Aujourd'hui : Deauville
Vente d'Automne
Aujourd'hui : Kill
November Foal Sale 2018 Part 1
Demain : Kill
November Breeding Stock Sale 2018
Kill - le 24/11/2018
November Foal Sale 2018 Part 2
Newmarket - le 26/11/2018
December Yearling Sale
Newmarket - du 28/11/2018 au 01/12/2018
December Foal Sale
Newmarket - du 03/12/2018 au 06/12/2018
December Mare Sale
Maryland - le 04/12/2018
Midlantic Winter Mixed

Cracksman et Roaring Lion impériaux à Ascot avant le haras

20/10/2018 - Evénements
Le premier a 3 ans, le second a 4 ans. Tous deux sont entraînés par John Gosden et ont gagné leur 4ème Gr.1 respectif. Le gris Roaring Lion, lauréat des Queen Elizabeth II Stakes, prendra la direction de Tweenhills Stud pour commencer sa carrière d’étalon en 2019 tandis que Cracksman, grand gagnant des Champion Stakes pour la deuxième année consécutive sera lui aussi étalon. Aucun nom de haras n’a encore été dévoilé.
 
 
Par qui commencer ? Ce samedi 20 octobre à Ascot, les spectateurs présents n’avaient que l’embarras du choix. L’abondance de bien n’a pas non plus nuit à John Gosden puisque le top entraîneur présentait au total 7 partants pendant la réunion. La réunion finale des Champion Series s’est d’ailleurs ouverte sur un succès du stayer Stradivarius, un fils de Sea The Stars invaincu en 2018 entraîné par l’homme de Clarehaven Stables. Lah Ti Dar et Coronet, deux autres représentantes de John Gosden, n’ont cependant pas pu gagné leur Gr.1 et ont laissé la victoire à la représentante Coolmore Magical. Cette dernière restera dans l’histoire puisqu’elle est devenue le 74ème vainqueur individuel de Gr.1 de son père Galileo, dépassant ainsi Sadler’s Wells.
 
 
 
 
Gosden était tenant du titre des Queen Elizabeth II Stakes, remporté en 2017 avec la pouliche Pesuasive pour Cheveley Park Stud. Après Raven’s Pass en 2008 et Observatory en 2000, Gosden a signé une nouvelle victoire dans ce Gr.1 avec Roaring Lion d’une encolure seulement. Le 3 ans de Qatar Racing (sponsor de la journée avec QIPCO) a en effet gagné ce Gr.1 au terme d’une vive lutte associé à Oisin Murphy qui monte ce dimanche en Italie. Le jockey a signalé après la course que Roaring Lion « n’a jamais aimé le terrain lourd du jour ». Avant coup, le fils de Kitten’s Joy avait de nombreux éléments en sa défaveur malgré son rôle de favori comme l’a signalé John Gosden « Roaring Lion avait tout pour perdre et rien à gagner aujourd’hui. Il avait gagné ses trois premiers Gr.1 sur 2000 et 2100m en terrain léger et nous l’avons amené ici sur le mile et en terrain souple. Je l’ai eu de mieux en mieux cette année et les propriétaires en été très sportifs d’accepter de le courir dans cette course. » Un Gr.1 sur le mile est en effet très flatteur pour un futur étalon. Son avenir est d’ailleurs tout tracé puisque Roaring Lion sera étalon en 2019 à Tweenhills chez David Redvers qui avait acheté le poulain yearling pour $160.000. Mais avant, un éventuel tour à la Breeders’ Cup ou à Hong Kong n’est pas exclu.
Entre nous, le plateau des Queen Elizabeth II Stakes était plus relevé que celui des Champions Stakes avec les participations de Laurens et Recoletos pour ne citer que les connections françaises sans aller jusqu'au chauvinisme, cela n'est pas notre style! Sublime au pré-rond, la fille de Siyouni était à tomber, une vraie gravure, de même que Recoletos. En revanche, plus le départ approchait, plus le fils de Whipper et sa robe pommelée commencait à se tendre. Le gris Roaring Lion était lui aussi sous tension (voir la vidéo ci-dessous).
 
 
Après avoir remporté les Eclipse, les Juddmonte International et les Irish Champion Stakes, Roaring Lion ajoute sur son CV un 4e Gr.1. Le voilà qu'il pose avec ses copropriétaires, Cheikh Fahad Al Thani et ses frères

Cracksman est le 10ème cheval de l'histoire à remporter deux éditions des Champion Stakes après Velasquez, Fairway, Wychwood Abbott, Hippius, Dynamiter, Brigadier Gerard, Triptych, Alborada et Twice Over
 
 
Cracksman quant à lui ne courra plus. Le fils de Frankel a réalisé un incroyable doublé dans les Champion Stakes. S’il a remporté cette course de 6 longueurs cette année, le cheval d’Anthony Oppenheimer avait, souvenez-vous, gagné cette même course de 7 longueurs en 2017. Son dauphin n’a pas changé étant Poet’s Word. Gagnant pour sa rentrée à 4 ans du Prix Ganay 2018, Cracksman avait ensuite épinglé la Coronation Cup puis avait pris la 2ème place des Prince Of Wales’s Stakes derrière Poet’s Word mais avec quelques explications comme l’expliquait John Gosden : « Cracksman était très distrait par les femelles à Royal Ascot en revenant de la forêt de Windsor. Ensuite nous avions les King George et les Juddmonte International mais le terrain était trop léger pour lui et c’est la raison pour laquelle il n’a pas couru. Je n’ai pas de soucis et d’a priori à mettre des œillères aux chevaux. J’ai beaucoup vu cela aux Etats-Unis. D’ailleurs Secretariat et Northern Dancer courraient tous deux avec des œillères. Parfois, vous avez besoin de les utiliser, même si petites soient-elles. Cela permet une meilleure concentration. »