Aujourd'hui : Doncaster
January Sale
Cheltenham - le 25/01/2020
January Sale
Newmarket - du 30/01/2020 au 31/01/2020
February Sale
Kill - du 04/02/2020 au 06/02/2020
February Sale

Moonlight Cloud quitte la scène sportive pour rencontrer Galileo

08/01/2014 - Grands destins
La championne aux six Groupes 1 Moonlight Cloud a quitté l’écurie de Freddy Head ce mercredi 8 janvier au petit matin. Direction l’Irlande où elle sera saillie par Galileo.

Moonlight Cloud lors de son dernier succès, sa fulgurante envolée dans le Prix de la Forêt (Gr.1) 2013, montée par Thierry Jarnet. (photos APRH)

 

Cette fois c’est certain, Moonlight Cloud ne sera plus revue en piste. A son retour en France après sa déconvenue Hongkongaise, il avait été question que la protégée de Freddy Head rempile peut-être pour une saison supplémentaire. Son entraîneur depuis quatre ans l’en pensait d’ailleurs tout à fait capable mais, malgré ses arguments affûtés, le professionnel français n’est pas parvenu à convaincre son propriétaire américain et la sextuple lauréate de Groupe 1 a pris la direction du Haras.

 
« Elle a fait partie de la famille »
 
Depuis quatre ans qu’elle évolue au plus haut niveau de compétition, Moonlight Cloud était évidemment devenue la chouchoute de l’écurie de Freddy Head et la sienne aussi. « Elle a fait la partie de la famille ici à l’écurie. Au goût du propriétaire, il fallait ne pas risquer la course ou la saison de trop même si, moi, je la trouvais encore bien fraîche » explique Freddy Head. Mais cette carrière exceptionnelle doit prendre fin à l’issue d’une saison qui l’est tout autant. Auteure d’un doublé historique au mois d’Août à Deauville Prix Maurice de Gheest-Prix Jacques Le Marois, deux Groupe 1 dans lesquels elle a même établi les nouvelles références chronométriques. Un exploit fantastique qui ne restera pas sans lendemain puisqu’une heure après le triomphe de Trêve, la fille d’Invicible Spirit et Ventura (voir le papier sur son pedigree paru en Août dernier) offrait au public de Longchamp un spectacle sportif de toute beauté dans le Prix de la Forêt.
 
 
Moonlight Cloud, surnommée "monmoune" à Chantilly.
 
 
Une carrière de quatre ans !
 
Doté d’un modèle peu enviable et peu envié, elle fera dire à Alec Head « elle n’aurait jamais été achetée sur un ring ! », Moonlight Cloud débute sa carrière sous la selle de Davy Bonilla. Elle ouvre son palmarès dès ses débuts à Deauville sur la PSF. Impressionnante pour sa 2e sortie, elle est dirigée vers le Prix Jean-Luc Lagardère face aux poulains, course dont elle conclut 4e. Lauréate du Prix Imprudence, malheureuse dans les Guinées de Newmarket, elle échoue au niveau Classique mais se spécialise sur les distances intermédiaires, étant sacrée au niveau Groupe 1 dans le Prix Maurice de Gheest dont elle remportera 3 éditions au total. En 2012, son exploit restera celui d’avoir échoué à une courte tête de la phénomène Black Caviar qui n’avait jamais vu d’adversaire de si près. La victoire ne lui échappe pas en revanche dans le Prix du Moulin de Longchamp où, au terme d’un match épique, elle domine Farrh alors au sommet de son art et établit le nouveau record de l’épreuve. 2013 sera l’année du couronnement ultime avec donc ce doublé inédit en Août à Deauville. Jument adorable (« tout le contraire de Goldikova qui pouvait être franchement antipathique »), Moonlight Cloud quitte donc la scène sur une fausse note, sa 6e place dans le Hong Kong Mile, performance en queue de poisson chinois pas frais. Promise à Monseigneur Galileo, la reine « Moumoune » comme on la surnommait à Chantilly est donc dirigée vers une nouvelle carrière forte d’un palmarès riche de 12 victoires en 15 sorties et près d’un million et demi d’euros de gains.
 

Voir Moonlight Cloud à l'entrainement aux Etats-Unis, et aussi la surprise de Californie...

 

Voir la rencontre entre Peter Moody (entraineur de Black Caviar) et Freddy Head après la 2e place de Moonlight Cloud dans le Golden Jubilee Stakes à Ascot.