worden et Vamarie), exporté en Amérique du Sud après avoir gagné en France, l’année du décès de son propriétaire-éleveur, Ralph Beaver Strassburger. Il n’est autre qu’un descendant de la jument base de son élevage, Anne de Bretagne (la fameuse famille 4-i).

 

Kitasan Black et son entourage après avoir gagné la plus célèbre des courses au Japon. Il défend la casaque d'Ono Shoji et a été élevé par Yanagawa Bokujo. A 3 ans en 2015, Kitasan Black avait enlevé le Saint-Léger Japonais, Gr.1, sur l'hippodrome de Kyoto ©DR