Thibault Legay, le jeune jockey au parcours atypique qui enchaine les gagnants en obstacle

06/05/2022 - Actualités
Après avoir été apprenti chez Fabrice Chappet, Thibault Legay a décidé de changer totalement de voie pour se former en agroéquipement. Après 4 années, l’amour des chevaux l’a poussé à retourner dans le métier. Après diverses expériences en France et en Irlande, il revient chez Mickael Mescam, qui lui donnera sa chance et le fera débuter en tant que jockey à l’âge de 23 ans. Tout s’enchaine très bien car en seulement 8 montes, il compte déjà 5 victoires.

 Après avoir débuté en course à 23 ans, Thibault Legay enchaîne les succès ©APRH

 
Si vous êtes un suiveur assidu de l’obstacle, vous n’avez pu passer à côté du nom d’un certain Thibault Legay. Deuxième pour ses débuts en course à Fontainebleau, Thibault a depuis passé le poteau en tête à 5 reprises en 8 courses seulement, et reste sur 4 succès de suite ! Ce jeune homme de 23 originaire du Mans, fils du jockey Jérôme Legay a un parcours très atypique. Après avoir été étudiant au Moulin à Vent de Gouvieux, et en apprentissage chez Fabrice Chappet durant un an et demi, Thibault décide d’arrêter le métier, et de se lancer dans une formation en agroéquipement pendant 4 ans. Toujours aussi passionné des courses, l’idée de revenir à ses premiers amours reste dans un coin de sa tête.

 
 Thibault lors de sa victoire à Compiègne avec Défi d'Oudairies ©APRH
 
 
Joint par téléphone, le jeune jockey nous explique : « Je n’avais pas remonté à cheval depuis 4 ans, j’avais beaucoup de retard par rapport aux autres jeunes de mon âge. Je suis allé chez Guy Chérel, c’est là que j’ai rencontré Mickael Mescam. Au moment où il s’est installé entraîneur, il m’a demandé de le rejoindre en Sarthe, là d’où je suis originaire. » Thibault poursuit : « j’ai commencé petit à petit à sauter les chevaux, mais j’avais du mal à trouver mon équilibre. Je voulais prendre ma licence de jockey, mais Mickael trouvait que j’étais trop tendre. » Par la suite Thibault, se rend quelques temps à Maisons-Laffitte chez Yannick Fouin, avant de rejoindre l’Irlande et l’écurie de Joseph O’Brien pendant 8 mois, où il est le cavalier du matin du gagnant de Melbourne Cup (Gr.1) Twilight Payment.
 
 
 Thibault en main à Auteuil, hippodrome où il s'est imposé pour sa première tentative ©Le Turf Vu d'un Autre Oeil
 
 
De retour en France à l’âge de 22 ans, Thibault se retrouve à la croisée des chemins : « j’étais un peu perdu, j’hésitais à arrêter le métier. C’est alors que j’ai revu Mickael Mescam qui m’a proposé de revenir chez lui. Je lui ai dit oui à condition qu’il puisse me donner ma chance en course. » Dès lors quelques mois plus tard, Thibault enfile pour la première fois l’habit de lumière. Il nous raconte cette expérience : « honnêtement je n’ai rien compris ! j’avais une petite chance et tout s’est bien passé. Ce n’a pas été le cas pour ma deuxième monte à Saint-Brieuc, où je suis mal parti aux élastiques et je suis tombé à la deuxième. »
 
 
 Mickael Mescam (à droite), celui qui a donné sa chance à Thibault ©APRH
 
 
Bien conseillé par son patron, lui-même ancien jockey d’obstacle Mickael Mescam, ainsi que par l’ancien crack jockey Cyrille Combeau, Thibault progresse chaque matin dans une écurie à taille humaine et à l’ambiance familiale. « Je suis très heureux chez Mickael, j’ai mon piquet de chevaux que je connais bien, et que je monte l’après-midi. Pour le moment on peut dire que je privilégie la qualité à la quantité. Ce dimanche je vais monter pour la première fois mon cheval de cœur Calinight en steeple à Bordeaux. » Thibault aura l’occasion d’entretenir ses statistiques de folie. Enfin quand on lui demande si après avoir gagné en haies et en steeple, il compte s’essayer sur le cross, le jeune pilote nous répond : « pas tout de suite, mais à terme j’aimerais beaucoup. Mon rêve c’est de monter en cross à Pau, et de sauter les gros passages de route. » En attendant le meeting palois Thibault va continuer d'engranger de l’expérience et des gagnants ! 
 
 
Thibault à l'entraînement avec Calinight, qu'il va monter l'après-midi à Bordeaux ©Facebook Mescam Racing

Voir aussi...

Ylan Follin et Quentin Défontaine qualifiés pour la finale du Meilleur Apprenti de France

Ce mercredi, se tenaient à Senonnes les sélections régionales pour la toute première édition du concours du Meilleur Apprenti de France pour la catégorie « Cavalier d'entraînement – Galop ». Onze jeunes ont été notés tout au long de la matinée par un jury de 6 personnes composé d’entraîneurs, de formateurs et de professeurs d’hippologie, quant à leur capacité à s’occuper des chevaux, la maîtrise à cheval et à leurs compétences théoriques.