Fairyhouse - du 24/09/2019 au 25/09/2019
September Yearling Sale
Arcadia, Californie - le 25/09/2019
Santa Anita Fall Yearlings
Fairyhouse - le 26/09/2019
September Yearling Sale Part II
Timonium, Maryland - du 30/09/2019 au 01/10/2019
Midlantic Fall Yearlings
Kill - du 01/10/2019 au 02/10/2019
Orby Sale
Saint-Cloud - le 03/10/2019
Vente de Pur-Sang Arabes
Kill - le 03/10/2019
Sportsman's Sale
Saint-Cloud - le 05/10/2019
Vente de l'Arc

Une édition de l'Arc de Triomphe sans les classiques du printemps

01/10/2016 - Infos générales
Les deux palois, vainqueurs des deux classiques cantiliens, sont absents pour des raisons différentes mais le gagnant du Derby d’Epsom est bien présent. Le très habile Xavier Bougon vous décortique la 95ème édition du Prix de l'Arc de Triomphe.

Chantilly sera le théâtre unique du Prix de l'Arc de Triomphe 2016 ©APRH

 

La Cressonnière, Almanzor, deux absents de marque

Les gagnants des deux classiques cantiliens du printemps seront absents pour des raisons différentes. Il faut remonter à l’année 2007 pour constater le même état de fait avec Lawman et West Wind, précédée des années 2006 et 2005, celles de Darsi et Confidential Lady et de Shamardal et Divine Proportions......puis en 1996, les absences de Ragmar et Sil Sila.

 

- La Cressonnière (Le Havre), la double gagnante Poule d’Essai-Diane, est sur la touche et donc ne disputera pas le Prix de l’Arc de Triomphe. Elle fait cruellement défaut mais elle n’est, malheureusement, pas la première bien évidemment. Pour de multiples raisons (blessures, aptitude à la distance), certaines des doubles lauréates se sont abstenues en octobre comme Fairy Legend (1927) et sa fille Féérie (1938), Caravelle (1943), Corteira (1948), La Sega (1962), Gazala (1967), Madelia (1977), East of the Moon (1994), Divine Proportions (2005), Golden Lilac (2011).

 

La Cressonnière avait gagné le Prix de la Nonette dans un canter ©APRH

 

- Almanzor (Wootton Bassett) ne semble pas, selon son entourage, tenir la distance. Voilà la principale cause de l’absence du gagnant du Prix du Jockey Club dans l’Arc. Un autre palois, Le Havre (par ailleurs père de La Cressonnière), avait décliné la lutte mais pour des raisons physiques.

 

Almanzor est dirigé vers les Champion Stakes d'Ascot

 

- The Gurkha (Galileo), le gagnant de la Poule d’Essai des Poulains est blessé. Mais, on ne comptait pas particulièrement sur lui puisque depuis les soixante dernières années, seulement trois lauréats avaient tenté leur chance en octobre (Relko, Green Dancer et Lope de Vega).

 

Les présents : cinq gagnants de Derby au départ

Mais venons en à ceux qui sont au top ce dimanche !, cinq gagnants de Derby :

- New Bay (Dubawi) avait été notre gagnant de Derby à Chantilly en 2015. En cas de victoire, il rejoindrait le dernier en date qui remonte à 1922, un certain Ksar, vainqueur du Prix du Jockey Club l’année précédente. Rappelons qu’il avait fait le doublé également en 1921.

 

New Bay reste sur sa 4ème place dans les Irish Champion Stakes. Le voici dans le pré-rond à Leopardstown

 

- The Grey Gatsby (Mastercraftsman), vainqueur du Prix du Jockey Club 2014, est au départ, une candidature qu’il n’avait pas honorée l’an dernier ni même à 3 ans.

 

- Harzand (Sea The Stars) en provenance d’Irlande, s’est imposé à Epsom et au Curragh cette année. En cas de succès, il rejoindra l’unique double vainqueur de Derby, lauréat à Longchamp en octobre ; il portait les mêmes couleurs qu’Harzand. A l’entrainement chez John Oxx, il s’appelait Sinndar. Kahyasi et Camelot avaient tenté leur chance sans succès.

 

Le double vainqueur de Derby Harzand et son jockey Pat Smullen

 

- Makahiki est le lauréat du Yushun Derby devant deux autres fils de Deep Impact. Il va tenter de venger son père, arrivé troisième de l’Arc 2006 avant d’être distancé et de son compatriote Orfèvre (vainqueur du Derby japonais en 2011).

 

- Highland Reel, le second de New Bay dans le Prix du Jockey Club 2015, a, depuis, voyagé à travers la planète (Meydan, Sha Tin, Arlington, Moonee Valley et l’Irlande bien sûr). Il est le fils de Galileo et d’une mère par Danehill......cela ne vous rappelle rien ?....le même croisement qu’un certain Frankel. Il est aussi le frère d’Idaho (second du Derby 2016).

 

Highland Reel, le gagnant des King George VI & Queen Elizabeth Stakes 2016, l'Arc anglais

 

- Left Hand (Dubawi) avait terminé seconde du Prix de Diane (de La Cressonnière) après avoir été touchée par un virus visant la plupart des écuries de Chantilly. Elle effectue un retour en fanfare avec deux victoires consécutives, les Prix de Psyché et Vermeille. En cas de victoire et donc de doublé, elle pourrait rejoindre au palmarès Zarkava mais aussi les deux pouliches de sa belle-mère, Trêve et Three Troikas et San San, la monte de son oncle.

 

L’Arc est aussi orphelin du gagnant du Grand Prix de Paris

Mont Ormel (Air Chief Marshal) a enlevé le Grand Prix de Paris couru à Saint-Cloud mais il vient d’être vendu à Hong Kong. Il ne sera donc pas présent à Chantilly. Sa mère, Lidana, nous a, tout de même, délégué Normandel, sa sœur par Le Havre, déclarée partante dans le Prix Marcel Boussac.

 

Le Grand Prix de Deauville, une préparatoire ?

Savoir Vivre (par Adlerflug, un vainqueur du Derby allemand par 7 longueurs) le pensionnaire allemand du français Jean-Pierre Carlvaho a enlevé le Grand Prix de Deauville pour ainsi dire de bout en bout mais avec un manque de maturité flagrant. Aura-t-il muri ou aura-t-il un minimum de savoir vivre.

Pour retrouver un double vainqueur à Deauville et dans l’Arc, il faut remonter à 1961 avec le succès d’un italien de 3 ans, Molvedo. Juste après la guerre, Le Paillon avait fait le doublé et même un triplé puisqu’il avait gagné également à.......Auteuil.

 

5 ans après Danedream, Savoir Vivre sera-t-il le prochain allemand à gagner? ©APRH

 

Le Grand Prix de Chantilly et l‘Arc

L’élève d’Alain de Royer Dupré, One Foot In Heaven (Fastnet Rock), connaît la piste puisqu’il y a gagné le Grand Prix de Chantilly. Aucun gagnant en juin n’a réussi le doublé en octobre, mais le profil de Longchamp n’est pas celui de l’hippodrome des Condé.....

Les statistiques ne plaident donc pas en sa faveur puisque seulement neuf vainqueurs ont tenté leur chance ensuite dans l’Arc tout comme les sept ayant gagné le Grand Prix d’Evry. Seul Un Kopeck a terminé au pied du podium en 1975. Le fils de Pride va-t-il venger sa mère, seconde en 2006.


Le Grand Prix de Saint-Cloud et l’Arc : deux vainqueurs en 40 ans

Silverwave (élevée par Marie-Laure Collet) est déclaré partant pour la seconde fois dans le Prix de l’Arc de Triomphe. Entre temps, il a enlevé le Grand Prix de Saint-Cloud. Mais quels sont les doubles vainqueurs sur l’hippodrome du Val d’Or et dans l’Arc. Le dernier, Hélissio, remonte à 20 ans lorsque le Grand Prix était encore ouvert aux 3 ans. Ensuite, il faut remonter à 1973 avec Rheingold puis Sea Bird et Exbury.

 

Silverwave a laissé une des plus belles impressions lors de la journée des préparatoires et plus précisément dans le Prix Foy. Le voici à l'oeuvre dans le Grand Prix de Saint-Cloud ci-dessus ©APRH

 

Postponed, le favori anglais

L’ancien pensionnaire de Luca Cumani reste sur six victoires consécutives depuis juillet de l’an passé. Ces succès, il est allé les chercher en France, à Dubai et aussi chez lui.

La Dubai Sheema Classic et l’Arc la même année

Postponed a gagné à Dubai au mois de mars. Seule Dolniya, gagnante de la Sheema Classic à 4ans, s’est ensuite essayée dans l’Arc de la même année où elle a terminé non placée. C’était l’an dernier.

 

La Coronation Cup et l’Arc la même année

Postponed a gagné la Coronation Cup comme l’avait fait le regretté St Nicholas Abbey à trois reprises. Ce dernier a ensuite terminé à 4 ans à la cinquième place en 2011 et non placé en 2012 à Longchamp. De la même écurie, Fame and Glory, âgé de 4 ans, a terminé également 5ème de l’édition 2010.

 

L’International de York et l’Arc la même année

Postponed a gagné les Juddmonte International St. comme l’avait emporté en 2009, le champion Sea The Stars qui fera le doublé à Longchamp, mais à 3 ans. Sakhee, à 4 ans, avait également vaincu à Longchamp. Duke of Marmalade et Authorized étaient venus eux aussi à Longchamp, sans résultat, après leur succès à York. Deux 5 ans, Ezzoud et Triptych avaient fini, l’un 4ème en 1994 et l’autre troisième en 1987 à Longchamp. Quant à Dahlia, deux fois gagnantes à York, elle terminera à Longchamp dans le lointain.

Le gagnant de la première édition des Benson and Hegdes Gold Cup (c’est ainsi qu’elle a été créée), Roberto, il s’est classé à la septième place.

 

Le Prix Foy et l’Arc l’année suivante

Postponed avait remporté l’an passé le Prix Foy puis était absent à Longchamp, trois semaines plus tard. En cas de victoire cette année, il rejoindrait Exbury, vainqueur en 1962 du Prix Henry Foy (à l’époque) et vainqueur de l’Arc l’année suivante. A ce jour, il est le seul à l’exception de Sagace, vainqueur sur la piste en 1985 mais rétrogradé sur tapis vert.

 

Postponed, le favori des bookmakers ©DR

 

Silverwave saura-t’il rejoindre, Allez France (1974) et Sagace (1984), les deux seuls vainqueurs des éditions du Prix Foy, lauréat de l’Arc, la même année.

 

La Gold Cup d’Ascot

L’irlandais de chez O’Brien, Order of St George (Galileo) est monté par Frankie Dettori qui est bien capable de garder son trophée. D’autant plus que sa monture n’aura pas, lui, de problème de distance : gagnant en juin dernier de la Gold Cup (de 11 longueurs), de l’Irish St Leger l’an dernier et second de l’édition 2016. Malgré tout, le dernier double gagnant Gold Cup-Arc remonte déjà à 1969 avec le succès de l’irlandais Levmoss puis en 1946 avec le «Boussac», Caracalla.


Maiden de l’année

Trois concurrents vont prendre le départ dépourvus de victoires cette année :

- The Grey Gatsby n’a pas passé le poteau en tête depuis septembre 2014, c’était à l’occasion des Irish Champion St.

- La dernière victoire de Siljan’s Saga remonte au mois d’août 2015 lors du Grand Prix de Deauville.

- Vedevani a débuté victorieusement le 7 août 2015, il avait alors deux ans. Il n’a pas réédité depuis, c’est pourquoi il a été choisi pour tenir un rôle de pacemaker pour son camarade de casaque, Harzand.


Les quatre redoublants

Sur les 16 partants de l’édition 2016, quatre étaient déjà présents en 2015 contre sept l’année précédente : Found, Silverwave, Siljan’s Saga (qui revient en troisième semaine) et New Bay.

 

Merci Papa

Siljan’s Saga, gagnante du Grand Prix de Deauville 2015 a pour père, un gagnant d’Arc de Triomphe, un certain Sagamix, habillé de gris et de rose en 1998 (déjà !).

Harzand et Migwar peuvent dire merci à Papa, un certain Sea The Stars, gagnant de l’Arc en 2009.

 

 

Des chiffres, toujours des chiffres

Sexe

Trois femelles seront au départ cette année contre sept (sur 17) l’an passé. Depuis 1946, 300 femelles (189 de 3 ans, 83 de 4 ans, 24 de 5 ans et 4 de 6 ans, l’âge de Siljan’s Saga) ont couru contre 1.007 mâles (500 de 3 ans). Depuis la création, 21 victoires sont revenues aux femelles et 73 aux mâles.


Siljan's Saga, en photo ci-dessus après son succès dans le Grand Prix de Deauville 2015, sera l'une des 3 femelles de la course avec Found et Left Hand ©APRH

 

Age

Depuis 1946, 689 chevaux âgés de 3 ans ont couru l’Arc, 422 âgés de 4 ans, 196 de 5 ans et plus. Depuis la création, 59 victoires sont revenues aux 3 ans, 27 aux 4 ans, 7 aux 5 ans (dont une jument, Corrida) et 1 pour Motrico, âgé de 7 ans.


Les propriétaires

Marcel Boussac est toujours en tête des propriétaires de vainqueurs avec 6 succès devant un peloton composé de Khalid Abdullah (Rainbow Quest, Dancing Brave, Rail Link, Workforce), S.A. Karim Aga Khan (Akiyda, Sinndar, Dalakhani et Zarkava) et Daniel Wildenstein (4). Le team de Coolmore compte trois victoires (Montjeu, Hurricane Run et Dylan Thomas) et les dubaïotes comptent 4 victoires (Carnegie, Lammtarra, Sakhee, Marienbard).


Les entraineurs

André Fabre est, de loin, le recordman avec 7 victoires pour 69 partants. Il devance, Alec Head (4), Charles-Henri Semblat (4), François Mathet (4). Pour l’anecdote, André Fabre soufflera ses 71 bougies en décembre prochain, autant que de partants, puisqu’il a déclaré partant deux poulains cette année.


Les montes

Des jockeys encore en activité, Lanfranco Dettori (27 montes) a rejoint l’an dernier Thierry Jarnet (20 montes) et Olivier Peslier (22 montes), recordmen avec 4 succès chacun.

Lester Piggott a monté 28 fois pour 3 victoires, Freddy Head, 27 montes, 4 victoires, Roger Poincelet, 26 montes, 3 victoires, Yves Saint-Martin, 25 montes, 4 victoires, Pat Eddery, 22 montes pour 4 victoires, Jacques Doyasbère, 19 montes et 4 victoires.


Les étrangers

459 chevaux sont venus, toujours depuis 1946, d’un pays étranger dont 241 d’Angleterre, 97 d’Irlande, 35 d’Italie, 33 pour l’Allemagne, 10 des USA, 6 de l’ex URSS. Le Japon, qui revient après une année d’absence, compte 20 partants si l’on additionne ceux ayant pris pension chez un entraineur français ou anglais. Les pays scandinaves comptent 4 partants et l’Amérique du Sud, cinq. Depuis la création, 13 victoires sont revenues aux anglais, 7 à l’Irlande, 6 à l’Italie, 2 à l’Allemagne et 66 à la France.


Les jumelés

Le jumelé d’un propriétaire dans le championnat du monde du pur-sang n’a été réalisé qu’une seule fois en 1953 quand le bordelais Paul Duboscq a placé ses deux représentants sur les deux plus hautes marches du podium. La Sorellina (montée par Maurice Larraun) avait devancé son demi-frère et compagnon d’écurie (celle d’Etienne Pollet), Silnet d’une tête.

Il n’existe qu’un seul jumelé d’entraîneur, celui d’Elijah Cunnington en 1924 avec Massine et Isola Bella. Cette année, Aidan O’Brien et André Fabre seraient susceptible de le rejoindre.

 

Les distances à l’arrivée

La plus courte des victoires aura été pour l’année 1959 où Saint Crespin et Midnight Sun n’ont pu se départager. Il aura fallu une décision des commissaires à propos d’une gêne pour qu’un seul vainqueur soit déclaré, Saint Crespin.

Une courte tête sépare les deux premiers à l’arrivée des éditions 1937 et 1941.

Après-guerre, les commissaires affichent une tête à l’arrivée de 7 éditions dont celles de 1970 (Sassafras), de 1974 (Allez France) et les dernières, 2007 et 2010.

 

Le plus grand écart à l’arrivée concerne l’année 1956 avec la victoire de Ribot, celle de 1965 avec Sea Bird et celle de 2001 avec Sakhee. Les commissaires affichent 6 longueurs. Danedream et Trêve en 2013 laissent leurs poursuivants à 5 longueurs.

 

Les records

Le temps record est celui réalisé en 2011 par Danedream avec ses 2’24’’49 battant celui de Peintre Célèbre, 2’24’’60 en 1997. Mais c’était avant !

Celui du parcours de Chantilly (2.400 m.) remonte à 1986 avec la victoire de Bering dans le Prix du Jockey Club, avec une piste mesurée à 2,6 (léger).

 

L'exceptionelle Danedream reste la tenante du titre du cheval ayant bouclé le parcours du Prix de l'Arc de Triomphe le plus rapide en 2'24''49 ©APRH

 

Star Appeal a été le vainqueur le plus abandonné au betting avec 119/1 en 1975 loin devant Topyo à 82/1 en 1967.

 

 

Et comme de coutume que le meilleur gagne !