Demain : Doncaster
Breeze Up Sale
Cheltenham - le 26/04/2019
Cheltenham April Sale
RDA Building, Canterbury Agricultural Park - le 29/04/2019
South Island Sale
Punchestown - le 02/05/2019
Punchestown Sale
Newmarket - du 02/05/2019 au 03/05/2019
Guineas Breeze-Up Sale & Horses in Training Sale
Château-Gontier - le 04/05/2019
Point to Point : la course aux clochers

Tout a commencé en 1982 quand Issam Farès achète le Haras de Manneville

29/11/2018 - Grands destins
En mai 1987, en enlevant le Prix d’Ispahan, Highest Honor offre son premier Groupe 1 à Issam Farès, trois ans après la première apparition de la casaque. Que de chemin parcouru depuis que son nom est apparu dans le monde hippique dans les années 80… Xavier Bougon s'est plongé dans le livre d'or de Manneville.
Issam Fares, ex vice-Premier Ministre Libanais de 2000 à 2005
 
 
 
Tout petit déjà, Issam Farès se passionne pour les courses
Depuis sa plus tendre enfance, Issam-Michael Farès (né en mai 1937 à Beino ou Baino, un quartier de Lebanon au Liban) a toujours aimé les chevaux. C’est en France qu’il commence à faire courir. « J’aime Deauville, j’adore y venir avec ma famille, nous venons même à Noël. J’ai des maisons dans le monde entier, je voyage beaucoup et n’ai pas de base, mais c’est Deauville qui a ma préférence ! »
 
L’écurie Manneville n’est autre que la première entité du libanais amoureux de la France et de la Normandie en particulier qui achètera en 1982 le Haras de Manneville. Celui-ci, situé à une demi-heure de Deauville, est l’un des terroirs les plus riches et les plus féconds dans l’histoire du pur-sang normand. Fondé en 1926, il a vu l’éclosion du fameux élevage Coulon (Henri) puis celui du comte Guillaume d’Ornano.
 
Chrétien libanais d’origine, Issam Farès a initialement développé de vastes intérêts professionnels en Arabie Saoudite, qui l’ont ensuite amené à investir dans le monde des affaires aux Etats-Unis où il a pris le contrôle en 1978 d’un conglomérat texan, le groupe Wedge…
Il est également Président de Wedge Bank, une banque internationale d’affaire implantée en Suisse et au Liban qui s'occupe de gestion de portefeuilles et d’investissements immobiliers.
 
« J’ai alors voulu acquérir une propriété en dehors de Paris, j’adore la campagne. J’hésitais entre un château de Grand Cru de Bordeaux ou une terre d’élevage, car je voulais absolument produire quelque chose. Un des directeurs de ma banque, la Wedge Bank, m’a proposé le Haras de Manneville, c’est là que tout a commencé... »
 
 
Découvrez le Haras de Maneville en vidéo
 
 
L’intention première avait été d’acquérir quelques yearlings, mais il a préféré monter d’emblée une exploitation d’élevage à vocation commerciale. D’où l’acquisition du Haras de Manneville. Les premiers produits « Manneville-Farès » apparaissent sur les rings de vente en 1984. Dès la première année, il vend une fille de Crystal Palace et d’Ymirkhan pour 2.600.000 F. (future poulinière en Nouvelle-Zélande) ce qui conforte Issam dans son projet, dont l’extension allait s’accélérer, avec la déclaration de ses couleurs en 1984 et l’internationalisation de son élevage.
En 1987, cette internationalisation inscrit désormais Manneville au centre d’un complexe « anglo-franco américain » :
- Antenne anglaise : Newsells Park (550 ha environ, revendu en 2000 à Klaus Jacobs), haras de grande notoriété à proximité de Newmarket, acquis à la famille McIntyre.
- Antenne américaine, Warnerton Farm (voisin de Calumet Farm dans le Kentucky) ainsi que deux propriétés mitoyennes, Ponjotal Farm et Steel Farm, rebaptisés Farès Farm.
 
Notes
- Avant la 1ère guerre, le domaine de Manneville  avait appartenu à une famille d’émigrés russes, les Marmatcheff dont l’épouse décède en 1924. A cette époque, la réalisation du haras avait été confiée au futur régisseur, Raymond Rouget, le grand-père de Jean-Claude.
 
- Les couleurs de la première casaque furent : marron, un chevron et manches beiges, toque marron devenues par la suite beige, un chevron marron, manches chevronnées beige et marron, toque écartelée beige et marron puis damier beige et marron...
 
En 1984, dans les effectifs d’Eric Castela et d’André Fabre figurait son nom puis en 1987 Pascal Bary, Jean de Roualle et Jean-Claude Rouget, entre autres,se sont occupés d’une cinquantaine de chevaux rejoints en 1989 par Jonathan Pease et Maurice Zilber.
 
- En raison de sa naissance tardive (15 juin), un fils de Kenmare, Highest Honor (mort en juin 2009 à 26 ans) est présenté par la Haras de la Louvière aux ventes de novembre 1984 à Deauville. France Pur-Sang (Jean-Louis Branère), agissant pour Issam Farès, signe le bon pour 290.000 F.
 
Farès avait été l’underbidder dans la vente aux enchères de Calumet Farm, vendu à Henryk de Kwiatkowski pour $ 17.000.000 le 26 mars 1992.
 
 
Highest Honor, le premier champion d'Issam Fares
 
 
Troisième et dernière Dispersal
En 1998, Issam Farès décide d’abandonner ses activités hippiques pour se consacrer à la politique. A cette époque, l’effectif est de 496 chevaux répartis entre les USA, l’Angleterre et la France. L’armada passe en vente sans réserve entre juillet et décembre sur les rings de Newmarket, Keeneland, Deauville et même La Fouilleuse (Saint-Cloud).
Au mois de juillet, 15 yearlings passent sur le ring de Keeneland. Le 24 août à Deauville sur le ring de l’Agence Française, 29 yearlings (dont 17 Highest Honor) passent donc en vente dont la demi-sœur de Take Risks (Highest Honor et Baino Bluff) par Bering, vendue 2.600.000 F. à Jacky Cunnington pour le compte de George Ohrstrom (le frère de Mme Magalen Bryant).
Sa propre sœur, Libanoor, la première femelle de la fratrie née en 1994, est vendue à l’Agence FIPS pour les époux Forien et la Mise de Moratalla.
Une autre propre sœur cadette, Baino Ridge (née en 2002) sera conservée et deviendra la mère de Baino Hope (Prix de Pomone), Baino Rock (2e Fille de l’Air) et Roman Ridge, le lot N°110 de la prochaine vente d'élevage Arqana. Le lot N°190 n’est autre que Baino Hope, pleine de Kingman.
 
La vente 1998 dite « de l’Arc de Triomphe » organisée par Goffs France réunit 23 sujets. En décembre sur le même ring, Highest Honor est représenté par 23 foals de l’année.
 
En janvier 2013, les effectifs stationnés aux USA passent sous le feu des enchères à Keeneland (avec comme consigner Lane’s End) où 78 chevaux (poulinières, yearlings et chevaux d’âge) changent de mains. C’est une deuxième « dispersal » avant celle de cet hiver prochain.
 
 
Curlin, élevé par Issam Fares, a gagné la Dubai World Cup 2008
 
 
De l’autre côté de l’Atlantique Issam Farès est connu pour être l’éleveur entre autres de Curlin (vendu yearling $ 57.000 puis élu deux fois cheval de l’année) et de Da Hoss, vendu yearling une bouchée de pain, $ 6.000, à deux anciens avocats et double vainqueur de la Breeders’Cup Mile 1996 à Woodbine (monté par le récent retraité, Gary Stevens) devant Cash Asmussen en selle sur Spinning World – sans Lasix) et 1998 à Churchill Downs, entraîné par un ex-jockey d’obstacles anglais, Michael Dickinson, installé aux USA depuis 1987).
 
En 1991 à Churchill Downs, la Breeders’Cup Turf est remportée par Miss Alleged que Farès avait acheté yearling $ 250.000. Elle est depuis à l’origine de Zghorta (Gone West) et de sa petite-fille Zghorta Dance, inscrite à la vente de décembre à Deauville.
A cette même vente d’Arqana, est à vendre également Wedge Trust (Zamindar) pleine de Gleneagles. Elle est la fille de Wedge (Storm Cat), entrée yearling dans le giron Fares après son achat pour $ 300.000.
 
 
Miss Alleged, achetée yearling par Issam Fares, gagne la Breeders' Cup Turf 1991
 
 
Notes
Curlin est né à Fares Farm suite à l’achat en 1986 de sa grand-mère, Barbarika (Bates Motel) laquelle avait été payée $36.000. Il l’a revendra en 1998 pour $50.000. Sur la piste, elle avait pris quelques places à Evry et Longchamp sous l’entrainement de Pascal Bary.
 
Da Hoss (Gone West) a été vendu si peu cher à cause de son modèle. Placé à l’entraînement dans un premier temps chez Kevin Eikleberry (à Turf Paradise), il n’en a pas moins fait un temps record à 2 ans sur 1.200 mètres (1’07’’20) relaté par le Daily Racing Form ce qui n’a pas échappé aux frères Preston (Prestonwood Farm dans le Texas) qui s’empressent d’en acheter 80%. Le poulain a connu les plus grandes joies comme les plus gros soucis (boulets, tendons….). Il était aussi doué que fragile. Dès sa première année, il est victime d’infections au sabot, yearling, il est confronté à des problèmes osseux tournant à l’arthrose.
L’histoire de Da Hoss sort de l’ordinaire tout comme celle de sa mère, Jolly Saint, gagnante de Groupes en Irlande et aux USA avant de passer quatre fois sur les rings de vente pour des prix variant de $ 12.000 à $ 100.000 (en 1995). Elle finira au Japon deux ans après.
 
 
Da Hoss, élevé par Issam Fares, a gagné la Breeders' Cup Mile 1996 devant Spinning World
 
 
-Take Risks, issu de la première production de son père et premier produit de sa mère Baino Bluff, avait été installé comme étalon au Haras du Bouquetot. Sa mère avait effectué sa carrière chez Jean de Roualle après avoir été achetée yearling. Au haras, elle donnera naissance à 12 produits d’Highest Honor sur 16 « maternités ».
 
- Lors de la vente du 24 août 1998, une certaine Rêve d’Oscar, (Highest Honor et Numidie) est vendue 280.000 F. à Mme Myriam Bollack-Badel.
 
- En 1987, Jean de Roualle achète pour son « client », une yearling en provenance de l’élevage Chédeville, nommée Lady Winner pour 450.000 F.
 
- En 1989, Chantilly Bloodstock achète pour Issam et son entité (Minefa Holding) une fille de Kenmare, La Carène, qu’il paiera 400.000 F. en provenance du Haras de Préaux. A la même vente, le Haras de Chemoitou lui vend une fille Baillamont (à la mode à l’époque), nommée Numidie pour 210.000 F. qui deviendra la mère de Sir Eric (vendu en 1996 pour 260.000 F.), de Rêve d’Oscar (vendue en 1998 pour 280.000 F. à Mme Myriam Bollack-Badel) et de Numide (Prix Hocquart puis vendu en 2007 à la vente de l’Arc)
La même année aux USA, Issam s’offre la gagnante de 11 Gr.1 dont la Breeders’Cup Distaff 1986, Lady’s Secret (Secretariat), pleine de Alydar, pour $3.800.000. Elle a été la pouliche la plus riche au monde à son époque.
 
- En 1993, il vend une yearling $36.000, Shaanxi (1992 Zilzal et Rich and Riotous), achetée lors de la dispersion de Nelson-Bunker Hunt). Après sa superbe carrière, elle rejoindra les effectifs des Yoshida. En 1994, son frère, Mister Alleged (Alleged), est vendu, réclamé par Mlle Isabel Turc.
 
Les poulinières de Manneville
26 poulinières sont répertoriées sur le site du Haras de Manneville dont les 4 juments à vendre samedi 8 décembre 2018. Quelques-unes sont issues d’achats divers et variés. En novembre 2005 à Keeneland, Issam achète 12 juments pour $2.800.000. Outre les familles précitées, Issam Farès est également propriétaire notamment de :
 
Beynotown, une fille d’Authorized et de Gaily Tiara que le libanais avait acheté en novembre 2005 (après la naissance de Germance) pour $200.000.
 
Delicate (2012 Zamindar et Tender Morn), achetée à l’écurie Wertheimer en décembre 2015 à Deauville pour 95.000 Euros. Maiden sur la piste et au haras, elle est la propre sœur de Zantenda (Prix d’Aumale et 3e Prix Marcel Boussac).
 
Gypsy Hollow, (2001 Dixieland Band et Turkish Gipsy), achetée en novembre 2004 pour $100.000. Elle est âgée de 3 ans, elle est inédite et est pleine d’Orientate. Elle donnera naissance à Gipson Dessert, conservée à l’entraînement, gagnante du Critérium du F.E.E et seconde du Prix des Réservoirs.
 
Lady Elgar (1997 Sadler’s Wells) a couru une fois en France pour la casaque de Michael Tabor et l’entraînement Fabre. Vendue ensuite deux fois à Newmarket elle est présentée en novembre 2005 à Keeneland, pleine de Johar mais déjà mère de Grand Couturier. Issam en offre $210.000 et vendra le produit, nommé Alainmaar pour 240.000€ à Deauville.
 
Little Jawla (2007 Footstepsinthesand) est une fille de Jawla (1997 Wolfhound), achetée à Hamdan Al Maktoum pour $80.000. Elle est la sœur de Muthathir. Il a vendu entre autres, le foal 2014, Amazing, (Kentucky Dynamite) lequel s’est placé 3e du Prix François Mathet (Listed).
 
- Makadane, (2007 Danehill Dancer), fille de Makam, achetée en novembre 2005 pour $200.000. Makam est la sœur de Windsor Palace et d’Anna Karenina d’où Battle of Marengo (nouvel étalon au Haras des Granges en 2019).
 
Medical Kiss (2010 Medicean) est le premier produit d’une mère inédite. Elle est achetée yearling à Deauville pour 52.000€. Gagnante à Auch à 3 ans, elle est, depuis, mère de Boomboom Kiss (2015 Kentucky Dynamite) vainqueur à deux reprises et 2e du Prix Maurice Caillault pour la casaque Farès.
 
Noor Forever (2005 Highest Honor) provient de son élevage depuis l’achat de sa mère en 1987 lorsque Lovely Noor (Fappiano) est encore yearling. Elle est achetée aux July Select de Keeneland pour $ 250.000. A l’entraînement chez Pascal Bary, elle n’a couru qu’une seule fois à Longchamp. Noor Forever est la mère de 3 vainqueurs. Noor est aussi le nom de la fille d'Issam Fares.
 
Peachmelba (2005 Theatrical) a été achetée yearling pour $160.000 à Keeneland. Troisième du Prix de la Pépinière, elle est ensuite la mère de 3 vainqueurs dont City Money (2012 Elusive City), vendu yearling.
 
Relief Quest (2014 Iffraaj) a été achetée yearling à Newmarket pour 80.000 Guinées. Elle est issue de la grande famille Abdullah, celle de Bahamian, Zenda, Kingman, New Bay……Gagnante à Salon de Provence à 2 ans, elle a été saillie pour la première fois en 2018 par Toronado.
 
Sachet (2000 Royal Academy) achetée $165.000 en novembre 2005. Elle deviendra la mère de Wireless (vendu à réclamer puis gagnant de Listed et placé de groupe), de Wire To Wire (gagnant du Prix Omnium II et placé du Prix Greffulhe puis vendu à Hong-Kong).
 
Saturnine (2005 Galileo) a été achetée en décembre 2015 à Deauville, pleine de Wootton Bassett pour 85.000€. Gagnante du Prix Panacée (Listed), entre autres, elle a rejoint Manneville où était née sa grand-mère, Just Rainbow, 22 ans plus tôt. Cette dernière était le premier produit de sa mère, née en 1984, Just Class, achetée après sa carrière sur la piste. Just Rainbow n’a pas couru et a donné naissance à deux filles d’Highest Honor, Just Wood (vendue 100.000 F. à Frédéric Sauque en août 1988 et dont descendent Just Little, Justwantacontact, Naturally High) et Katchina Quest, vendue à Peder Moen, l’éleveur de Saturnine.
 
Symba’s Dream (2006 Vindication) est la sœur de Heritage of Gold (Gr.1 USA). Elle est achetée yearling à l’amiable (ayant été retirée à $170.000) en septembre 2007. Chez Jean-Claude Rouget, elle se classe 3e du Derby du Languedoc (Listed) puis deviendra la mère de La Gommeuse (Zamindar), vendue 25.000€ pour l’Italie où elle est gagnante de Listed à Milan. Elle est aussi la mère de Jufoon (2011 Dubawi), son premier produit, vendue yearling 200.000€ à Shadwell.