Francis Graffard et Ronan Thomas offrent un 19e Derby Allemand au Gestut Schlenderhan

12/07/2020 - Actualités
Pour la 1e victoire de Gr.1 de sa carrière, le jockey Ronan Thomas offre aussi le 1e Derby Allemand de l'histoire à un entraineur français ! Le Gestut Schlenderhan de la famille Von Ullmann a fermé son centre d'entraînement en 2019 et envoyé une grosse partie de son effectif en France. Le géant allemand a fait le bon pari, puisqu'il remporte un 19e Derby Allemand avec In Swoop, un poulain 100% Schlenderhan, mais entrainé par Francis Henri Graffard ! 

Ronan Thomas célèbre sa victoire de Derby Allemand sur In Swoop ! (©telesport)

 

Imaginez Coolmore, mais de l'autre côté du Rhin. Le Gestut Schlenderhan est un géant des courses allemandes, le plus vieux Haras du Pays, et surtout le plus titré. Comme le Derby d'Epsom pour nos amis anglais, le Derby Allemand est la référence de l'élevage allemand. Schlenderhan en a fait sa chasse gardée avec 18 titres. Pourtant, le célèbre établissement de la famille Von Ullmann n'avait plus remporté la grande course depuis 2009 avec Wiener Walzer. Le goût de la victoire est revenu aujourd'hui avec la satisfaction d'y avoir amené un élève 100% Schlenderhan, issu d'une grande lignée du Haras, et d'un étalon maison, Adlerflug. La seule petite chose qui a changé, c'est que cette fois, le gagnant était entrainé par le français Francis Henri Graffard et monté par Ronan Thomas. Et ça c'est incroyable. 

 

 

">https://twitter.com/Paris_Turf/status/1282322011163852802?ref_src=twsrc%5Etfw">July 12, 2020

 

Le grand vainqueur du Derby Allemand est In Swoop, qui a été envoyé l'an dernier en France par Corina Von Ullmann, la femme du Baron George Van Ullmann qui est à la tête de Schlenderhan. Les Von Ullmann avait depuis 2007 un centre d'entraînement privé qui était jusqu'à l'année dernière sous la responsabilité de Jean-Pierre Carvalho. Ce centre a été abandonné l'an dernier, et un gros effectif de chevaux a été envoyé en France, avec les bons Alson et Mare Australis chez André Fabre, et un groupe de 2 ans chez Francis Graffard, parmi lesquels In Swoop. Il n'a débuté que tardivement, après le 11 mai, à Lyon Parilly, gagnant d'entrée avant de terminer bon 3e du prix Greffulhe. Encore tendre, ce gros cheval qui est engagé dans l'Arc de Triomphe a placé un finish ahurissant pour ravir le Derby de son pays natal à ses anciens compatriotes. Cette victoire est un exploit, car un jockey français n'avait pas gagné la course depuis 2014, avec Christophe Soumillon et Sea The Moon. Si l'on retrouve plusieurs jockeys français au palmarès comme Olivier Peslier et Davy Bonilla, les entraineurs de l'hexagone n'avaient jamais franchi le poteau en tête dans le Derby Allemand. Francis Graffard réalise donc un authentique exploit, et confirme son statut d'entraîneur classique. 

 

Georg Baron Von Ullmann - Fotos | imago images

George et Carina Von Ullmann, à la tête d'un empire ! 

 

In Swoop descend d'une lignée qui est dans le giron Schlenderhan depuis de très nombreuses générations. Nous avons pu remonter jusqu'à la 6e mère, Indira, qui est née au début des années 60. Il a été conçu pour être classique, puisque sa mère Iota a remporté le prix de Diane Allemand. Cette fille de Tiger Hill a très bien produit, puisqu'avant In Swoop, elle avait donné une multiple gagnante de groupe en Nouvelle Zélande, mais aussi Ito, le propre frère de In Swoop, qui a gagné à 4 ans le Grosser Preis Von Bayern (Gr.1), avant d'entrer étalon dans son pays. Les 2 frères sont des fils de la star allemande Adlerflug. Ce fils de In The Wings a lui aussi été élevé par Gestut Schlenderhan, et avait remporté le Derby Allemand à son tour en 2007. Il donne aujourd'hui son 1er gagnant de Derby, alors qu'il est connu en France pour avoir un seul fils étalon, Savoir Vivre, un cousin de Stacelita stationné au Haras du Taillis. Adlerflug est issu de la riche famille d'Urban Sea et est un étalon particulièrement efficace, qui fait aujourd'hui la monte à 10 000 € chez ses éleveurs. Pourtant, il est l'archétype du cheval que l'on critique, jaune avec 4 balzanes, ce qui ne l'empêche pas de reproduire avec excellence. Il a signé le jumelé, puisque le 2e Torquator Tasso est aussi un de ses fils. 

 

Adlerflug, un jaune avec 4 balzanes...et pourtant ! 

 

In Swoop vient lui aussi de s'assurer un avenir au Haras, car le Derby Allemand est un réservoir d'étalons impressionnants à l'avoir gagné : Samum, Shirocco, Kamsin, Nicaron, Pastorius, Sea The Moon, Waldpark, Lavirco ou encore Lando. Ils sont tous devenus reproducteurs, et il faut noter que la plupart sont utilisés pour l'obstacle. Avec la refonte du programme, In Swoop pourrait désormais s'aligner dans le Grand Prix de Paris, en vue de préparer l'Arc de Triomphe. Cette victoire est un sacré symbole au coeur d'une année bizarroïde, qui a permis à Francis Graffard de remporter un Gr.1 dans un 4e pays différent après la France, le Canada et l'Angleterre. Quant à Ronan Thomas, jockey qui a toujours eu des bons résultats, mais pas tant d'occasion que ça d'être associé à des champions, il s'offre un 1er Gr.1 mérité. Gut gemacht meine Dame und Herrn !....

 

Francis Graffard et Ronan Thomas sur le toit de l'Allemagne (APRH)


Voir aussi...

Le premier Gr.1 de Scalo avec Laccario dans le Derby Allemand

Il fut son premier gagnant black-type, puis son 1er gagnant de Gr.2, Laccario est désormais le premier gagnant de Gr.1 de son père Scalo. Beau vainqueur du Derby Allemand, le cheval de Andreas Wohler est désormais invaincu cette année, et pourrait viser l'Arc à l'automne. Quant à Scalo, le magnifique fils de Lando, stationné au Haras de Gelos à Pau, il peut se targuer d'avoir sorti un tout bon cheval d'une saison de monte où il n'avait sailli que 14 juments !

La grande interview de Pierre-Charles Boudot après le doublé Diane/Coronation Stakes !

 Rencontré à Compiègne ce samedi, Pierre-Charles Boudot est revenu à notre micro sur son incroyable semaine, qui l'a vu enlever le prix de Diane avec Channel dimanche, puis les Coronation Stakes vendredi avec Watch Me, les deux pour Francis Henri Graffard. Il nous a parlé de cette émotion, de ces espoirs de l'année, mais aussi de sa jeunesse bourguignonne à Paray Le Monial, de son père Marc Boudot et de son attachement pour l'obstacle. A découvrir en VIDEO.