Aujourd'hui : Lexington, Kentucky
The October Sale
Aujourd'hui : Kill
Autumn Yearling Sale
Aujourd'hui : Deauville
Vente de Yearlings d'Octobre
Aujourd'hui : Kill
Autumn HIT Sale
Doncaster - le 24/10/2019
Autumn Hit & Yearling Sale
Newmarket - du 28/10/2019 au 31/10/2019
Autumn Horses In Training 2019
Maisons-Laffitte - le 31/10/2019
100% Obstacle
Lexington, Kentucky - le 05/11/2019
The November Sale

Prix de Diane Longines 2019 pour Channel : il parlait du ciel

17/06/2019 - Evénements
 Deux jours après avoir accueilli le Chaser Day, la commune de Paray-le-Monial peut revendiquer d'avoir vu naître et grandir les gagnants du Prix de Diane qui entourent Channel: le jockey Pierre-Charles Boudot et l'entraîneur Francis-Henri Graffard. En ce jour de fête des pères, le premier pensait évidemment au regretté Marc Boudot, disparu brutalement en janvier 2008 après avoir fait monter ses 1ers galops non seulement à son fils...mais aussi au jeune Francis !

 

  Francis-Henri Graffard court sur la piste, toute chemise blanche dehors et cravate au vent, et vient claquer la main de son jockey Pierre-Charles Boudot encore à cheval au son d'un retentisssement "Oh Putain" typique du jeune de maintenant qui vit un truc de ouf. C'est évident, les deux stars du Prix de Diane Longines 2019 sont très complices, et pas seulement partenaires voire amis. Même s'il ne sont pas de la même génération, puisque le pilote a 26 ans et l'homme de l'art 42 ans, Pierre-Charles et Francis-Henri partagent des souvenirs d'enfance. En effet, ils ont grandi dans la même commune de Paray-le-Monial, haut lieu catholique au coeur du Charolais-Brionnais en Bourgogne, là où les terres sont tellement riches que les éleveurs doivent mesurer leurs rations pour éviter les "explosions" articulaires.

 


Alors âgé de 8 ans, Pierre-Charles Boudot accompagne son père Marc Boudot qui remporte le Prix du Président de la République avec Graal de Chalamont.

 

Pierre-Charles est le fils de Marc Boudot, l'un des meilleurs entraîneurs du Centre-Est, une valeur sûre de la région à l'époque où le régionalisme avait un sens, éminent spécialiste des AQPS et par ailleurs à la tête d'une petite jumenterie personnelle. Parmi ses propriétaires, il compte une figure locale, le Dr Champliau, lui aussi éleveur d'AQPS, qui amène partout avec lui, le dimanche sur les hippodromes, son petit-fils qui a tout de suite adoré l'ambiance, un gamin nommé Francis-Henri Graffard. Taillé comme un jockey, bien qu'il n'ait pas embrassé cette profession, le jeune Francis vient logiquement monter à cheval chez Marc Boudot, où il croise son fils Pierre-Charles. En 2000, Marc Boudot se rend célèbre nationalement en gagnant le Prix du Président de la République grâce au gros outsider Graal de Chalamont. Ce jour là, la France turfiste le découvre, son épouse Catherine Boudot, coiffeuse et leur fils alors âgé de 8 ans, Pierre-Charles. 

 


Pierre-Charles Boudot entouré de sa mère Catherine et de sa soeur Marie-Gabrielle, également coiffeuse, d'ailleurs ici au "hairdressing awards", une cérémonie des meilleurs coiffeurs de France à laquelle participe la jeune professionnelle, plusieurs fois primée à ce type de concours.
 

 

En janvier 2008, Marc Boudot s'est éteint brutalement à l'âge de 55 ans, victime d'une tumeur au cerveau. Tout en gardant son Salon de coiffure, son épouse conserve une écurie de course, dont l'effectif est tout d'abord confié à Christophe Provot, le jockey maison, de même que sa jumenterie. Quelques années plus tard, elle portera le label du Seuil aux sommets internationaux, avec encore Défi du Seuil et Eglantine du Seuil lors du dernier festival de Cheltenham. Toute la famille se retrouve souvent à Auteuil, où  "PC" se rend à chaque occasion de voir les chevaux de l'écurie désormais entraînés par son beau-frère Mickaël Séror.

Mais au moment du décès de son père, Pierre-Charles Boudot, alors âgé de 15 ans, vient de quiter la maison pour partir en apprentissage à Chantilly, intégrant directement la prestigieuse écurie d'André Fabre, là-même où, trois décennies plus tôt, son père avait appris son futur métier. Surdoué et infatigable travailleur, PC Boudot décroche l'étrier d'or dès sa 1ère année en selle, alors qu'il a débuté en course officielle à 16 ans, le 27 mars 2009 à Loudéac. Il remporte son 1er Groupe à 17 ans avec Brigantin (Prix Lutèce Gr.1), son 1er Gr.1 en 2014 à 22 ans avec Gallante dans le Grand Prix de Paris. PC Boudot a également remporté 2 cravaches d'or en 2015 et 2016, était alors le 1er jockey d'Europe à atteindre les 300 victoires dans l'année. 

 


Francis-Henri Graffard avec Pierre-Charles Boudot


 

Si Esotérique fut sa 1ère championne qui lui a aussi permis de gagner son 1er et toujours unique Gr.1 à l'étranger dans les Sun Chariot Stakes (Gr.1), Bateel l'a aussi beaucoup marqué lorsqu'il a remporté avec elle le Prix Vermeille (Gr.1) en 2017. En effet, il retrouvait à cette occasion son "compatriote" Francis-Henri Graffard, entraîneur alors installé depuis 5 ans et montant quatre à quatre les marches de la notoriété. Monté à la capitale, puis parti à l'étranger, ce dernier avait décidé de quitter sa position confortable de racing manager chez Darley pour revenir en France et s'installer fin 2011 entraîneur à Chantilly, rêvant de grandes victoires parisiennes. Aujourd'hui, il a 100 chevaux à l'entraînement et a acheté et entièrement rénové l'ancienne écurie de Jean-Marie Béguigné à deux pas des Aigles. Sa piste préférée s'appelle...la Plaisanterie, parallèle aux Réservoirs.

Lui qui a un faux air d'André Fabre, portant en bandoulllère le même étui de jumelle en cuir sur un costume toujours tiré à quatre épingles, mais au contraire très communiquant, l'ancien élève d'Alain de Royer-Dupré a remporté avec Pierre-Charles Boudot leur 1er classique commun dans le plus prestigieux de tous, le Prix de Diane Longines, avec Channel.

 

 

Channel sort de la Breeze Up d'Arqana, où elle a été acquise pour la somme de 70.000 € par Bertrand Le Metayer, un grand fan du père Nathaniel, dont il détient même une part. Fils de Galileo, vainqueur à 3 ans des King George & Queen Elizabeth Stakes sur 2400 m, Nathaniel est entré étalon à Newsells Park Stakes près de Newmarket, le haras anglais de l'allemand Andreas Jacobs (Gestut Fahrhof). Au départ, Nathaniel n'était pas un étalon "sexy" commercialement, loin des critères "vitesse / précocité". Mais avant Channel, Nathaniel s'est rendu célèbre comme auteur de la crack Enable, et son prix est monté à £ 25.000 en 2019.

 

VOIR LE PEDIGREE DE CHANNEL

 

 

Elevée par Miss Pat O'Kelly à Kilcarn Stud, un fameux haras situé en Irlande au nord de Dublin, Channel a été vendue yearling à la Orby Sale de Goffs dans un certain anonymat pour 18.000 € à Meridian International, c'est à dire le courtier français Ghislan Bozo, qui souhaitait faire un pinhooking. Petite fille de Magical Romance (Chevely Park Stakes, Gr.1 à 2 ans), ce 2ème produit de sa mère Love Magic, gagnante en débutant à 2 ans chez Sir Mcheal Stoute, mais incapable de confirmer à 3 ans, a été présentée par Mayfields Stakes (Tanya Brown et Ronaldo Souza) à la Breeze Up d'Arqana. Bertrand Le Metayer l'a acquise 70.000 € pour le compte d'un nouveau client parisien, Samuel de Barros, qui avait découvert le monde des chevaux et des courses grâce à sa femme Elodie Mangeard de Barros, qui développe au trot son label "Délo" au Haras des Authieux au Merlerault, à 2 pas du Haras du Pin dans l'Orne. Fait extraordinaire, Channel est le seul et unique pur-sang détenu par son propriétaire ! 

 

 

La nouvelle championne a pris des chemins de traverse pour arriver au Diane. Pas précoce, mais pure classique comme son père mais aussi sa grande-tante Alexandrova, une championne lauréate des 3 Oaks d'affilé (Epsom, Irish, Yorkshire), elle n'a débuté qu'à la fin mars 2019 par une 2ème place à Saint-Cloud sous la selle de Ronan Thomas, battue par une "Fabre" nommée Secret Walk qui n'a jamais recourue. Malgré son profil "classique" et les casaques prestigieuses qu'il a réuni dans son écurie, dont celle des Niarchos pour qui il a gagné son 1er Gr.1 dans le Grand Prix de Paris avec Erupt, Francis-Henri Graffard n'hésite pas à courir partout en France, notamment à Lyon-Parilly où Channel ouvre son palmarès pour sa 2ème sortie. Ensuite, elle s'impose dans ce fameux Prix de la Chapelle-en-Serval, étonnante épreuve de Classe 1 qui prépare si bien au Prix de Diane où la future gagnante s'est donc présentée sans jamais avoir participé à une course de Listed ou Groupe au préalable !

 

GALERIE PHOTOS APRH


Channel repousse d'une tête l'attaque de Commes.


Retour triomphal de Channel en compagnie d'Anthony David, le fils de l'ancien jockey Jean-René David, garçon de voyage chez Francis-Henri Graffard.


Pierre-Charles Boudot avec Simon Baker

 


Samuel et Elodie de Barros, les propriétaires.