Aujourd'hui : Fairyhouse
Derby Sale
Bécon-les-Granits - le 29/06/2019
Show Lumet
Deauville - du 02/07/2019 au 03/07/2019
Vente d'Eté
Newmarket - du 09/07/2019 au 12/07/2019
July Sale
Lexington, Kentucky - du 09/07/2019 au 10/07/2019
The July Sale

La Tournée du Stagiaire: Artus de Boisbrunet, du cross de Merano à l'Ouest

09/04/2019 - Focus divers
Dans la tournée du Stagiaire, on vous emmène à la découverte de l'avenir de la filière courses, à la rencontre de ces jeunes entraîneurs, éleveurs, jockeys, qui seront les anciens de demain. Pour ce quatrième épisode, on vous emmène à la rencontre d'Artus de Boisbrunet. Le petit frère d'Augustin a choisi l'Ouest comme terrain de jeu depuis un peu plus d'un an, et entraîne sur un site chargé d'histoire...

Un matin à l'Arsangerie chez Artus De Boisbrunet...

 

 A l'époque où Gabriel et Grégoire Leenders étaient encore des minots, leur père Etienne travaillait dans l'Ouest, au domaine de l'Arsangerie, près de Durtal. Bien des années après, c'est un jeune entraîneur qui s'y est installé: Artus De Boisbrunet. Son père, commissaire des courses à La Roche Posay, et propriétaire chez Guillaume Macaire, a donné le virus des courses à Artus, mais aussi à Augustin, son grand frère, qui entraîne à Moulins dans l'Allier et s'est fait sa place dans le milieu. Pendant tout ce temps là, Artus n'a pas chômé non plus ! 

La joie d'Artus lors de sa victoire sur Chop Shoot dans le prix de France 2014 (APRH)

 

Gentleman-rider, il a gagné pas mal de courses, dont un cross à Merano, mais aussi l'important prix de France avec Chop Shoot en 2014,  à seulement 20 ans. Ce qui attire quand même plus Artus, c'est l'entraînement. Il va travailler chez Guillaume Macaire, mais aussi avec son frère lors d'un meeting de Pau, et chez Donatien De Beauregard, où il découvrira l'Ouest. Si il ne pensait pas finir dans cette région, où la concurrence est rude, il n'a pas su résister aux sirènes de l'Anjou, une vraie terre d'obstacles. Il passe sa licence et s'installe en mars 2018. Il connaît vite les joies de la victoire, dès son 2ème partant, en remportant une course avec Delight Beach à Argentan, pour la casaque de Patrice Le Bastard, son beau-père. C'est en décembre dernier qu'il passe un nouveau cap, en s'installant à L'Arsangerie.

 

Le domaine s'étend à perte de vue

 

Plus utilisé depuis des années, le site offre tout de même de quoi travailler proprement, mais aussi de quoi construire et remodeler. Juste à côté de l'hippodrome de Durtal, le centre est constitué de deux pistes, dont une plus profonde qu'Artus a fait ressortir de terre. Il y aussi un rond d'Havrincourt avec des haies pour dresser les jeunes chevaux, un marcheur, une arène en sable, de nombreux paddocks, et une immense prairie au milieu de tout ça pour détendre les chevaux...mais pas seulement ! Artus y installe peu à peu ses propres obstacles, afin de pouvoir tout faire chez lui. Talus, fence, pneu, il y a tout pour se faire plaisir et travailler en douceur ses partants à venir. 

Les obstacles fait maison...

...et le rond d'Havrincourt avec Artus en selle sur Guérison.

 

Avec une dizaine de chevaux à la maison, Artus prend son temps pour réaliser un travail adapté à chaque cheval. Il y a de tout dans ses boxes ! Chevaux de cross, de steeple ou de haies, et de différents âges, avec par exemple la belle Guérison, une fille de l'étalon qui tient la forme, Nicaron. Ce matin là, il l'a fait sauter et travailler sur le plat avant ses débuts, qui auront eu lieu à Saumur ce dimanche. Globalement, Artus n'hésite pas à se déplacer, allant courir à Fontainebleau, Lignières, Argentan...etc. Les voyages forment la jeunesse ! En plus de ses chevaux à l'entraînement, il prépare aussi le champion d'Auteuil Alary, désormais retraité, pour la course des veneurs du Point To Point de Chateau Gontier. L'année dernière, c'était Augustin qui avait participé, cette année c'est Artus !

Artus prépare le vieux serviteur Alary pour le Point To Point.

 

A l'aise dans ses paroles, et son travail, Artus gère calmement tout ce petit monde, sans brûler les étapes. Si le rêve est bien sûr d'augmenter l'effectif, il prend le temps qu'il faut pour préparer au millimètre chaque cheval, ce qui devient plus compliqué quand on en a beaucoup. De plus, il est père d'un petit Clotaire depuis peu, donc il y a fort à faire ! En tous cas, vous verrez son nom encore longtemps !