Newmarket - du 12/08/2020 au 14/08/2020
Tatersalls Online August Sale
Kill - du 12/08/2020 au 13/08/2020
Land Rover Sale Part 1 - Lot 1 à 276
Kill - du 12/08/2020 au 13/08/2020
Land Rover Sale 2020 Part 2 - Lot 277 à 532
Fairyhouse - du 18/08/2020 au 19/08/2020
Derby Sale
Fairyhouse - le 20/08/2020
May Store Sale

Cape Cross se retire !

27/03/2016 - Actualités
La nouvelle est tombée officiellement ce dimanche. Cape Cross est retiré de la liste des étalons Darley dès cette saison. Celui qui était le seul à pouvoir revendiquer deux auteurs du doublé Derby d'Epsom - Prix de l'Arc de Triomphe aura donc marqué l'élevage moderne depuis sa rentrée au Haras en 2000. Ce sont des problèmes importants de fertilité qui ont provoqué cette décision.

 


Après une belle carrière sur les pistes et quinze saisons au Haras de Kildangan Stud, Cape Cross peut profiter d'une retraite bien méritée.

 

 

En compétition, Cape Cross est venu avec l'âge. Lauréat de son maiden à 2 ans, à Doncaster, et d'une bonne course à conditions à 3 ans sur l'hippodrome de Goodwood, il avait fait ses débuts chez John Gosden sous la casaque de son éleveur le Cheik Mohammed Al Maktoum. Mais c'est en passant sous l'étendard Godolphin et la responsabilité de Saeed bin Suroor qu'il a véritablement franchi les paliers : vainqueur à 4 ans des Lockinge Stakes (Gr.1), son seul titre au plus haut niveau, confirmé tout de même à 5 ans par une domination dans les Queen Anne Stakes (Gr.2), à Royal Ascot, et à Goodwood dans le Celebration Mile (Gr.2), fin août 1999. Il rentre finalement au Haras dès le printemps 2000.

Il faut dire que ses origines ont de quoi séduire. Fils du sprinter/miler Green Desert qui a donné Oasis Dream et Desert Prince, Cape Cross est issu d'une magnifique lignée maternelle. Sa grand-mère, Balidaress, a produit trois champions irlandais avant d'être vendue 1.600.000 $ sur le ring de Keenland en novembre 1988. Car, dans cette fratrie, il y a la mère de Cape Cross, Park Appeal, gagnante des Moyglare Stud Stakes (Gr.1) et des Cheverley Park Stakes (Gr.1) à 2 ans, qui est la grande soeur de Nashamaa et Alydaress, gagnante des Irish Oaks (Gr.1) pour le Cheik Mohammed Al Maktoum.

Et, comme on le sait, Cape Cross a été un parfait représentant de cette famille en tant que reproducteur, peut être plus qu'initialement espéré...

 

 Sea The Stars, inoubliable auteur du doublé Derby d'Epsom - Prix de l'Arc de Triomphe...

©APRH

 

 tout comme Golden Horn, la saison passée. Ils prendront le relais de leur père Cape Cross au Haras.

©APRH?

 

 

Car Cape Cross était le seul reproducteur en activité à pouvoir, notamment, se venter d'avoir donné deux cracks en piste ayant réalisé de doublé Derby d'Epsom (Gr.1) - Prix de l'Arc de Triomphe (Gr.1) : Sea the Stars et Golden Horn.

Ces deux phénomènes resteront, bien sûr, la plus belle vitrine de son passage dans la structure des étalons Darley, où Golden Horn a d'aileurs pris place cet hiver (lire l'article du mercato). Mais il ne faut pas oublier tous les autres comme Behkabad, vainqueur du Grand Prix de Paris (Gr.1), qui rentrent dans les statistiques globales de sa production. Avec 102 lauréats de courses principales, dont la moitié au niveau des groupes, il a bien sûr engendré la confiance des éleveurs et un véritable engouement commercial : près de 200 yearlings ont dépassé les 100.000 € sur les différents rings.

Enfin, si on s'attarde beaucoup sur le prolongement de son oeuvre par ses fils, notons qu'il est également un excellent père de mère : un seul exemple, la championne Ouija Board, septuple gagnante de groupe 1, dont les Oaks anglaises et irlandaises et un doublé dans la Breeders' Cup Filly and Mare, est la mère d'Australia qui a enlevé le Derby d'Epsom (Gr.1), le  Derby Irlandais (Gr.1) et dans la foulée les International Stakes (Gr.1) à York. Il est lui aussi déjà installé étalon à Coolmore... le sang de Cape Cross n'a pas fini de couler dans les plus beaux pédigrées !