Aujourd'hui : Fairyhouse
November National Hunt Sale
Demain : Cheltenham
Cheltenham November Sale
Fairyhouse - le 16/11/2019
Flat Foal & Breeding Stock Sale
Kill - du 18/11/2019 au 20/11/2019
November Foal Sale Part. 1
Deauville - du 18/11/2019 au 20/11/2019
Vente d'Automne
Kill - du 21/11/2019 au 22/11/2019
November Breeding Stock Sale 2019
Kill - le 22/11/2019
November Foal Sale Part 2
Newmarket - le 25/11/2019
December Yearling Sale
Newmarket - du 27/11/2019 au 30/11/2019
December Sale - Foals

Plouganou cravache d'or 2013 : Les jockeys d’obstacle, ces héros...

28/12/2013 - Focus divers
Jonathan Plouganou et David Cottin ont au moins deux points communs : ils ont décroché une Cravache d’Or de l’obstacle et sont dotés tous deux d’un squelette et d’un corps prédisposés à tout sauf…à être jockey.
Jonathan Plouganou (1,82m), a remporté sa 1e cravache d'or en 2013. Il monte toujours en cross, sa discipline de formation qui comporte de nombreux dangers, comme tout l'obstacle d'ailleurs. (PHOTOS APRH)
 
 
C’est gagné !
 
Jonathan Plouganou est devenu aujourd’hui samedi 28 décembre 2013 Cravache d’Or de l’obstacle pour la 1e fois de sa carrière. Vainqueur de la dernière course de la saison en obstacle, sa 110e de l’année (soit le 5e meilleur score de tous les « jockeys dorés »), Jonathan Plouganou a donc conclu une saison exceptionnelle qui l’aura vu faire la course en tête dans cette ruée vers l’or depuis le début de la saison. Mis sous pression par David Cottin cet automne, l’enfant de Mont-de-Marsan a su tenir le coup et garder le cap jusqu’au dernier jour. Une consécration à la saveur particulière, celle des privations et des efforts surhumains pour « faire le poids ».
 
Il y a un truc qui cloche, non ?
 
Taille : 1m82, poids : 64 kg, profession : jockey…cherchez l’erreur. Jonathan Plouganou aurait pu épouser bien d’autres carrières. Mais cet enfant de la balle, à la tête bien faite et au corps filiforme, aime le cheval et la compétition depuis sa plus tendre enfance. Passé par le rang des amateurs dès l’âge de 16 ans, Jonathan suit des études classiques avant de passer définitivement aux choses sérieuses. Etiqueté jockey de Cross en début de carrière, le jeune homme fait progressivement de son physique un atout jouant sur son centre de gravité pour offrir le meilleur équilibre possible à ses montures. Et pour ne rien gâcher, il se sert aussi de sa tête.
 
Mais il n’est pas non plus magicien et les efforts pour maintenir ce corps en forme physique optimale sans pour autant prendre des grammes de muscle sont colossaux. Ca tient jusqu’à l’ultime réunion du meeting d’hiver de Pau 2012. Victime d’une lourde chute, il est touché aux vertèbres. Le pire est évité mais il viendra chercher sa Cravache d’Argent 2011, brillamment décrochée, vêtu d’un corset et des tromolos dans la voix. Malgré les douleurs, il monte sur scène et prouve son abnégation : il sortira de cette épreuve encore plus fort.
 
 
David Cottin (sur Gémix à gauche) et Jonathan Plouganou (à droite sur Lord Prestige) à la lutte pour le Prix de Compiègne (Gr.3) en 2013 à Auteuil. Les 2 meilleurs jockeys français seront rapidement contraints à la retraite à cause de leur grand physique.
 
 
Le poids en question
 
1m82 pour la Cravache d’Or 2013. 1m80 pour la Cravache d’Argent et triple Cravache d’Or. Signes des temps, les générations n’ayant cessé de grandir, la taille moyenne de nos jockeys d’obstacle a progressé de façon au moins équivalente à celle des Français (+10 cm en un siècle). Les deux meilleurs pilotes d’obstacle tricolores en sont dont les deux meilleurs exemples. Pourtant, leur carrière sera inéxorablement obligée de s’arrêter prématurément. Le poids minimum n’a en effet pas suivi le même rythme de progression et ces garçons doués sont donc obligés de se faire un mal fou pour garder la ligne. Et il faudra bientôt se passer de leurs talents. Certes, d’autres émergeront alors, la nature ayant horreur du vide, mais certains répondront : « ou pas ». Peu constructif, nous direz-vous ? Certes, alors allons plus loin et faisons référence à la légende vivante Tony McCoy. Le phénomène irlandais de 39 ans a atteint (et depuis dépassé) le cap des 4000 victoires en une carrière en novembre dernier. Un chiffre soumillonesque qu’il faut d’autant plus relativiser qu’on y ajoute une bonne trentaine de fractures diverses et variées. Et à la mi-décembre, il a été élu 3e personnalité sportive de l’année derrière le tennisman écossais vainqueur de Wimbledon Andy Murray et un rugbyman gallois.
 
Respecté, McCoy a sa tribune libre publiée dans plusieurs journaux et à la veille de Noël, la semaine passée, il rendait hommage aux investissements réalisés pour mener une étude scientifique sur le bien-être physique et mental des jockeys via un régime spécifique : « l’Université de Liverpool, avec une équipe médicale de spécialistes, ont mis en place un plan pour suivre les besoins spécifiques des jockeys dont le combat contre le poids peut générer des pratiques parfois dangereuses et au résultats néfastes. Je veux saluer ici ce travail et remercie tous ceux qui permettent ce travail, au premier rang desquels Cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan. »
 
 
 
 
 
Tony McCoy, 39 ans, a plus de facilité avec le poids Outre-Manche.
 
Reconnaissant lui-même sa chance de n’avoir jamais dû passer des heures au sauna, la multiple Cravache d’Or britannique la joue collective et c’est tout à son honneur. Pourvu que cette étude puisse être ensuite partagée par nos pilotes aussi. D’autant que cet après-midi, McCoy and Co ont couru un peu partout en Grande-Bretagne dans des courses de haut niveau à des poids moyens de 70kg. Jonathan Plouganou et David Cottin ont dû se saigner pour monter aujourd’hui à 67kg et plus…
 
Alors, Messieurs, bravo, vous êtes des guerriers fantastiques à qui il faut tirer un grand coup de chapeau. Pendant ce temps, les éleveurs, propriétaires, entraîneurs et parieurs inspirés, retournent à leurs huitres, dindes, marrons, bûches et chocolats en pensant bien à vous et en vous souhaitant tous leurs vœux de réussite…et de santé pour 2014.