Aujourd'hui : Ascot
Ascot August Sale
Aujourd'hui : Deauville
Vente de Yearling V2
Doncaster - du 27/08/2019 au 28/08/2019
Premier Yearling Sale
Doncaster - le 29/08/2019
Silver Yearling Sale
Baden-Baden - le 30/08/2019
Jährlings Auktion
La Teste - du 03/09/2019 au 04/09/2019
Vente de Yearlings

Saying Again, de Paul Samedi dit Fontaine, boucher à Pellouailles, à son voisin Fernand Voisin

17/01/2017 - Grands destins
 Pur produit de l'élevage de Guy Chérel, fils de ses 2 anciens protégés Califet et Débandade, la nouvelle vedette du Cross à Pau, Saying Again nous ramène à l'étonnant destin de 2 hommes à l'origine de sa famille,  Paul Samedi-dit-Fontaine, le boucher de Pellouailles-les-Vignes, et son voisin, Fernand Voisin, le lieutenant de louveterie. 

Saying Again, vainqueur du Prix John Henry Wright 2017 à Pau.
 
On voit bien les Fabrice Lundy et Bruno Jeudy sur BFMTV, on connait tous le fameux Vendredi, compagnon de Robinson Crusoé dans la Vie Sauvage, mais on aimerait savoir qui connait Monsieur Samedi. Personne à part son voisin Monsieur Voisin bien sûr ! Et à Pellouailles-les-Vignes, un village où on ne fait pas de vin dans le Maine-et-Loire. " Redites moi cela ? " exige Saying Again, l'actuel champion du cross de Pau, tenant du titre du Grand Cross 2016, et resté invaincu pour ses 6 dernières sorties sur le parcours du Pont-Long lors de son nouveau succès dans le Prix John Henry Wright le 15 janvier 2016 sous la selle de Stéphane Paillard, le 1e jockey d'Isabelle Pacault. Car s'il cherche à la 2e question existentielle " d'où je viens ", il devra comprendre d'abord l'histoire de M. Samedi dit Fontaine et Voisin, son voisin.
 
 

Califet a été vendu en Irlande. Il fait désormais la monte à Boardsmill Stud.
 
 
Né en 2006, deux ans avant le décès de son éleveur, Saying Again fait partie de la 1e génération de son père Califet, entrainé et installé étalon par Guy Chérel, qui a d'emblée comblé son mentor de succès avec Sway, Surfing, Kriss William, Temple Lord. Egalement précoce, celui qui saute comme Bambi à son âge canonique de 11 ans, a gagné 2 courses plates AQPS à 3 ans avant d'enchaîner par 2 succès en haies à Pau. L'entraineur-élevage de Gavray dans la Manche avait soutenu son étalon débutant avec des juments de 1e ordre, comme Débandade, gagnante à Auteuil du Prix André Boignères et déjà mère de vedettes en série avec Ladalko, Mount Cook, Nassora, Oumeyade, Rochdale, que des black types !!!.
 

Saying Again, gagnant du Grand Cross de Pau 2016, alors monté par James Reveley, sous la férule de Guy Chérel.

 
Guy Chérel avait acheté cette Débandade alors qu'elle était pouliche lorsqu'il était tournée en compagnie de Claude Ventrou dans la région d'Angers, en l'occurrence sur la commune de Pellouailles-les-Vignes, chez une figure locale nommée Paul Fontaine, boucher du village, éleveur polyvalent à l'ancienne de bons chevaux PS et AQPS, de plat et d'obstacle. Paul Fontaine a toujours eu 2 ou 3 juments. Il est proche de Nelly et Pierre de Guillonnière, et fait saillir au Haras de la Rousselière les seules fois où il ne fait pas saillir, pourtant très fidèlement depuis l'après-guerre, aux étalons du Haras National du Lion d'Angers. D'ailleurs, Débandande, née en 1991 est issue de l'avant-dernière génération du mémorable Le Pontet (voir la photo ci-dessous) vainqueur à Auteuil, patriarche de l'Isle-Briand mort en 1992 à l'âge de 27 ans.
 
Grand amateur du loisir du samedi dans les campagnes de l'époque, c'est à dire la chasse puisque le dimanche est réservé aux courses à la place de la Messe, Paul Fontaine s'appelle en fait Paul Samedi...Paul Samedi-dit-Fontaine, comme cel est inscrit à la finale dans son état-civil, mais tout le monde l'appelle Paul Fontaine, notamment son grand ami et voisin, Fernand Voisin, chatelain, seigneur du Chateau Echarbot à Saint-Sylvain-d'Anjou, dont les terres ont été prises depuis par l'autoroute qui ouvre la porte d'Angers au Nord-Est. Monsieur Voisin est une légende la chasse à tir, à la tête d'une meute de chien, lieutenant de louveterie. Et aussi, comme tout bon angevin, un éleveur de chevaux de courses. Et comme beaucoup en ce temps, un éleveur très "bio" capable d'amener à 30 km/h dans un van tambourinant et débordant d'écume, une femelle de 3 ans au débourrage au mois de juillet avec un licol rose tout neuf dans les mains en disant que l'animal n'avait jamais vu l'homme mais que l'homme avait confiance en l'animal.

Dans les années 60, Paul Samedi-dit-Fontaine avait récupéré une fille de Fine Top (pas le père de Top Ville mais de Fin Bon, Sanctus, Topyo) nommée Zodiacale, issue d'une souche du Baron Edouard de Rothschild qui avait fait croiser Ksar, gagnant de l'Arc de Triomphe en 1921 et 1922, avec une de ses pouliches qu'il avait nommé...Groseille à Maquereau ! Il en avait eu la très bonne Baratinée (Tamiran), gagnante de 8 courses chez Gérard Margogne, le grand leader régional de l'époque en obstacle, ainsi que La Protégée (Kansas), petite gagnante à réclamer à Lamballe mais restée seule femelle de la famille à être conservée à l'élevage...par son Voisin, Fernand Voisin. Le chatelain croise 2 fois La Protégée qu'il a donc récupérée chez son voisin, à un étalon anglo-arabe très en vogue au Haras National du Lion d'Angers : Le Verglas.
 
L'ainé, un hongre nommé Louvart, gagne 7 courses à nouveau chez Gérard Margogne mais sous la casaque de Paul Fontaine qui avait sans doute échangé la mère contre le 1e produit comme il était très courant en ce temps de non-marché public. La cadette, nommée Ma Protégée, restera inédite, mais au haras, Fernand Voisin en tirera une descendance formidable (voir le détail ci-dessous), avec de nombreux produits exploités par le propriétaire-éleveur Serge Provost, un autre ami, et le petit et discret mais très efficace entraineur du Lude Bernard Renard, l'homme de Smadoun.
 
Ces derniers ont notamment obtenu 10 victoires avec le 1e produit de Ma Protégée, nommée Queen Lee, dont 9 en plat et même 1 en obstacle, sur les haies de l'ancien parcours de La Rochelle-Chatelaillon qui n'étaient pas bien hautes. Le père Lee, un fils de Roi Lear élevé par Aland, vendu aux Wertheimer avant de faire le monte aux Haras Nationaux dans un grand anonymat.
 

Le Verglas, l'étalon anglo qui a fait entrer cette famille dans le monde de l'AQPS.
 
Toujours dans les parages, Paul Fontaine, qui avait décroché de l'histoire depuis 2 générations, parvient à récupérer cette Queen Lee comme poulinière. Elle-même, ses produits et mêmes désormais ses cousins qui ont du sang de Le Verglas sont des anglos de complément, et son donc rentrés dans le girons des AQPS. Elle n'a que 3 produits, 3 soeurs nommée Débandade, Etoile du Pontet (autre fille de Le Pontet) et Gay Baratineuse (Gay Minstrel), qui seront toutes achetées par Guy Chérel. Débandade a été un grand succès. Gay Baratineuse n'a pas gagné mais produits 2 bons chevaux, Ohana et Quezac du Houx. En revanche, la benjamine Etoile du Pontet a été aussi nulle à l'élevage qu'en course, justifiant la règle...des grands mystères de la génétique. 
 
 

Saying Again, un artiste sur les fromages de Pau.
 
 
La descendance de MA PROTEGEE :
  • QUEEN LEE (F82 LEE) : voir ci-dessus
     
  • ROSE LEE (F83 LEE) : pas bonne, seulement 3e à Méral en 3 sorties chez Bernard Renard pour Serge Provost, elle a donné 4 vainqueurs dont le robuste Boystar (10 victoires en 59 sorties), mais aussi Rosa River, 5 fois 2e en 7 sorties. Cette fille de Down The River a produit Jau Lee, puis s'est retrouvée chez Gilbert Gallot à qui elle a donné Royal Winner.
     
  • SIMONIAQUE (F84 ROLLING BOWL): très brave compétitrice dans les courses plates AQPS, toujours pour Serge Provost et Bernard Renard, gagnante une fois à Angers en 41 sorties, elle a été achetée poulinière par Andrée Judic en Loire-Atlantique, après la mort de Georges Cadiou, qui l'avait accquis en fin de carrière de course. Elle a donné Izmir du Cosquet, excellent sauteur chez Etienne Leenders.
     
  • TROGLODYTE (H85 ROLLING BOWL) : un mauvais cheval, qui n'a pris que de toutes petites places en plat avant d'échouer en obstacle.
     
  •  UPSALA DU BUARD (F86 UN NUMIDE): Né du 1e étalon du Haras de la Rousselière, qui ne fut pas le meilleur, elle a été poulinière chez Nelly et Pierre de Guillonnière, mais elle n'a pas donné grand chose à part Gazelle du Buard (Abdonski), gagnante de 3 petites courses puis poulinière décevante.
     
  • VA ET VOLE (F87 IMYAR) : Fille d'un étalon désastreux, elle a écumé la petite province avec 10 places et n'a donné que 2 vainqueurs en 12 produits en âge de courir.
     
  • ARAME DU BUARD (H88 IMYAR) : archi-mauvais comme presque tous les produits de son père, pourtant gagnant à Auteuil en plus de ses succès de Groupe en plat.
     
  • BRISE LEE (F89 LEE) : le retour du croisement avec Lee donne une courageuse double gagnante en plat AQPS, devenue une excellente poulinière puisque mère de 6 vainqueurs dont Kalee (Smadoun), gagnante entre autres du Prix de Craon à Longchamp pour Cyriaque Diard.
     
  • COURLIS PONTET (H90 LE PONTET) : Sauteur de grande classe entrainé par Emmanuel Chevalier du Fau pour Pierre de la Guillonnière, il a remporté le Prix Montgomery (Gr.3) en 1998 associé à Bruno Jollivet qui gagnait alors sa dernière grande course course à Auteuil.
     
  • DEBUCHE (H91 LE PONTET) : vainqueur d'une course plate à Morlaix chez Pascal David.
     
  • EPINOCHE DU BUARD (H92 LE PONTET) : inquiétante jument avec de grands yeux blancs et la queue fouaillante, elle a gagné 2 petites courses plates à Combrée et Saint-Ouen-des-Toits mais n'est jamais devenue poulinière.
     
  • HULOTTE DU BUARD (F95 APRIL NIGHT) : elle n'a pas confirmé son bon début de carrière en plat. Mais au haras, elle a donné Ulodène (Denham Red), bonne gagnante en cross chez Philippe Cottin.
     
  • JUDELLE DU BUARD (F97 APRIL NIGHT) : resté inédite, elle a fait 4 produits dont aucun n'a pris une boite d'allumette ! Mais une fille, Tadorna (Maresca Sorrento), restee elle aussi inédite, est partie poulinière chez Lune Vergette, à l'EARL du Faydeau, dans la Vienne. Elle est ressortie de l'anonymat en donnant d'abord Burma (Charming Groom), spectaculaire gagnante à Seiches/Loir en février 2015 devant une horde de propriétaires anglais qui ont fait une bringue de tous les diables, puis Cut the Mustard, lauréat d'une bonne course plate à Nantes en novembre 2016 pour la très habile Louisa Carberry.
     


Courlis Pontet, vainqueur du Prix Montgomery (Gr.3) en 1998 sous la selle de Bruno Jollivet.

 

 


On en parle dans l'article