Kill - du 12/08/2020 au 13/08/2020
Land Rover Sale Part 1 - Lot 1 à 276
Kill - du 12/08/2020 au 13/08/2020
Land Rover Sale 2020 Part 2 - Lot 277 à 532
Fairyhouse - du 18/08/2020 au 19/08/2020
Derby Sale
Fairyhouse - le 20/08/2020
May Store Sale

Disparition de Michel Thibault, personnalité des courses de l'Ouest et propriétaire de Jasmin II

31/07/2020 - Grand Destin
Personnalité incontournable des courses de l’Ouest, ayant brillé en tant que gentleman, entraîneur, éleveur, mais également propriétaire de chevaux d’exception comme Jamsin II, lauréat du Grand Steeple-Chase de Paris en 1983 pour l’entraînement de son ami, André Fabre, Michel Thibault nous a malheureusement quittés, hier, au cours de sa 76ème année.

Jasmin II, champion de son propriétaire, Michel Thibault (©Un Siècle Au Galop)

 

Homme de cheval accompli, aussi bien comme gentleman-rider qu’en tant qu’entraîneur, éleveur, mais également propriétaire, Michel Thibault nous a malheureusement quittés hier, à l’âge de 76 ans. Un nom qui restera à jamais associé à celui de Jasmin II, le champion aux douze victoires, dix ayant eu pour cadre l’hippodrome de la Butte Mortemart, à Auteuil, dont une de prestige, acquise le 19 juin 1983 dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr.1). Un moment de liesse, partagé avec son grand ami André Fabre, alors entraîneur de Jasmin II à l’époque et quadruple lauréat de l’épreuve reine de l’obstacle français - Fondeur en 1980, Isopani en 1981, Metatero en 1982 et donc Jasmin II en 1983 - alternant alors les deux disciplines du galop avec bonheur avant d’essentiellement se focaliser sur celle du plat depuis 1984, avec l’impressionnante réussite que nous connaissons tous.

Contacté par téléphone, son neveu, Laurent Thibault, travaillant chez Dynavena, a gentiment accepté de revenir pour nous sur la carrière de son oncle, personnalité incontournable des courses de l’Ouest : « Mon grand-père élevait et entraînait déjà des chevaux à l’époque, pas très loin du Lion d’Angers. C’est à ses côtés que mon oncle, Michel, ainsi que mon père, Jacques, ont commencé à s’y intéresser avant d’attraper le virus à leur tour et de reprendre sa suite. Après avoir monté tous les deux comme gentlemen-riders, où ils comptent chacun plusieurs victoires dans les deux disciplines et notamment dans l'Ouest, ils se sont focalisés sur l’entraînement et l’élevage. Ensemble, ils ont connu une belle réussite et vécu de grands moments grâce à d’excellents chevaux comme Jasmin II, alors entraîné par André Fabre, grand ami de mon oncle, lauréat du Grand Steeple-Chase de Paris 1983, mais également avec d’autres comme Hippy II, vainqueur d’un Prix Montgommery, Quadrillon et Quibler, tous deux gagnants à Auteuil et placé d’un Prix du Président de la République, et autre Djerk, pour ne citer qu’eux.

 

Ubu III, dont la mère, Isis VIII, a gagné pour la casaque et l'entraînement de Michel Thibault (© Le Cheval Bleu)

 

Mais la grande passion de mon oncle a toujours été l’élevage, notamment d’AQPS, une race dont il a toujours été fervent supporter. Il était d’ailleurs très ami avec les familles Callier, Cyprès, d’Armaillé, qui ont tous contribué à l’essor de la race tel qu’on le connait aujourd’hui. Pour la petite histoire, mon oncle avait repéré chez Yves d’Armaillé une jument qui avait eu de bonnes performances en plat et en obstacle mais qui avait bougé et eu du mal à retrouver tous ses moyens. Elle est alors arrivée chez lui où il l’a remise à neuf, s’imposant d’emblée sur le steeple du Pin-au-Haras après deux ans d’absence. Après d’autres bonnes sorties en province, elle a intégré l’effectif d’André Fabre pour qui elle a gagné à Auteuil en 1983, juste avant qu’il n’arrête d’entraîner dans cette discipline, et est ensuite revenue chez mon oncle pour qui elle a enchaîné les places sur la Butte Mortemart. Cette jument était en fait Isis VIII qui, croisée avec Maiymad, un cheval élevé par Son Altesse l’Aga Khan et entraîné lui aussi en obstacle par André Fabre, a donné le crack Ubu III, gagnant du Grand Steeple-Chase de Paris en 1995 pour la casaque de la Marquise de Moratalla. Outre la France et notamment la région du Centre, il entretenait de bonnes relations avec l’entraîneur irlandais Arthur Moore, pour qui il dénichait et achetait quelques chevaux en échange d’une caisse de saumons d’Irlande (rires) ».

 

Arthur Moore, entraîneur de renom en Irlande et grand ami de Michel Thibault (©GoRacing.ie)

 

Outre son activité d’éleveur, Michel Thibault a également occupé le poste de commissaire sur certains hippodromes de l’Ouest, comme Combrée ou encore Senonnes-Pouancé, et a siégé un mandat durant à la Société d’Encouragement. Une vie dédiée à la plus belle conquête de l’Homme et à qui un dernier hommage sera rendu ce lundi, le 03 août, au cours des funérailles qui auront lieu à 10h30 à l’Église de Chazé-sur-Argos, dans le Maine-et-Loire. Toute l’équipe France Sire s’associe à la peine de son entourage, à qui nous présentons nos plus sincères condoléances.