Fairyhouse - du 26/06/2019 au 27/06/2019
Derby Sale
Bécon-les-Granits - le 29/06/2019
Show Lumet
Deauville - du 02/07/2019 au 03/07/2019
Vente d'Eté

Hong Kong Vase 2017 : les adieux triomphaux du richissime Highland Reel

10/12/2017 - Focus divers
 A 5 ans, le globe-trotteur irlandais Highland Reel a remporté la dernière aventure sportive de son incroyable carrière : la Hong Kong Vase à Sha Tin, en repoussant héroïquement l'attaque du français Talismanic. Ce 10e et ultime succès avant de rentrer étalon lui permet de devenir le cheval le plus riche de tous les temps, en sterlings, parmi ceux entraînés en Europe. 

 

 Avec son succès dans le Hong Kong Vase (Gr.1), l'une des courses les mieux dotées du monde sur 2400 m, Highland Reel parvient pour sa dernière sortie à 5 ans, à se hisser en tête du classement des chevaux les plus riches entraînés en Europe . Compté en sterlings, il a remporté un total de 7,513 M£, soit près de 8,5 M€. Il dépasse notre cher français Cirrus des Aigles, avec ses 6,179 M£, soit 7 M€.

Fait surprenant pour un grand voyageur, Highland Reel n'est pas un sujet facile à manipuler. Très furieux à l'entraînement, il s'énerve beaucoup avant les courses, apparaissant souvent en état de forte transpiration au rond de présentation. Cela ne l'empêche pas d'aligner les grandes performances partout dans le monde avec une régularité pendulaire. Ce fils de Galileo portait les gênes du voyage dans le sang. Ainsi, sa 9e mère Eulogy avait été importée en 1916 par un certain George Currie d'Angleterre vers la Nouvelle-Zélande, où elle est devenue une matrone de légende. On imagine difficilement la difficulté que pouvait représenter un tel voyage à l'époque pour des chevaux de courses devant rester des semaines dans les cales d'un bateau...

 

Eulogy, la jument de base, après son exportation en Nouvelle-Zélande en 1916.

 

Près d'un siècle plus tard, la souche, qui a donné dernièrement Elvstroem ou autre Starsplangledbanner, est revenue en Europe grâce à l'instance de Coolmore, qui a fait accepter un système de foal sharing aux propriétaires australiens de la mère d'Highland Reel, Hveger, gagnant des AJC Oaks (Gr.1) en acceptant la condition qu'elle soit saillie tous les ans par le roi Galileo.

Ainsi est né Highland Reel, en 2012. Précoce, il a certes été battu en débutant en juin de ses 2 ans, mais s'est rattrapé par un succès par 12 longueurs 2 semaines plus tard toujours chez lui en Irlande puis a gagné les Vintage Stakes (Gr.2) à Goodwood en Angleterre. A 3 ans, il a commencé les voyages. Dauphin de New Bay dans le Prix du Jockey-Club (Gr.1), il court le Cox Plate à Mooney Vallez en Australie, où il termine de la crack Winx. Puis il court pour la 1e fois à Hong Kong, où il remporte le Vase en 2015, face au français Flintshire. A 4 ans, il fait tilt dans les King George d'Ascot, puis termine 2e de Found dans le Prix de l'Arc de Triomphe, fournissant alors le meilleur rating de sa carrière. Puis il repart à travers le monde...gagne la Breeders'Cup Turf à Santa Anita, toujours devant Flintshire, mais se fait crucifier dans la dernière foulée par le japonais Satono Couronne à Sha Tin pour sa 2e tentative dans le Hong Kong Vase. A 5 ans en 2017, il est au moins aussi bon sinon meilleur qu'avant, gagnant au printemps la Coronation Cup (Gr.1) puis les Prince of Wales Stakes (Gr.1). " Seulement" 3e de la Breeders'Cup Turf gagnée par Talismanic à Del Mar, Highland Reel a pris sa revanche sur le français en gagnant aisément le Hong Kong Vase 2017, sa course d'adieux.

 

 

En effet, la place d'Highland Reel est déjà prévue au Haras, dans la grande course de Coolmore Stud où il fera la monte à 17.500 €. Ce n'est certes pas très cher par rapport à ses si nombreux exploits, mais il n'a pas gagné d'épreuves classiques ou faisant partie des grands meetings anglais à 3 ans. Et ce n'est pas un miler. Mais il a beaucoup fait déjà dans sa vie et tout le monde espère qu'il transmettra son inimitable esprit de compétition.

 


On en parle dans l'article