Découvrez en vidéo le Centre d'Entrainement de Chazey-sur-Ain en région lyonnaise, avec la FNCH

13/05/2022 - Découvertes
Découvrez les infrastructures de Chazey-sur-Ain, le dernier né des Centres d'Entrainement publiques pour chevaux de courses. Plus de 200 galopeurs, répartis chez une vingtaine d'entraineurs dont Mathieu Pitart, Yoann Bonnefoy et Nicolas Bellanger, s'exercent tous les matins sur le plat et sur les obstacles. Le Centre d'Entrainement de Chazey-sur-Ain, voisin du Parc du Cheval, est présidé par Thierry Ravier. En partenariat avec la FNCH (Fédération Nationale des Courses Hippiques)

 


 

A la découverte du Parc du Cheval Rhône Alpes
 
Ouvert en 2010, le centre d'entraînement de Chazey-sur-Ain bénéficie d’une situation géographique privilégiée, ce site moderne et unique, offrant des conditions de travail inégalables au sein de la région Centre-Est.
Actuellement 18 entraîneurs de galopeurs et un peu plus de 200 chevaux de course sont installés sur le centre d'entraînement comprenant de nombreuses pistes et services pour le confort des pensionnaires. Thierry RAVIER, Président du centre d'entraînement de Chazey-sur-Ain nous fait découvrir les lieux !
 
Président, présentez-vous-en quelques mots ? Votre parcours, votre métier… ?

Thierry RAVIER, j’ai 60 ans, marié et père de deux garçons trentenaires. Jusqu’au 31 mars dernier j’étais chef d’entreprise d’une société de transports routiers. Je monte à cheval depuis l’âge de 5 ans et après quelques années en CSO, j’ai opté pour une carrière de gentleman-rider durant une quinzaine d’années. Je suis, en outre, Président de l’Association des Propriétaires du Centre Est.

 


Thierry RAVIER, Président du centre d'entraînement de Chazey-sur-Ain

 

 
Le site de Chazey-sur-Ain affiche une superficie de 50 hectares et offre des possibilités considérables avec ses infrastructures équestres et hippiques, dont les pistes en herbe, la PSF et ses nombreux obstacles. Pouvez-vous nous présenter le site en quelques chiffres ?

Le centre d’entrainement de Chazey-sur-Ain est un véritable village hippique et propose des infrastructures de grande qualité, il est composé de :
- Deux pistes rondes en sable de 1500 mètres
- Une piste en sable en ligne droite de 1600 m
- Une piste en herbe en ligne droite de 1600 m
- Une piste ronde en herbe de 1400 m
- Une piste en sable fibré « PSF » de 1200m
- Trois pistes d’obstacle (une avec des petites haies pour le dressage, une avec des haies normales et un parcours de 
  steeple-chase)
- Un parcours de cross
- Un rond d’Havrincourt
- 300 boxes répartis sur 14 bâtiments sous forme de barns
 
 

 

 
Expliquez-nous la genèse du centre d’entraînement de Chazey-sur-Ain ? Les raisons de son implantation géographique ?

Historiquement, le centre d’entrainement était situé sur l’hippodrome de Lyon Parilly. En 2009, pour des raisons de sécurité et d’urbanisme, nous étions dans l’obligation de le délocaliser. En quête d’un nouveau site pour accueillir le centre d’entrainement, un terrain à un prix accessible a été retenu à 25 km de Lyon dans la plaine de l’Ain entre Bourg-en-Bresse, terre d’élevage et de sports équestres et Lyon. Ce site est idéal et stratégique puisqu’il est à 5 minutes des autoroutes de Paris, Marseille et Genève.
 
Combien d’entraîneurs comptabilisez-vous sur le centre d’entraînement ? Quel est l’effectif de chevaux ? En 2021, quel est le montant des allocations remportés par les chevaux installés sur Chazey-sur-Ain ? Pouvez-vous nous détailler le palmarès de certains d’entre eux ?

Actuellement nous abritons environ 220 chevaux dont un gros tiers est résolument orienté vers la discipline de l’obstacle. Depuis le départ de Philippe DECOUZ pour le centre d’entrainement de Chantilly, nos principaux entraineurs sont très jeunes en l’occurrence :

-  Mathieu PITART qui est titulaire de 46 gagnants pour 1,432 Millions d’euros en 2021 et affiche des bases identiques cette année à la suite d’un très bon meeting sur l’hippodrome de Cagnes-sur-Mer. Son effectif majoritairement dédié à l’obstacle est de l’ordre de 60 chevaux.
- Yohan BONNEFOY affiche un effectif de 24 chevaux de plat et a déjà 12 gagnants pour 310 K€. Il vient de remporter son premier Quinté + le 18 avril à Saint Cloud avec « Trick of the Mind ».
- Nicolas BELLANGER et bien d’autres encore soit au total 18 entraineurs dont les effectifs oscillent entre 2 et 20 chevaux.

A noter que le plus jeune à s’être installé est Antoine SANGLARD. Il a obtenu sa licence début avril 2022 et a déjà glané une seconde place pour son premier partant.
 
Comment est assurée la gestion du centre d’entraînement ? Pouvez-vous nous expliquer son fonctionnement ? Y a-t-il un règlement intérieur pour les adhérents, notamment pour l’usage des pistes et des infrastructures ?

La gestion du centre d’entrainement est assurée quotidiennement par notre directeur, Gildas GEFFRIAUD, qui possède une solide expérience de l’entrainement des chevaux de course étant issu de la ville de Pau. Nous échangeons continuellement, néanmoins il a la charge d’assumer les responsabilités de l’entretien et du développement des infrastructures qui sont parfaites pour le travail et le confort des hommes comme des chevaux. Il existe un règlement intérieur qui précise l’utilisation des pistes, par exemple la corde varie selon les jours de la semaine et les pistes doivent être utilisées selon leurs spécificités : galop de chasse, canter, galops, trotting… Cependant nous répondons à toutes sollicitations des professionnels pour leur permettre d’optimiser la préparation de leurs pensionnaires.
 

 


Vue aérienne du centre d'entrainement de Chazey-sur-Ain

 

 
Quelles sont les conditions d’accueil des professionnels ? Sont-ils propriétaires ou locataires des locaux ? Pouvez-vous nous préciser la tarification pour la location de barns et l’accès aux pistes ?

L’ensemble des barns est en location puisque l’association de gestion du centre d’entrainement reste propriétaire des infrastructures. Nous établissons, pour chaque entraineur, des baux ruraux de location qui comprennent les boxes, sellerie, graineterie, sanitaires et grange à fourrages. En fonction des effectifs de chaque entraineur, nous ajustons le bail à ses besoins.

Toutefois, nous sommes à l’écoute de chaque entraineur souhaitant apporter, en accord avec notre directeur, les aménagements nécessaires (marcheur, solarium…) à l’exercice de son métier. La location du box est de 73€ HT/ mois à laquelle il convient d’ajouter les charges telles que l’eau, l’électricité et l’évacuation du fumier (8€ / cheval/ mois). Le droit d’accès aux pistes est de 42 €.
 
 

 
Quelles sont les forces et les qualités de vos infrastructures ? Quels sont les futurs travaux du centre d’entrainement et vos arguments pour attirer de nouveaux entraîneurs ?

Les principaux atouts du centre d’entrainement de Chazey-sur-Ain résident principalement dans :
- Son emplacement géographique, à proximité des hippodromes du centre-est, du sud-est de l’est mais également de la région Parisienne, accessible à moins de 4h45 de camion.
- La parfaite qualité de l’ensemble des pistes et des infrastructures offrant une variété de parcours et de surfaces.
- La présence sur le site, d’un transporteur de qualité qui gère tous les transports de chevaux.
- Une équipe vétérinaire présente tous les jours à la disposition des entraîneurs.

En 2022, avec le soutien de la Fédération Nationale des Courses Hippiques, nous allons restaurer le rond de dressage ainsi que quelques obstacles. L’an prochain, l’objectif est de réfectionner la PSF, datant de plus de 13 ans. A noter, bien évidemment, que nous rechargeons régulièrement nos pistes en sable.

 


Une piste d'obstacle en sable

 

 
Existe-t-il des synergies entre les entraineurs ? Précisément pour mutualiser l’achat de matériel, de matières premières, fourrages ou aliments, pour les chevaux ?

Chaque entraineur, en sa qualité de chef d’entreprise, décide de ses propres fournisseurs. Cependant, nous gérons sur place un stock centralisé de la société Perdiguier pour l’ensemble des produits de fourrages et alimentation des chevaux.
 
Avez-vous le sentiment que les entraineurs ont besoin d'un accompagnement dans la prospection et la fidélisation de nouveaux propriétaires de chevaux de course ?

C’est la grande difficulté de notre région. Nous avons un effectif de propriétaires très éclaté sur l’ensemble du Centre-Est et incluant plusieurs centres d’entrainement : Chazey-sur-Ain, Moulins ou encore des sites privés comme celui de Jean-Pierre GAUVIN et Emmanuel CLAYEUX. De plus, la qualité de nos hippodromes lyonnais, reconnue partout en France, incite de nombreux entraineurs de toute la France et majoritairement parisiens à venir courir chez nous, sans avoir besoin d’installer des antennes locales à la différence d’autres régions. Le niveau des compétitions s’en retrouve mécaniquement très élevé.    
  
 
 

 


Des cavaliers et un lot de chevaux à l'entraînement

 

 

Le mot de la fin ?

Le centre de Chazey-sur-Ain est un magnifique outil de travail, tant pour les équidés que pour le personnel. L’effectif actuel de chevaux est sous dimensionné par rapport aux installations disponibles. Nous pensons mener une action de prospection vers certains professionnels extérieurs afin de mettre en valeur le site et ainsi mieux contribuer à l’épanouissement des courses locales.


Voir aussi...

Le duo de choc Ubeda-Pitart remporte le Quinté avec Halo On Fire, un fils du méconnu Papal Bull

La forme se poursuit pour Mathieu Pitart et Dylan Ubeda, tous deux enchainant les succès depuis le début du meeting de Cagnes-sur-Mer. Aujourd'hui ils ont mené au succès le 4 ans Halo On Fire dans le Prix Philippe Lorain, le Quinté du jour. Vendu yearling à BBAG, le cheval a été placé cette saison chez Mathieu Pitart par son propriétaire. L'occasion ici d'évoquer son père, le sous-utilisé Papal Bull, qui a fait 2 saisons au Haras de Longechaux en 2016 et 2017. 

1er partant et première victoire pour l'écurie Burgundy Horses !

Pour une première, ça ne pouvait pas mieux se passer ! Créée par Xavier Brelaud du Haras des Châtaigniers avec une quinzaine de passionnés de courses, l'écurie Burgundy Horses a vu sa casaque briller dès son premier partant avec la victoire de Wajdam hier à Vittel. Le cheval entraîné par Mathieu Pitart a été déniché au fin fond de la Bretagne par Bernard Barbery, dit "Baby", l'un des heureux actionnaires de cette toute nouvelle aventure.