Demain : Kill
November Foal Sale Part. 1
Demain : Deauville
Vente d'Automne
Kill - du 21/11/2019 au 22/11/2019
November Breeding Stock Sale 2019
Kill - le 22/11/2019
November Foal Sale Part 2
Newmarket - le 25/11/2019
December Yearling Sale
Newmarket - du 27/11/2019 au 30/11/2019
December Sale - Foals
Newmarket - du 02/12/2019 au 05/12/2019
December Mare Sale

Les doublés des Granges : des Derbies au tibia-peroné !

28/05/2013 - Focus éleveurs
" En 50 ans, c'est la 1e fois que je rate la journée du Derby du Midi. C'est à ça que j'ai pensé quand je me suis cassé la jambe ! " Et pour cause, Mathieu Daguzan-Garros a réussi, à distance, le tout 1e doublé des classiques bordelais.
Pour le Haras des Granges
 
Le Haras des Granges a fait carton plein ce samedi à Bordeaux ; Mathieu Daguzan-Garros a en effet élevé les vainqueurs des deux Listed de la journée, alors que quelques heures plus tôt; il s'est cassé la jambe dans sa cour...
 
Le Derby du Midi
 
Chalnetta, la pouliche de Benoit Chalmel, a enlevé brillamment le Derby du Midi. Cette fille d’Oratorio avait été achetée yearling par Michel Roussel en août à Deauville pour 30.000 €. Michel Roussel avait été propriétaire de sa mère, Aifa (Johann Quatz), gagnante du Prix Frédéric de Lagrange (Listed) à Vichy, entraînée par Jean-Claude Rouget.
Chalnetta avait précédemment terminé à la 3e place du Prix Caravelle à Toulouse enlevée par Santa Ponsa (future seconde du Prix Cléopâtre Gr. 3).
Le Derby du Midi n’avait pas enregistré de lauréat au féminin depuis 2002 et le succès de Bustling (future mère de Buzzword, Prix La Rochette 2009 et 3e du Prix Jean-Luc Lagardère).
Il faut remonter à 1962 pour trouver trace d’une autre pouliche, en l’occurrence, Bolivienne, propriété de Jacques Bédel, précédée par La Sylphide, gagnante pour Paul Duboscq en 1958.
 
 
 Mathieu Daguzan-Garros
 
 
Le Grand Prix de Bordeaux
Shamalgan, s’est imposé, après lutte, dans le Grand Prix de Bordeaux (Listed) aux dépens d’Agent Secret et de Zack Hall, entraîné par le montois Xavier Thomas-Demeaulte. Ce fils de Footstepsinthesand a la particularité d’avoir été présenté à cinq reprises sur les rings d’Arqana.
Tout d’abord, yearling, acheté par l’entraineur Arslangirfy Shavuyev pour 80.000 € pour le compte de la Stall Turan (propriété d’Ardak Amirkulov).
Après une bonne entame à 2 ans dans l’Est de l’Europe, son entourage décide de monter les échelons en venant en France. Il terminera 3e du Prix de Condé (Gr. 3) à Longchamp.
A 3 ans, il confirme en s’octroyant la troisième marche du podium de la Poule d’Essai des Poulains (Gr. 1), celui de Lope de Vega et de Dick Turpin. Buzzword (fils de Bustling) terminera au pied de ce podium. Fort d’une seconde place dans le Prix Eugène Adam (Gr. 2) en juillet, il est décidé, à l’automne, de le présenter aux ventes de novembre à Saint-Cloud où il n’atteint pas le prix de réserve. Il est racheté 270.000 €.
 
 
Shamalgan se rendant au départ de la Poule d'Essai 2010, il terminera 3e
(Photo APRH)
 
 
En septembre de ses 4ans, il enlève l’Oettingen Rennen (Gr. 2) à Baden-Baden et repasse sur le ring de Saint-Cloud, aux ventes de l’Arc. Il est vendu 200.000 € à Prime Equestrian. En juin de ses 5 ans, il termine second de Mashoora dans le Prix de la Porte Maillot (Gr. 3) pour l’entrainement de Xavier Nakkachdji. Son entourage décide, à son tour, de le présenter aux ventes de l’Arc (2012). Hubert Guy Bloodstock se le fait adjuger pour 64.000 €. Il repassera en novembre suivant, cette fois à Deauville. Hautières Bloodstock l’obtient pour 54.000 € pour, semble-t-il, le compte de celui qui l’avait acheté yearling.
 
" C'est la 3e fois que je gagne le Derby, après 1988 et 2000, mais c'est la 1e fois que je le rate. Quand j'étais jeune, avec mon père, on mettait 6 heures à y aller mais il n'était pas question de le rater. A 16 ans, je m'étais déjà cassé la jambe, et j'y suis allé quand même avec mon plâtre, allongé à l'arrière de la voiture.

J'ai tout bêtement glissé dans la cour le matin des courses et j'ai tout de suite compris que ça irait mal, mais la 1e chose à laquelle j'ai pensé, c'est le Derby ! Du coup, à l'hôpital, j'ai demandé à Martine (NDLR : sa compagne) de m'amener deux Iphones, des fois qu'un buggerait. J'ai regardé les courses dans la chambre d'hôpital. Je hurlais tellement que les infirmières sont arrivées en courant, très inquiètes. Mais tout allait bien puisque j'ai fait le doublé ! "
 
 
 
 
Pour le Haras du Quesnay
Le Haras de la Famille Head a élevé deux gagnants de Listed de cette semaine :
 
Le Prix de Pontarmé
Le lundi 20 mai à Saint-Cloud, le top-price des ventes de l’Arc de Triomphe 2012 (700.000 €), Mutin (Kentucky Dynamite) s’est imposé dans le Prix de Pontarmé pour les couleurs d’Hamdan Al Maktoum et l’entraînement de Jean-Claude Rouget. Son grand-père maternel n’est autre qu’Anabaa (le père cette année de Style Vendome).
 
Le Prix de l’Avre
Ce dimanche à Longchamp, un fils de Green Tune, Green Byron, s’est adjugé le Prix de l’Avre pour l’entraînement de Jean-Michel Lefebvre et les couleurs d’Eddir Loungar qui a fait parler de lui, entre autres, aux dernières Breeze-Up de Saint-Cloud en se faisant adjuger, via Guy Petit, le propre frère de Magician (Galileo), le lauréat des 2000 Guinées irlandaises ce samedi. Il ne l’a payé «que » 55.000 €.
Green Byron, qui a pour grand-père maternel, un certain Anabaa, n’avait pas trouvé preneur comme yearling aux ventes d’Octobre. Il change de mains lors d’une vente à l’amiable pour 2.000 €, acheté par Daniel Allard (à voir). Début mai, il avait défait le «Rouget-Aga Khan», Baradari (futur second du Derby du Midi, samedi) dans le Prix Daniel Guestier au Bouscat.
 
 
 Green Byron et Ioritz Mendizabal remportent le Prix de l'Avre
(Photo APRH)
 
 
Pour Holy Moon, issue d’une famille française et Hernando
Vous ne connaissez peut-être pas Holy Moon (Hernando) et pourtant elle a fait parler d’elle ce week-end en Italie comme étant la mère des deux dernières gagnantes des Oaks. En Italie, cet exploit ne s’était pas produit depuis 1937 et 1938 avec les victoires d’Amerina et Silvana (toutes deux filles de Pastorella). L’an passé, la sœur aînée, Cherry Collect (Oratorio) avait fait le doublé (Regina Elena Gr. 3, la Poule italienne et Oaks Gr. 2 puis terminera seconde du Premio Lydia Tesio Gr. 1 de la « Wertheimer » Sortilège) pour l’entraînement de Stefano Botti. Cette année, la sœur cadette entraînée par le même mentor, Charity Line (Manduro, fils, rappelons le, de Monsun) a devancé la gagnante de la Poule, Dancer Destination.
 
 
Charity Line et Fabio Branca s'envolent dans les Oaks d'Italie 2013
 
 
Cette famille maternelle remonte à Marcel Boussac et au Baron Guy de Rothschild. Sa 4e mère n’est autre que la numéro un de sa génération à 2 ans, Madina, gagnante du Prix Morny (Gr. 1) 1967, et seconde du Prix de Salamandre (Gr. 1) devancé par Batitu (un élève de François Mathet). Elle donnera au haras l’excellent sauteur Mazel Tov, la non moins performante, Nonoalca (Prix de la Grotte Gr. 3 et seconde de la Poule d’Essai Gr. 1 de Three Troikas) et la 3e mère des deux gagnantes des Oaks, New Generation (future mère par Rainbow Quest de Bright Generation, gagnante également des Oaks italiennes en 1993 pour les couleurs du Prince Fahd Salman).
 
 
Madina et Guy de Rothschild (à droite) propriétaire de la pouliche
à la photo souvenir du Prix Morny 1967
 
 
Holy Moon, gagnante de Listed à Merano, est également la mère d’une 2 ans, Final Score (Dylan Thomas) et d’une yearling par Rock of Gibraltar. Toute cette production a été élevée par la Razza del Velino qui a vendu, yearling, les deux pouliches classiques, l’une pour 65.000 € et l’autre, la plus jeune pour 70.000 €.
 
Notes :
- Stefano Botti, a qui tout réussi en ce moment, a sellé les trois premiers du Derby dimanche dernier. Pour mémoire, rappelons que Stefano est le fils d’Alduino, neveu de Giuseppe, cousin d’Alessandro et petit-fils d’Edmundo, fondateur de la dynastie hippique des Botti.
- En France, cette «anecdote » n’est pas arrivé depuis plus longtemps encore avec les victoires des filles de Congressiste en 1927 et 1928. Cette mère a donné naissance à deux gagnantes consécutives du Prix de Diane, deux propres sœurs, Mary Legend et Fairy Legend (qui elle-même donnera également une gagnante du même classique, Féérie).
 
 
Joli mois de mai pour le défunt Monsun, père et grand-père
 
Le père
Il nous était proposé deux Gr. 1 ce dimanche à Longchamp, le Prix d’Ispahan et le Prix Saint-Alary. Les deux vainqueurs sont issus de l’incontournable et regretté Monsun (relire l'article de sa disparition), Maxios et Silasol (la gagnante à 2 ans du Prix Marcel Boussac Gr. 1).
 
 
 Rappelons que Monsun était borgne
 
 
En France, depuis le début de l’année, Monsun totalise 6 victoires de groupes : outre le Prix d’Ispahan pour Maxios, il faut ajouter le Prix d’Harcourt (Gr. 2) et les victoires des trois Fabre, Triple Threat (Prix La Force Gr. 3), Ocavango (Prix Greffulhe Gr. 2), Pirika (Prix d’Hédouville Gr. 3).
Ajoutons encore la victoire de l’invaincu, Blue Rambler, dans une « B » à Angers, le Prix Paul Pousset. Fils d’une mère par Rainbow Quest (un croisement qui semble bien marcher), c’est encore un élève d’André Fabre et de l’écurie Godolphin.
 
Maxios était l’espoir et le joyau de l’élevage Niarchos à 2 ans, après sa victoire dans le Prix Thomas Bryon (Gr. 3). Que nenni, son année de 3 ans a été une catastrophe. Sur la montante depuis 12 mois, le frère de Bago, âgé de 5 ans, a touché enfin le Gr. 1 qu’il méritait amplement. Après ce succès, il est donc certain de lui voir une seconde carrière au haras, en France, espérons-le avec de meilleurs résultats que son frère aîné, toujours étalon au Japon.
Leur mère, Moonlight’s Box (fille de Coup de Genie), leur a donné une petite sœur en 2012, par Galileo. Restée vide ensuite, elle est à nouveau pleine de Galileo cette année.
 
 
 Maxios et Stéphane Pasquier à la lutte pour s'adjuger le Prix d'Ispahan 2013
(Photo APRH)
 
 
Le grand-père
Ces lauréats sont les premiers Gr. 1 de la saison pour le père, à qui il faut ajouter le Prix Ganay en tant que père de mère : en l’occurrence Pastorius (Soldier Hollow) y avait devancé Maxios. Le mois de mai avait bien débuté, puisque l’inusable Don Bosco (Barathea), petit-fils de Monsun, avait gagné le Prix du Muguet Gr. 2.
 
Ce 26 mai à Munich, l’épreuve principale de la journée, le Bavarian Classic (Gr. 3), est revenue à Lucky Speed, un fils de Silvano et d’une mère par Monsun.
 
Même comme père de père, Monsun s’est illustré durant ces derniers jours : Manduro, son fils, a en effet remporté les Oaks italiennes avec Charity Line (voir plus-haut), s’est classé second du Derby du Midi (Baradari) et second des Mehl-Mulhens Rennen Gr. 2 (la Poule allemande) avec Global Bang (20 mai) devancé par Peace At Last (Oasis Dream), un pensionnaire d’Henri-Alex Pantall.
 
 
Manduro est l'un des nombreux prétendants
pour être LE successeur de Monsun
 
 
Pour couronner le tout, la sœur de Sortilège, Intimhir (Muhtathir) a bénéficié des malheurs de sa rivale, Chicquita, pour l’emporter dans une « B » de bonne facture, le Prix Lunadix à Saint-Cloud. Leur mère, Sahel, est une fille de Monsun.
 
 
Notes :
- Pour mémoire, rappelons que Monsun est un fils de Konigssstuhl, lui-même père d’un certain Lavirco, le père de Bel La Vie (Grand Steeple-Chase de Paris 2013).
- Henri-Alex Pantall est le premier entraîneur français à s’imposer dans les Guinées allemandes (que ce soient mâles ou femelles). Peace At Last fait suite à trois années consécutives de succès anglais dans ces German 2000 Guinées.
 
 
 
Pour Rainbow Quest
Le vainqueur de l’Arc de Triomphe 1985, Rainbow Quest, est le grand-père maternel des gagnantes des deux dernières éditions des Irish 1000 Guineas, lui qui n’avait jamais inscrit son nom au palmarès comme géniteur. Ce dimanche, Just The Judge (Lawman), entraînée par Charles Hills (le fils de Barry) s’est imposée pour les couleurs de Qatar Racing Ltd, associé à la famille Sangster. Elle confirme sa prestation des Guinées anglaises où elle n’avait été devancée seulement par Sky Lantern.
 
 
Just the Judge (à droite) s'impose dans les Irish 1000 Guineas 2013
 
 
L’an dernier, c’est donc également une petite-fille de Rainbow Quest qui inscrit son nom au palmarès. Samitar (Rock of Gibraltar), entraînée par Mick Channon etportant les couleurs de Martin Schwartz (bien connu en France) a, depuis, été exportée aux USA.
Les deux dernières éditions de l’épreuve sont donc l’apanage de l’entrainement anglais, ce qui n’était pas arrivé depuis 2004 avec Attraction (Mark Johnston) qui avait fait le doublé, Guinées anglaises et irlandaises.
 
 
 Samitar, autre petite-fille de Rainbow Quest avait gagné
les Irish 1000 Guineas en 2012
 
 
A Longchamp, le nouveau stayer Last Train (Rail Link), petit-fils de Rainbow Quest, n’a pu rééditer sa prestation du Prix de Barbeville Gr. 3. Il est devancé dans le Prix Vicomtesse Vigier (Gr. 2) par Domeside (Domedriver) et Les Beaufs (Apsis).
 
 
Pour Gulch
Le Prix Saint-Alary a donc rendu son verdict. Son vainqueur, Silasol (Monsun) est une petite-fille de Gulch, tout comme, 6 jours plus tôt, le 3e des German 2000 Guineas (du Pantall, Peace At Last), Tawhid (Invincible Spirit) pour Godolphin.
Gagnante du Prix Marcel Boussac, l’an dernier, Silasol est une fille de Stormina, une famille Wertheimer depuis quelques décennies (celle de Green Valley). Elle est la grande sœur d’un 2 ans, Spiriteux (Invincible Spirit) et d’une pouliche, yearling, de Cape Cross, nommée Clarmina.
 
 
 Gulch, père de mère de Silasol et Tawhid
 
 
Pour Aidan O’Brien, c’est une question d’habitude
Les Irish 2000 Guinées est la chasse gardée de Coolmore et de son mentor. Aidan O’Brien a signé ce samedi son 3e succès consécutif et son 9e depuis 1997, année du succès de Desert King. La victoire 2013 de Magician (Galileo), fait suite à celles de Power (Oasis Dream) et de Roderic O’Connor (Galileo).
Magician a facilement disposer d’un autre pensionnaire de Coolmore, Gale Force Ten (Oasis Dream) et du Bolger Trading Leather (Teofilo) qui avait pris le train à son compte.
 
 
 Magician est un facile lauréat des Irish 2000 Guineas 2013
 
 
Notes :
Signalons pour l’anecdote la victoire ce samedi du propre frère de Frankel, Noble Mission, dans une Listed à Goodwood.
 
Un récit d’une semaine aux courses par Xavier Bougon