Aujourd'hui : Fairyhouse
Flat Foal & Breeding Stock Sale
Kill - du 18/11/2019 au 20/11/2019
November Foal Sale Part. 1
Deauville - du 18/11/2019 au 20/11/2019
Vente d'Automne
Kill - du 21/11/2019 au 22/11/2019
November Breeding Stock Sale 2019
Kill - le 22/11/2019
November Foal Sale Part 2
Newmarket - le 25/11/2019
December Yearling Sale
Newmarket - du 27/11/2019 au 30/11/2019
December Sale - Foals

L'Allemagne à la mode

05/06/2013 - Infos générales
Alors qu’on vous propose aussi un dossier spécial Monsun, gros plan sur le suffixe (GER) qui fait la une. Le pays de Goethe, de papa Schutz et de Peter Schiergen, est en effet aussi celui des premières heures d’Intello et une terre de conquête pour notre PMU national. Quel succès !
Intello : la tête et les jambes
 
En remportant avec une telle classe le Prix du Jockey-Club 2013, Intello a réalisé le tour de force de réconcilier une majorité de puristes sceptiques avec notre Derby tricolore qui avait pris une drôle de dose de plomb dans l’aile depuis son raccourcissement de 300 mètres en 2005. Au moins pour quelque temps. L’un des inspirateurs de la réforme décriée, visiteur du soir de l’ex- Président de Rothschild et grand amateur du contre-pied face au plus grand nombre, absolument certain d’avoir raison envers, contre tous et contre tout, d’autant qu’il évolue sur son piédestal de meilleur entraineur français depuis 20 ans, André Fabre (vous l’aurez reconnu) a donc sellé le meilleur vainqueur du Prix du Jockey-Club des dix dernières années, au minimum.
 
 
André Fabre entouré d'Alain et Gérard Wertheimer et du Président de France-Galop Bertrand Belinguier
(Photos APRH)
 
 
Un pur-sang exceptionnel, qualifié d’ « extra-terrestre » par Jean-Claude Rouget, capable semble-t-il de tout faire puisqu’il va désormais viser le mile du Jacques Le Marois, énième pirouette fabresque. Un Intello qui, comme le pur allemand Manduro (Jacques Le Marois 2007 justement), joyau auquel notre Dédé national destinait un glorieux futur avant d’être trahi par une santé fragile, arbore donc le suffixe « GER » : sa mère Impressionnante, promise en effet à Monsun en 2010 a passé assez de temps en terre germanique pour que son intellectuel de fils prenne nationalité allemande. Et oui, celui que l’élevage français désigne tant comme son futur sauveur est tout de même allemand, assimilé en tout cas.
 
 
 Intello et Olivier Peslier reviennent aux balances au milieu des hourras du public
 
 
Le PMU regarde aussi l’Allemagne
 
Dimanche, le PMU a offert 3,3 euros pour 1 euro gagnant pour Intello. C’est globalement ce qu’on appelle un joli cadeau, voire un très joli cadeau. Car, tout parieur modestement averti et à peine éclairé, n’a pu rester insensible à la fantastique fin de course du fils de Galileo dans la Poule d’Essai des Poulains dont il fut privé (même si Style Vendôme est un super vainqueur et pur miler) pour cause de mauvais tirage au sort : stalle 19… Mais que voulez-vous, tant que nos Guinées se courront sur la Grande Piste de Longchamp … !!!.... Alors là, forcément, le coup du jeu intelligent marche beaucoup moins bien dans ce cas… Il n’empêche, les courses sont un jeu intelligent, na !
 
 
 
 
Mais les instances dirigeantes du PMU, bien conscientes depuis longtemps que cet argument du « jeu intelligent », pas intello non plus faut pas pousser, ne suffit plus pour renouveler la population des parieurs hippiques, cherchent avec vigueur de nouveaux leviers de croissance, comme on dit. La multiplication du nombre de courses arrivant à son asymptote, la grande tendance est à l’export, sous toutes ses formes. Export de nos grandes courses françaises offertes à la sagacité des parieurs étrangers et export de nos savoir-faire.
 
Et parmi les terrains de jeu privilégiés du boss du PMU, Philippe Germond, qu’on pourrait décrire comme l’exact contraire d’André Fabre en matière d’ouverture et de communication, ne cache pas sa foi en le marché germanique. La superbe santé économique du pays (crise ne se traduit pas en allemand), la capacité à trouver des parieurs hippiques sevrés de courses depuis une grosse dizaine d’années et le potentiel structurel du pays d’Angela Merkel ont grandement convaincu l’ex-patron de SFR et Vivendi Telecom International.
 
 
Philippe Germond
 
 
La Chine est bien sûr un potentiel marché 5 étoiles (« mais le secteur hippique a mis dix ans de plus que tous les autres secteurs pour réagir »), la Grèce ne peut que se relever après avoir touché le fond (d’où le positionnement stratégique du PMU sur l’appel d’offre de délivrement de licence en qualité d’opérateur de paris en pays hellénique), la Belgique et la Hollande sont certes sur la voie du renouveau, mais à en croire Philippe Germond, l’avenir hippique européen sera franco-allemand ou ne sera pas. A l’écouter, lors d’un échange aussi franc que cordial, seuls quelques détails administratifs de gestion politique des régions (Länder) peuvent ralentir une machine qu’il veut mettre en marche à Grande Vitesse.
 
Une petite dose de PMU ne fait jamais de mal sur France Sire car, comme M. Fabre, entre autres, ne peut l’ignorer : si le Jockey-Club a offert dimanche 857 000 euros à son vainqueur, c’est certes grâce aux 400 400 euros d’engagements mais aussi et surtout à nos chers et de plus en plus rares parieurs, à qui nous dédions ces quelques vers :
 
Trop souvent qualifiés de prolos
Jouant comme des gogos au loto,
Ils aiment plutôt faire leurs pronos
Armés de leurs journaux
Et se trouver, en cas de victoire,
Bien plus intellos qu’on veut le croire.