27/06/2011 - Infos générales

Quand l'argent du Golfe Persique coule en France

27/06/2011
On ne parle que de cela dans les pages sportives des quotidiens nationaux. L’arrivée de fonds qatariens et plus généralement du Golfe persique dans le domaine du sport (PSG, droits de retransmission TV de match de Ligue 1) ne cesse d’alimenter les discussions économico-sportives. Le monde des courses hippiques et de l’élevage a vécu cette révolution il y a déjà 20 ans, lancée par les frères Maktoum. Décryptage...

 

Les Maktoum montrent la voie

Le Cheik Mohamed Al Maktoum voue une passion sans limite pour le cheval. Son intérêt pour l’activité hippique dépasse très largement les frontières d’une stratégie politico-économique. Ses investissements dans les meilleurs pur-sang du monde entier et dans le monde entier remontent à plusieurs dizaines d’années. En créant Godolphin en 1992, les volontés de la famille étaient bien de défier sur les terrains du sport hippique et dans les haras les "grandes maisons" des îles britanniques mais aussi américaines, australiennes et japonaises depuis peu. En imaginant et en créant quatre ans plus tard la Dubai World Cup, sur un hippodrome situé au beau milieu du désert et offrant une piste en herbe et bien verte de surcroît), l’idée consistait bien en l’organisation d’un grand événement hippique à la sortie de l’hiver et dans la douceur d’un climat favorable

 

VOIR LES REPORTAGES VIDEO DE FRANCE SIRE TV SUR DUBAI :
Dubaï : l'empire du Cheikh
Erwan Charpy : un entraineur pionnier à Dubaï
Dubaï World Cup : le Japon qui vibre pour Victoire Pisa

VOIR LES REPORTAGES VIDEO DE FRANCE SIRE TV SUR LE QATAR:
Rencontre avec le champion arabe Général chez Alban de Mieulle
Georges Mikhalides, ancienne star en France, entraineur au Qatar
Dorar, la plus belle jument arabe du monde
Festival de l'Emir, Lancelot et Jafeer pour le sabre
La ferme dans le désert d'Alban de Mieulle


Avec pour leitmotiv d’exister sur la scène internationale des courses, les Maktoum sont devenus les acteurs principaux du grand théâtre hippique en l’espace de 20 ans. Totalement incontournables, ils alimentent en pétrodollars l’économie mondiale du pur-sang. Peut-être parfois en les étouffant (impossible de se battre dans une salle de ventes) ou en la rendant dépendante (omniprésence des étalons et mise "sous perfusion"), les Princes du Golfe ont permis à de nombreuses sociétés de courses et d’éleveurs de profiter de leurs mannes financières. Sans eux les courses de galop seraient aujourd’hui différentes de ce qu’elles sont.*

 

Le Burj El Arab de Dubaï, hôtel le plus luxueux du monde



Diplomatie sportive

La position de Dubai dans l’échiquier du tourisme international a prospéré en même temps que la famille régnante a développé ses activités hippiques. Nad Al Sheba puis aujourd’hui le pharaonique site de Meydan mais les aussi les grandes victoires à travers le monde (175 Groupes 1 revendiqués à ce jour par l’écurie dubaïote) participent au rayonnement de l’Emirat dont Cheikh Mohammed est le premier ministre. Sensibles à cette réussite, les voisins du Golfe ont emboîté le pas de Dubaï quelques années plus tard : le Qatar est devenu en 2008 le sponsor du Prix de l’Arc de Triomphe et Abu Dhabi sponsorisait dimanche la journée du Grand Prix de Saint-Cloud, groupe 1 faisant lui-même parti d’un circuit de courses aux couleurs du pays.

 

Le Golf Persique investissent dans tout ce qui court vite : les pur-sang à jambes et à roues.

 

La stratégie se veut donc globale. Les analystes de politique internationale parlent de diplomatie sportive. Un terme très intéressant pour expliquer que dans rond de présentation cohabitent des hommes de pouvoir aux confessions parfois extrêmement opposées sans animosité apparente voire même respect mutuel. Cette conquête permet aussi à la majorité d’entre nous (et ce n’est pas qu’un mal français) de situer sur une carte au moins approximativement  des pays jusqu’alors totalement inconnus.  Les pays du Golfe existent autrement que par le dollar (et le gaz) même si ce dernier leur permet bien sûr de réaliser tous leurs rêves les plus fous. Bien conscients que la source n’est pas inépuisable, les développements d’un très grand nombre d’autres activités, à commencer par le tourisme, permettent à ces pays de se construire un avenir, à leur rythme : au triple galop.

 

Les autres sports investis par les pays du Golfe (listes non exhaustives)

 
DUBAI Tennis Open ATP

 

Golf Desert Classic
  Natation Championnats du Monde en petit bassin en 2010
  Jeux Olympiques candidature pour 2020
     
ABU DHABI Formule 1 Grand Prix depuis 2004
 

Evénement

Laureus World Sports Awards (les "Oscars mondiaux" du sport)
  Football Coupe du monde des clubs depuis 2009
    Manchester City depuis 2008
     

QATAR

Football Coupe d’Asie en 2011
    FIFA Coupe du Monde en 2022
    Paris-Saint-Germain
  Moto Grand Prix depuis 2004
  Tennis Open de Doha depuis 1993 (hommes) et 2001 (femmes)
  Handball Championnat du monde masculin en 2015
  Jeux Olympiques Candidature pour 2020


Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article