Aujourd'hui : Deauville
Vente d'Automne
Aujourd'hui : Kill
November Foal Sale 2018 Part 1
Kill - du 22/11/2018 au 23/11/2018
November Breeding Stock Sale 2018
Kill - le 24/11/2018
November Foal Sale 2018 Part 2
Newmarket - le 26/11/2018
December Yearling Sale
Newmarket - du 28/11/2018 au 01/12/2018
December Foal Sale
Newmarket - du 03/12/2018 au 06/12/2018
December Mare Sale
Maryland - le 04/12/2018
Midlantic Winter Mixed

Shadai Farm : des chevaux pour un empire mondial !

09/10/2011 - Grands destins
Depuis sa création, le groupe Shadai, élevage des Yoshida est au plus haut niveau en courses et au haras. Ou comment l’empire génétique Shadai se consolide.

 

 
 
Un casting de haut vol : Lily Of The Valley, Nova Hawk et Danedream
 
Quel est le point commun entre Nova Hawk, Lily Of The Valley et Danedream ?
Certes, ce sont trois pouliches de groupe, la dernière mentionnée vient juste de gagner le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Certes, leurs pédigrées comptent le sang de Northern Dancer via Saddlers’ Wells ou Ninisky et Danzig.
Ce qui réunit ces trois pouliches est un nom, celui de Teruya Yoshida, l’un des 3 frères à la tête de Shadai Group, acteur mondial des plus imposant depuis ces 30 dernières années dans le monde de l’élevage de pur sang. Composée de trois entités, Shadai Farm, Northern Farm et Shiraoi, le groupe a vu le jour lorsque M. Zenya Yoshida, le père a passé la main à ses enfants à la fin des années 1970, début des années 1980.
 
 
 
      
 
Trois pouliches de haut niveau : Lily Of The Valley, Nova Hawk et Danedream dont M. Teruya Yoshida a acquis tout ou partie
 
 

 

Récemment, Teruya Yoshida a acheté Nova Hawk et Lily Of The Valley et a acquis une part de Danedream juste avant la réunion de l’Arc. Ces changements de casaque ne sont pas des épiphénomènes et encore moins des achats dénués de fonds. Bien au contraire, ils s’inscrivent dans une tactique de course, une stratégie d’achat en vue de consolider l’élevage le plus important du Japon, voir de l’hémisphère sud.
 
 
Consolider les bases pour aller vers le haut : les achats de Shadai
 
Au niveau de la stratégie de course, Nova Hawk, 2nde des Coronation Stakes (Gr.1) 2011, restera en France chez Rodolphe Collet jusqu’à sa tournée asiatique toute prochaine. En effet, la pouliche devrait aller courir au Japon puis à Hong Kong d’ici à la fin de l’année. Quant à Lily Of The Valley, Patrick Barbe le courtier ayant opéré pour M. Yoshida nous a confié qu’elle restera chez M. Rouget. 3ème du Px Jean Romanet (Gr.1) cette année, il y a de fortes chances qu’elle parte au Japon tout prochainement.
Rappelez-vous les ventes d’élevage 2010. À Deauville, Patrick Barbe avait acheté pour Shadai plusieurs très bonnes juments : Lune D’Or, Célimène, La Boum, les 3 top price dans l’ordre. Mais aussi Lexlenos et Viyadana. Des pédigrées variés venus de grands élevages européens: celui de la famille De Moussac (Haras du Mézeray), celle du Marquis de Vivier de S.A. l’Aga Khan ou du Gestüt Farhof. Au total, ces transactions se sont montées à 2, 490 million d’euros à Deauville.
Il faut aussi souligner qu’en novembre, Shadai a fait l’acquisition, à Keeneland, de 3 juments poulinières dont Lucky One, par Best Of Luck et Twilight Spectre, une sœur d’Ethan Man, 1er du Swale Stakes, 2nd du Phoenix Breeders’ Cup Stakes, vendue pleine de Pollard’s Vision. Elle a été achetée 1,850 million de dollars, 2ème top price de cette vente. Une fois exportée au Japon, la poulinière a été saillie par Deep Impact, l’un des étalons du groupe.
 
 
 
 
Deep Impact
 
 
 
Cette consolidation des bases est une des priorités du groupe. La liste des achats n’est pas exhaustive mais mérite que l’on souligne que cette stratégie n’a ni frontières ni limite budgétaire, mais un sens : celui de l’économie de l’élevage.
Et Shadai récidive en janvier 2011, achetant le top price des ventes mixtes de Keeneland, une certaine Ave, une fille de Danehill Dancer et de Anna Amalia, achetée 1,4 millions de dollars. Née en 2006, sa 2ème mère est une demi sœur d’Anabaa, issue donc d’Anna Matrushka. Mais Shadai est aussi doué de patience, comme avec War Emblem, étalon que le groupe aurait payé 17 millions de dollars, et qui, fine bouche, choisi ses poulinières. Un enfant gâté ?
 
 
 
 
Patrick Barbe et M. Yoshida
 
 
 
 
Un parc d’étalons de haut niveau, des résultats… démesurés!
 
Teruya Yoshida a placé ses espoirs dans des chevaux qui n’avaient jusque là pas pu remporter cette course. Malchanceux avec Victoire Pisa dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe de 2010, qui a gagné ensuite la Dubai World Cup. On se souvient de l’affaire Deep Impact, ejecté de sa 3ème place dans l’Arc, suite à une enquête l’ayant révélé positif à l’ipratropium, utilisé comme traitement mais non comme dopant.
C’est un fils de Sunday Silence, vainqueur de la Triple Couronne, dont le patriarche Zenya Yoshida avait un quart. Une fois au haras, les éleveurs américain n’y croyant pas, il rejoint Hokkaido et devient le meilleur étalon du Japon. Cheval méchant, Sunday Silence s’est éteint en 2002 laissant derrière lui une progéniture aussi brillante en courses qu’au haras. Les gains de ses produits sont estimés à plus de 700 millions de dollars ! Outre Deep Impact, Shadai a conservé ses descendants devenus étalons : Dance In The Dark, Fuji Kiseki, Gold Allure, Heart’s Cry, Lincoln, Manhattan Cafe, Neo Universe, Special Week, Zeno Rob Roy et Special Week, 4ème meilleur étalon au Japon en 2011. En France, il est représenté par Peer Gynt qui fait la monte depuis 2010 au Haras de la Haie Neuve (Alain Regnier).
 
 
 
 
Mal aimé des éleveurs américains, Sunday Silence est aujourd’hui un nom souvent associé à Shadai. Ses produits ont inondé le Japon et le monde. On estime que sa progéniture aurait accumulé plus de 700 millions de dollars en courses !
 
 
 
Le parc d’étalon de Shadai est aujourd’hui composé de 26 étalons dont les produits passent en ventes au Japon, notamment lors des annuelles Select Sales qui ont lieu mi-juillet. On y retrouve un quota de produits présentés par Shadai Group important. En 2011, 63% des yearlings présentés au catalogue venaient des 3 haras Shadai, proportion qui passe à 37% concernant les foals. Au total, les ventes de 2011 ont généré un chiffre d’affaires de 59,950 millions d’euros pour le groupe Shadai.
 
En résumé la logique semble être la suivante : consolider la base de l’élevage avec des juments ayant eu des résultats qui ensuite sont saillies par les étalons de Shadai. Leurs produits une fois vendus assurent une rentrée d’argent investie dans des étalons et d’autres poulinières.
 
Donc, quand la base est alimentée par le haut de la pyramide, l’empire se consolide de plus belle !