Cracksman, digne cousin de Golden Horn, parfait fils de Frankel

30/04/2018 - Grand Destin
 Pour sa première sortie en France, le phénomène annoncé Cracksman a bel et bien ébahi l'assemblée de l'inauguration de ParisLongchamp dans le Prix Ganay. Portrait craché de son père Frankel, le meilleur cheval de tous les temps, le pensionnaire du milliardaire des diamants Antony Oppenheimer est aussi un cousin de Golden Horn, le dernier gagnant d'Arc disputé sur l'ancien Longchamp en 2015.

 

 A voir galoper Cracksman, jetant les jambes en avant sans le moindre effort apparent, ce puissant bai parfaitement équilibré et doté d'une belle tête expressive, on reconnaît sans la moindre hésitation la marque de son père Frankel. La ressemblance va même jusqu'au détail du nose-band qu'il porte sur le nez. Invaincu en 14 tentatives dont 10 Gr.1, Frankel (Galileo) a détroné Sea-Bird et même le légendaire Eclipse au titre de meilleur cheval de courses de tous les temps. Entré au haras en grande pompe en 2014 chez son éleveur Khaled Abdullah à Juddmonte Farms à Newmarket en Angleterre, là-même où il était né, il a évidemment sailli la crème de la crème des poulinières mondiales. Agé de 4 ans, Cracksman fait partie de sa 1ère génération, qui comporte également Soul Stirring (2 Gr.1 au Japon), ainsi qu'Eminent, lauréat du Guillaume d'Ornano (Gr.2) l'été dernier à Deauville. Pour l'instant, ses résultats ne sont pas si impressionnants que cela compte-tenu de la qualité des mères des produits.

 

 

Mais même s'il a été devancé dans les 2 Derbies anglais et irlandais l'an dernier, avant de remporter successivement les Great Voltigeur (Gr.2), le Niel (Gr.2) et les Champion Stakes (Gr.1), Cracksman est aujourd'hui son porte-drapeau capable de viser l'Arc de Triomphe 2018. A noter que le pensionnaire de John Gosden n'a pas disputé l'Arc 2017, ce qui a laissé toute la place à sa compagne de boxe Enable et à son jockey Frankie Dettori pour s'envoler dans la 2ème et dernière édition disputée à Chantilly. Chose amusante, c'est le cousin de Cracksman, nommé Golden Horn (Cape Cross), également entraîné par John Gosden et monté par Dettori sous la casaque du même propriétaire, Sir Anthony Oppenheimer, qui avait remporté le dernier Arc de l'ancien Longchamp en 2015, la fameuse année où Trêve tentait la passe de 3.

 

 

 

Aujourd'hui âgé de 48 ans, et toujours doté d'un punch de gamin, Frankie Dettori commence à parler comme un historien des courses car il disait sur place qu'il montait sur l'hippodrome de Longchamp depuis plus de 30 ans ! Il avait remporté son unique Prix Ganay avec Pelder en 1995, année du décès de Sir Philip Oppenheimer, le père de l'actuel propriétaire éleveur, prénommé Anthony. D'origine germanique, parti d'Allemagne pour l'Angleterre, puis l'Afrique du Sud, la famille Oppenheimer est devenue la reine des diamants dans le monde à la tête de l'entreprise De Beers. Le haras d'Hascombe Stud a été acquis à Newmarket en 1965 par Sir Phlipp, avec des poulinières sur place, y compris la souche qui lui a donné aujourd'hui, Cracksman. Celle famille prolixe et polyvalente avait déjà produit la crack du sprint Habibti, toujours détentrice du record de vitesse dans l'Abbaye de Longchamp en 54"30, Rebbeca Sharp (Coronation Stakes), Golden Horn et On The House (Be My Guest) qui avait offert son premier succès classique aux Oppenheimer dans les 1000 Guinées 1982 à Newmarket.

 


Cracksman, seul à l'arrivée du Prix Ganay (Gr.1) - PHOTOS APRH

 

La mère de Cracksman par Pivotal, nommée Rhadegunda, était venue en France pour décrocher sa victoire de black-type, dans le Prix Solitude (Listed) à Fontainebleau, confiée pour l'occasion à Stéphane Pasquier. Avant Cracksman, elle avait donné 2 sujets restés inédits et un fils de Dalakhani nommé Fantastic Moon, gagnant des Solario Stakes (Gr.2).

Lire l'article sur la famille détaillée de Cracksman et Golden Horn.

 


Le retour triomphal de Cracksman avec Frankie Dettori et son propriétaire éleveur, Sir Anthony Oppenheimer.


Voir aussi...