Aujourd'hui : Doncaster
September HIT Sale
Demain : La Teste
Grand Show Anglo
Fairyhouse - du 25/09/2018 au 26/09/2018
September Yearling Sale Part 1
Fairyhouse - le 27/09/2018
September Yearling Sale Part II
Maryland - du 01/10/2018 au 02/10/2018
Midlantic Fall Yearlings
Kill - du 02/10/2018 au 03/10/2018
Orby Sale
Saint-Cloud - le 04/10/2018
Vente de Pur-Sang Arabes
Kill - le 04/10/2018
Sportsman's Sale

Turgeon, le destin du plus vieil étalon PS du monde à 32 ans !

14/06/2018 - Grands destins
C'est un mystère inexplicable de la nature. Encore à l'honneur le 13 juin 2018 à Auteuil en tant que père de la Griotière (Prix Sagan Gr.3), le vénérable Turgeon bat tous les records de longévité. Toujours frais et fertile à 32 ans, le pensionnaire du Haras du Mesnil est le plus vieil étalon PS actif dans le monde !

A 32 ans, Turgeon vous salue bien ! (photo Antonia Devin)
 
Certes, on pourrait toujours retrouver un vieux fantôme qui sailiit une jument par an au fin fond du Paraguay ou de la Tasmanie, mais on peut affirmer sans risque d'erreur que Turgeon, âgé de 32 ans, est le plus vieil étalon pur-sang actif et notable dans le monde. A son âge, les spécimens de la race encore vivants sont rarrissimes, et pour les quelques exceptions, ils sont grabataires, en piteux état. Il est donc d'autant plus incroyable de voir Turgeon, né aux Etats-Unis le 13 mars 1986, encore frais comme un gardon, toujours vaillant à la saillie, bandant comme un taureau et capable de se dresser sur ses postérieurs pour honorer en monte naturelle ses promises, encore au nombre de 26 cette année !
 
" Au fur et à mesure des années, on en vient à se demander qui va prendre sa retraite le premier...nous ou notre étalon ! " plaisante Henri Devin, son propriétaire, le soir même de la victoire de son élève La Griottière, qui devient la meilleure pouliche de 3 ans du printemps 2018 à Auteuil à la faveur de son succès dans le Prix Sagan (Gr.3). " Il a encore sailli 2 juments hier, dont une de la famille Papot, et une ce matin. Le cheval n'a jamais été limité mais il n'a jamais beaucoup sailli. Sauf une année où il a fait 90 juments, il est toujours resté à 50 à 60 poulinières."
 
 

Henri, Antonia et Victoria Devin avec Thomas Guéguen avant le Prix Sagan. (photo APRH)
 

La Griottière
 
 
Henri Devin poursuit " Ce qui est extraordinaire, c'est de le voir tous les matins faire des croupages ! Il est resté très souple, musclé et rond comme une bille. Bref il est en très bel état et pas du tout sec voire décharné comme souvent finissent les vieux chevaux."
 
Dans le genre équin, à fortiori du pur-sang anglais moins robuste que les pur-sang arabes (Amer ou Dormane ont sailli très tardivement), Turgeon défie les lois de la nature tout autant que le firent dans le genre humain une Jeanne Calment, décédée à 122 ans, ou encore Yves Montand, qui a eu un enfant à 67 ans. Car le fait qu'un cheval viellisse très lentement est une chose, mais qu'il soit encore capable de reproduire à cet âge est inexplicable scientifiquement.
 
 

Turgeon, vainqueur du Prix Royal Oak 1991, monté par le hongkongais Tony Cruz.
 
 
Turgeon balaie ainsi les records de Reste Tranquille, qui a eu ses derniers produits à 28 ans en 2010, Cadoudal à 27 ans en 2006, Béring à 27 ans en 2011, Cricket Ball à 26 ans en 2016 ou encore Poliglote, qui eu son seul et unique produit de sa dernière génération cette année à 26 ans. Quand il est entré étalon en 1994, à l'âge déjà avancé de 8 ans après une longue carrière de course, Turgeon faisait la monte au Haras du Mesnil au côté de Nashamaa, Pampabird (le père de Subotica et l'autre débutant Tel Quel, lauréat des Champion Stakes.
 
 

Turgeon, jeune étalon en 1994
 
 
 
il était proposé à l'époque à 15.000 Francs, tandis que l'étalon le plus cher de France, Groom Dancer, culminait à 150.000 francs devant Highest Honor à 100.000 francs, Bering à 60.000 francs, puiss, Kendor, Fabulous Dancer, Akarad et Linamix à 60.000 francs,
 
Elevé par l'américain George Strawbridge, Turgeon a été un grand stayer sous la férule de Jonathan Pease, vainqueur de 6 courses de Groupe, dont à 3 ans le Prix de l'Espérance (Gr.2) en 1989, puis le Vicomtesse Vigier (Gr.2) à 4 ans. Il a réalisé sa meilleure saison à 5 ans, gagnant le Prix Royal Oak (Gr.1) et l'Irish St Leger (Gr.1) en plus du Kergorlay (Gr.2) et du Vicomtesse Vigier (Gr.3). Il s'est encore placé 3ème de la Gold Cup d'Ascot à 6 ans et même à 7 ans. Il faut se rappeler qu'à l'époque, l'élevage ne portait srictement aucun intérêt aux chevaux de distance, le marché de l'obstacle n'existant presque pas, tout comme les ventes pour la Melbourne Cup en Australie. Seuls les Haras Nationaux achetaient des étalons marathoniens, et donc Henri Devin. " Nous avons acheté Turgeon à Cheikh Mohammed Al Maktoum, qui l'avait lui même acheté à M. Strawbridge. J'aimais beaucoup ce sang de Caro, son père, de même qu'il avait beaucoup d'os, une belle tête et des jambes solides qui lui ont permis de courir jusqu'à 7 ans."
 
 

Turgeon blanchi !
 
 
A l'époque, Turgeon n'avait pas vraiment de gène d'obstacle dans sa souche maternelle américaine, mais son cousin Lute Antique avait réussi une grande carrière en plat, puis à Pau et à Auteuil. Il deviendra un bon étalon aux Haras Nationaux. Depuis, sous la 2ème mère, de nombreux bons sauteurs sont apparus comme Pique Sous, Toubab, Sept Vérités, Narock et surtout Turgot.
 
Vainqueur du Prix La Haye Jousselin (Gr.1), né en 1997 dans la 3ème génération de son père, Turgot est un cas très partculier puisqu'il est un cousin de Turgeon, mais aussi son fils ! Il a été le 1er champion de Turgeon, qui l'a installé dans une élite de l'obstacle européen qu'il n'a jamais quitté en 2 décennies. Notons qu'en 1994, quand Turgeon débutait étalon, son frère cadet Tikkanen, fils de Cozzene par Caro, venait de gagner sa première course à 2 ans. Il s'imposera plus tard dans la Breeders'Cup Turf, mais n'a rien donné comme étalon.
 
 

Turgot, fils, cousin et 1er champion de Turgeon.

 
Américain, père de cracks aux Etats-Unis comme Winning Colors, With Approval, Tejano, Dr Carter, mais influent en Europe avec Madelia, Golden Pheasant (Japan Cup), Siberian Express, Smuggly, Tropicaro, Carwhite, Caro marquera profondément l'élevage français à  travers la réussite de son fils Kaldoun, un cheval parti de rien mais devenu un améliorateur exceptionnel. Kaldoun a notamment produit Kaldounévées, recruté étalon par les Devin au Haras du Mesnil, à qui il a donné ses 2 champions  Ange Gabriel et Terre à Terre.


Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article


(pour valider votre commentaire sur votre boite mail)