Aujourd'hui : Deauville
Vente de Yearlings d'Août
Aujourd'hui : Deauville
Darley Prix Morny
Ascot - le 20/08/2019
Ascot August Sale
Deauville - le 20/08/2019
Vente de Yearling V2
Doncaster - du 27/08/2019 au 28/08/2019
Premier Yearling Sale
Doncaster - le 29/08/2019
Silver Yearling Sale
Baden-Baden - le 30/08/2019
Jährlings Auktion

La déjà grande Wildriver, signée Willywell

09/04/2018 - Focus divers
La pouliche Wildriver a offert une grande victoire à tous les niveaux à son entourage dans le Prix de Pépinvast ce samedi 7 avril à Auteuil en appliquant une tactique des plus efficace, celle du « qui m’aime me suive ». A 4 ans, elle est issue de la première génération de son père Willywell, ce superbe coursier de Jean-Pierre Gauvin.
Wildriver et Nicolas Gauffic, le couple signe chacun une première victoire de Groupe ©APRH
 
Si Martaline et Spider Flight ont réussi l’exploit de donner naissance à un vainqueur de Groupe à 3 ans dès leur première génération, l’exploit de Willywell est à souligner également. C’est ainsi que la gagnante 2018 du Prix de Pépinvast Wildriver, succédant à la championne De Bon Cœur, a permis de mettre en lumière tout un clan du centre-est réuni autour de la pouliche, de l’étalonnier, à l’éleveur en passant par l’entraîneur, le jockey et encore les copropriétaires. Au commencement il y a l’éleveur, Raymond Bietola, installé à Vendenesse Les Charolles au Haras de la Fourche en pleine pays charolais en Saône-et-Loire. A une quinzaine de kilomètres de là se trouve le Haras des Châtaigniers sur les collines du Rousset. Cette toute jeune structure a été créée au milieu des années 2000 par Xavier Brelaud et sa compagne Clarence Signol laquelle a travaillé pendant près de 15 ans auparavant chez Raymond Bietola. Ensuite, il faut un étalon. C’est là qu’entre en scène Willywell.
 
Né en 2002 au Haras de Nonant-le-Pin chez Olivier Corbière pour le compte d’Henri Gauvin, le fils de Jimble et Basilissa a été entraîné à Saint-Cyr-les-Vignes par le fils de l’éleveur-propriétaire, Jean-Pierre Gauvin. On reste donc dans le centre-est, dans le département de la Loire. Mais Willywell a voyagé pendant sa carrière sportive. Voyager est même un bien moindre mot si l’on sait que le cheval a couru à 76 reprises et ce de Marseille à Deauville en passant par ParisLongchamp, Chantilly, Maisons-Laffitte, Cagnes-sur-Mer, Toulouse, Vichy, Aix-les-Bains, Lyon, Nancy, Fontainebleau, Moulins, Compiègne, Strasbourg, Bordeaux et même Pise. Bref de quoi réviser sa géographie. Ses plus hauts faits d’armes, il les doit lors de ses trois victoires de Listed dans le Prix du Ranelagh à 4 ans, le Prix Lyphard à 5 ans puis le Vase d’Argent à 7 ans. Multiple placé de Groupe et même 4ème du Gr.1 Prix d’Ispahan derrière Manduro, Turtle Bowl et Stormy River, Willywell a encore gagné à l’âge de 10 ans en gagnant un gros handicap sur la PSF deauvillaise.
 
Sur les 7 produits de Willywell (en portrait ci-dessus) nés en 2014, 3 sont vainqueurs et 2 sont placés
En 2013, il a été le premier étalon du Haras des Châtaigniers. Blek avait suivi l’année suivante et Robin du Nord en 2015. Depuis ses débuts, Willywell saillissait une dizaine de juments. De sa première production sont nés 7 produits. 3 sont vainqueurs à ce jour et deux autres sont placés. Avez-vous déjà vu pareilles statistiques ? Cerise sur le gâteau, une lauréate de Groupe à Auteuil se cache dans le lot.
 
La perle rare se nomme Wildriver. Cette dernière a débuté sa carrière sous les couleurs d’Eric Bietola, le fils de l’éleveur. Entrainée tout d’abord par Marc Pimbonnet, la pouliche avait débuté par une 8ème place à Lyon à 2 ans, loin derrière la gagnante Marlonne (lauérate du Prix de Nantes à Auteuil en 2017) . Deuxième à Paray-le-Monial pour sa réapparition à 3 ans mais ensuite non placée à Wissembourg puis à Lyon, Wildriver change de cour d’entraînement. De Chazey-sur-Ain, la pouliche part à … Chazey-sur-Ain. Autrement dit, de la cour de Marc Pimbonnet à celle de Mathieu Pitart. Ce dernier, ancien jockey travaillait pour Marc Pimbonnet et Wildriver a été son premier cheval à l’écurie. Il avait ensuite fait débuter sa pouliche sur les obstacles le 8 décembre dernier à Cagnes. Et le premier partant de l’écurie comptait pour une victoire. Cette année, Wildriver a enchaîné par un succès dans l’important Prix Marise à Compiègne et donc sur une nouvelle victoire dans le Prix de Pépinvast. Depuis, le téléphone de Xavier Brelaud ne cesse de sonner. 48h après le succès de sa fille à Auteuil, Willywell est complet avec 4 saillies à assurer en ce lundi 9 avril.
 
Notes
- A l’heure actuelle, 9 produits de Willywell sont déclarés à l’entraînement 3 chez Mathieu Pitart, 5 chez Jean-Pierre Gauvin ainsi qu’un AQPS chez Jérôme Marion.
- Pearl River (Epervier Bleu), la mère de Wildriver a été saillie la semaine passée par Willywell après avoir été vide en 2017.
 
Mathieu Pitart, son beau-père et copropriétaire de Wildriver Jean-François Anthore et Nicolas Gauffery au retour de leur championne ©APRH

On en parle dans l'article