Aujourd'hui : Decize
Sprinter Sacré Show
Ascot - le 17/06/2019
London Sale
Fairyhouse - du 26/06/2019 au 27/06/2019
Derby Sale
BĂ©con-les-Granits - le 29/06/2019
Show Lumet

Tour d’horizon avant le Prix du Jockey-Club

30/05/2013 - Infos générales
Pluie ou soleil, il semble amusant d’analyser les points communs des différents participants aux vainqueurs des Prix du Jockey Club précédents.
Les maidens
 
Deux des candidats débarquent sur l’hippodrome des Condés en étant encore «maiden » :
- Haya Kan (American Post) : le pensionnaire de Mme Odette Fau élevé au Haras du Pley, est le frère de la championne de l’écurie, Haya Landa (Lando). Contrairement à sa sœur, il n’a pas encore trouvé le chemin de la victoire mais, surfant sur la bonne vague, son entourage espère bien ouvrir son compteur. Mais à l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, les candidats seraient au nombre de 21 et la candidature de Haya Kan semble compromise, à moins que demain ?
 
- Milano Blues (Anabaa Blue) : il en est de même avec le protégé de Bruno de Montzey, le frère de Milanais (Dyhim Diamond) et de Veneto (Panis). Son palmarès est encore vierge de victoire. Si son compteur indique 12 places pour 13 sorties à 2 et 3 ans, il faut admettre que l’élève de Jean Guillemin (le père de Didier) n’a pas encore affronté un tel panel.
 
Les statistiques ne plaident pas forcément en leur faveur puisqu’il faut remonter à 1971 pour voir le maiden, Nymbio, terminer à la seconde place derrière Rheffic. Depuis l’après-guerre, aucun maiden n’a inscrit son nom au palmarès du Derby cantilien. Mais après tout, les places sont fort honorables et les statistiques sont faites pour être démenties.
 
 
 
La propriétaire-éleveur Odette Fau sera-t-elle à nouveau représentée
dans un classique français?
 
 
Les invaincus
 
- Sky Hunter (Motivator) : le protégé de l’écurie Godolphin a gravi les lettres de l’alphabet (« F, D, B » sur la distance) sans encombre. Il demeure invaincu après 3 sorties mais dans des lots très peu fournis (4, 6 et 7 partants). Mais le maître André Fabre en a vu d’autres.
 
- Shikarpour (Dr Fong) : une victoire pour sa seule sortie, le Prix des Gobelins, le 12 mai dernier, où il n’a affronté que des débutants. Même s’il l’a «fait» facilement, il faudrait qu’il est «drôlement» progressé.
 
 
 Shikarpour (alezan monté par Christophe-Patrice Lemaire)
à l'entrainement lundi matin sur la piste des Aigles à Chantilly
(Photos APRH)
 
 
Au palmarès du Prix du Jockey Club, un certain nombre sont arrivés invaincus et le sont restés tels que Reliable Man (en ayant débuté à 3 ans), Vision d’Etat, Dalakhani et beaucoup plus loin, Reliance (lui aussi inédit à 2 ans).
 
 
L’impasse à 2 ans
 
Tous les participants ont débuté à 2 ans, à l’exception de Shikarpour qui a débuté seulement le 12 mai dernier. Un instant pressenti la veille à Longchamp, dans le Prix de Lormoy («B».), son entourage a décidé de courir à Chantilly. Quelle confiance !, c’est du ADR.
Du même entraînement rappelons-nous la victoire d’un poulain n’ayant débuté qu’à 3 ans, Reliable Man (de surcroit, invaincu en arrivant à Chantilly après 2 sorties seulement). D’autres « l’ont fait » comme Sulamani, Dream Well, Hernando (trois Niarchos), Polytain, Natroun (Aga Khan), Policeman et j’en passe.
 
 
 Reliable Man, dernier vainqueur du Prix du Jockey-Club pour Alain de Royer-Dupré
 
 
Notes :
Pour les couleurs de S.A. Aga Khan, la surprise vient de la non-participation de Zaidiyn (un fils de Zainta, gagnante du Prix de Diane Gr. 1), pourtant vainqueur en terrain très souple.
S.A. Aga Khan est titulaire de sept Jockey Club : d’une souche Boussac, Darsi, Dalakhani et Darshaan (grand-père maternel de Darsi), d’une souche Dupré, Mouktar, Natroun et Top Ville. Charlottesville (grand-père maternel de Top Ville) portait ses couleurs, après le décès de son père, le Prince Aly Khan, trois semaines avant le Derby cantilien.
 
 
Les supplémentés
 
A la clôture du jeudi 30 mai, Dastarhon (Dansili), l’élève de Mme Pia Brandt a été supplémenté, au regard de sa seconde place dans la Poule d’Essai, celle de Style Vendome (élevé par le Haras de Colleville).
 
 
 Dastarhon (robe grise) à l'entrainement lundi matin
sur la piste des Aigles est le seul supplémenté
 
 
Dans l’histoire moderne de l’épreuve, cinq supplémentés se sont imposés : Natroun, Old Vic, Polytain, Celtic Swing et Holding Court. Certains se sont contentés des places comme Nowhere To Exit (1999 derrière Montjeu), Simeon (2002), Rocamadour (3e de Shamardal et d’Hurricane Run) et Pain Perdu (3e de Lope de Vega et de Planteur, l’année des 23 déclarés partants).
 
 
Les ventes Osarus
 
Ares d’Emra est le premier partant issu des ventes Osarus. Il avait été acheté aux ventes de yearlings de La Teste pour 13.000 € par MAB Agency pour le compte de l’association, Ahmed Mouknass et Anthony Forde (Pandora Stud). Sous la responsabilité de l’espagnol, Christian Delcher-Sanchez (installé à Pau), le fils de Desert Style (Green Desert) avait enlevé facilement, à 2 ans, le Prix Delahante à Marseille, sous des trombes d’eau…..la troisième et dernière course de la réunion (les autres avaient dû être reportées le15 novembre suivant). Il vient de se contenter de la seconde place du Prix Aymeri de Mauléon (Listed) à Toulouse, terminant à 3 longueurs de la pouliche Baie d’Honneur (fille de Baroud d'Honneur qui a pas eu toutes ses aises, c’est le moindre que l’on puisse dire, dans la Poule d’Essai).
 
 
Ares d’Emra sera le premier partant vendu par la jeune agence de vente Osarus
 
 
Notes :
 
- Valdo Bere avait été le premier partant d’Osarus, l’an passé, mais le yearling avait été, non pas vendu, mais racheté.
- Rappelons qu’Ares d’Emra est un petit-fils du défunt, Lomitas le père d’une certaine Danedream.
- Les derniers vainqueurs les moins onéreux en ventes publiques (yearling) : l’invaincu, Vision d’Etat, avait été acheté 39.000 € par Eric Libaud, en décembre à Deauville, Lawman, 75.000 € (août), Suave Dancer, $ 45.000 en septembre à Keeneland, Caracolero, $ 75.000 aux July Selected de Keeneland, Hours After, $ 60.000 à Keeneland, puis revendu lors de la liquidation de l’effectif d’Alan Clore.
Rappelons que Saonois, le dernier vainqueur, avait été acheté à son éleveur à l’amiable.
 
 
Les femmes entraîneurs
 
Mme Pia Brandt présente donc le fils de Dansili (Dastarhon) et Sylvie Audon le fils d'American Post (Haya Kan). Il faut remonter à 1995 pour s’apercevoir d’une femme-entraineur s’est imposée, en l’occurrence Lady Herries avec Celtic Swing. Bering, en 1986, était entraîné par Mme Christiane Head, la première femme lauréate.
 
 
Pia Brandt sellera son premier partant de Jockey-Club
 
 
C’est dans les vieux pots…
 
- Sky Hunter, qui est invaincu pour les couleurs de Godolphin, est né des amours de Motivator et d’une jument déjà âgée, Pearl Kite. Née en 1991, Pearl Kite avait donc déjà 19 ans au moment de la naissance de Sky Hunter (son 10e produit). Son 11e produit, né en 2012, est une fille d’Exceed and Excel.
 
 
Sky Hunter (premier plan) à l'entrainement sur la piste des Aigles mardi matin
 
 
- Bravodino, l’élève de Flaxman Holdings (Niarchos) est le fils de Dynaformer (décédé en avril 2012) et d’Angel In My Heart, une jument âgée de 18 ans au moment de sa naissance. Angel In My Heart (Rainbow Quest), était entraînée par François Boutin, puis par John Hammond pour terminer aux USA chez Bobby Frankel pour les couleurs Niarchos. Gagnante en France du Prix de Psyché (Gr. 3) et seconde du Prix de l’Opéra (Gr. 2 à l'époque de Timarida) elle avait pris le second accessit des Matriarch S. (Gr.1 devant Wandesta), des Yellow Ribbon S. (Gr. 1) et des Santa Ana H. (Gr. 1 devant l’infortunée Matiara).
 
 
 Le magnifique Bravodino représentera la casaque Niarchos,
en forme ces derniers jours
 
 
Les statistiques ne leur sont pas défavorables puisque l’on constate que la mère de Reliable Man avait 15 ans lors de sa naissance, que celle de Vision d’Etat avait 19 ans, celles de Crystal Palace et de Tapalqué avaient 16 ans. Le record appartient à Brown Berry, âgée de 25 ans lors de la naissance de son fils Hours After.
 
Notes :
 
- La famille Niarchos a inscrit son nom au palmarès avec Sulamani, Dream Well (associé à Jean-Louis Bouchard) et Hernando (décédé en février dernier).
- Bravodino est le frère d’un Derby-winner, Kris Kin (Kris S), vainqueur à Epsom en 2003. Il est décédé en août 2012 dans son paddock, en Libye après avoir été étalon en Irlande et en Italie.
- L’écurie Godolphin a remporté le Derby de Chantilly avec Shamardal en 2005, l’année où il passé de 2.400 à 2.100 mètres. En 1989, Old Vic, qui avait été supplémenté, avait donné au Cheik Mohammed Al Maktoum, à Henry Cecil (pas encore Sir) et à Sadler’s Wells, leur premier succès.
 
 
Les provinciaux, tenants du titre
 
A la clôture des partants probables, quatre provinciaux sont encore restants, tous les quatre en provenance du Sud-Ouest. Deux poulains de Jean-Claude Rouget, Morandi (Holy Roman Emperor) et Dalwari (More Than Ready), le montois Milano Blues, et l’hispano-palois, Christian Delcher-Sanchez en charge des destinées d’Ares d’Emra.
 
 
 Saonois, dernier vainqueur provincial du Prix du Jockey-Club
 
 
Trois poulains en provenance de la province se sont imposés ; rappelons les succès de Le Havre, de Vision d’Etat et du tenant du titre, Saonois.
On peut ajouter une 4e victoire provinciale en 1966 avec Nelcius, qui est arrivé dans les boxes de Miguel Clément (le père de Nicolas) après sa seconde place du Prix de Guiche disputé en avril. Propriété de Paul Duboscq, il était entraîné depuis ses débuts par Marcel Margot basé dans le Bordelais.
 
 
Les hippodromes dits « provinciaux » ont aussi leur utilité
 
Pour preuve, certains candidats et surtout certains vainqueurs ont débuté et ont ouvert leur palmarès en province aux quatre coins de l’hexagone.
 
Les prétendants de cette année :
- Milano Blues a débuté à 2 ans à La Teste et a fait sa rentrée cette année à Mont de Marsan.
- Ares d’Emra a débuté à Dax, non placé et a ouvert son palmarès à 2 ans à Marseille, un hippodrome qui lui a réussi puisqu’il y compte trois victoires.
- Morandi a débuté à Toulouse puis a perdu son statut de maiden à Bordeaux. On connaît la suite…puisqu’il est le seul français vainqueur de Gr.1 au départ du Derby cantilien.
 
Quelques vainqueurs étaient passés par la «case» province :
- Saonois (Chichicastenango) a débuté dans le Centre-Est (Lyon-Parilly et Aix les Bains) avant d’ouvrir son palmarès à Deauville, à réclamer (2011).
- Le Havre (Noverre) avait débuté victorieusement à 2 ans à Clairefontaine (2008).
- Vision d’Etat (Chichicastenango) avait débuté victorieusement aux Sables d’Olonne à 2 ans (2007).
- Darsi (Polish Precedent) avait ouvert son palmarès par 6 longueurs en octobre de ses 2 ans à Lyon Parilly (2005).
- Shamardal (Giant’s Causeway) et Celtic Swing (Damister) ont débuté victorieusement à Ayr (2004 et 1994), un hippodrome anglais qui n’est pas un des plus réputés.
- Sanglamore (Sharpen Up) avait débuté à Leicester à 2 ans (1989) puis s’était imposé à Nottingham à 3 ans.
- Policeman (Riverman) avait fait le meeting hivernal de Cagnes (1980) en enlevant deux épreuves.
- Sassafras (Sheshoon) avait débuté victorieusement à 2 ans à Vichy (1969).
- Nelcius (Tenarèze) avait débuté à 2 ans (1965) à Bordeaux puis s’était imposé dans le Critérium des Landes (Prix Louis Bedout) en octobre à Mont de Marsan.
 
 
 
Le Havre peaufinait sa préparation sur le centre d'entrainement de Sers à Pau
 
 
Ils ne sont pas nombreux à posséder des titres
 
Seuls Morandi et Loch Garman sont vainqueurs de Gr. 1 ; ils les ont obtenus tous les deux à Saint-Cloud à 2 ans : le premier s’est adjugé le Critérium de Saint-Cloud et le second, le Critérium International. Morandi est également titulaire d’un Gr.3, le Prix de Condé à 2 ans.
Au total, seulement 5 des participants ont gagné au moins un groupe : outre Morandi et Loch Garman, il faut ajouter Dalwari (Prix de Guiche Gr. 3), Lines of Battle (Gr. 2 à Meydan) et First Cornerstone (Gr. 2 à 2 ans, les Futurity St. au Curragh).
Pour l’anecdote, First Cornerstone appartient à Team Valor, le propriétaire d’Animal Kingdom et de Triple Threat en France.
 
 
Le doublé à 2 et 3 ans
 
Seuls deux candidats ont remporté l’un des deux Gr.1 de Saint-Cloud, réservé aux 2 ans. Quels sont donc les vainqueurs de Jockey Club ayant fait le doublé :
- Le Fabuleux, Rheffic, Darshaan et Mouktar se sont imposés dans le Critérium de Saint-Cloud (encore Gr.2 à l’époque) mais aucun depuis qu’il a été promu Gr.1 en 1987.
- Le Critérium International est assez récent (2001) et seul Dalakhani s’est imposé l’année suivante à Chantilly.
 
 
 Dalakhani avait remporté Gr. 1 à 2 ans avant son sacre à Chantilly.
Il est aussi le père de Reliable Man
 
 
Les pères, vainqueurs du Prix du Jockey-Club
 
- Indian Chief est un fils du regretté Montjeu (petit-fils maternel de Top Ville), vainqueur du Prix du Jockey Club en 1999. Il porte les couleurs du team Coolmore qui l’ont acheté 360.000 Guinées. Il est issu d’une fille d’Only Seule (Buck Aspen, une vente Wertheimer à Keeneland), troisième mère d’Intello (un de ses adversaires du jour).
 
- Milano Blues est un fils d’Anabaa Blue, vainqueur du classique cantilien en 2001, le premier des trois Jockey Club de Christophe Soumillon.
 
- First Conerstone est un fils d’Hurricane Run (Montjeu). Monté par Christophe Soumillon, il avait terminé second de Shamardal en 2005.
 
- Morandi est un petit-fils de Bering, lequel s’est imposé en 1986 pour la famille Head.
 
 
Les statistiques plaident en faveur de ses deux candidats au regard des vainqueurs des dernières années : Reliable Man est un fils de Dalakhani (vainqueur en 2003), Lope de Vega (Shamardal en 2005), Dalakhani (Darshaan en 1984), Sulamani et Holding Court (Hernando en 1993), Polytain (Bikala en 1981) et puis Val de L’Orne (Val de Loir en 1962).
 
Des mères gagnantes à Chantilly
 
Trois des candidats ont une mère ayant gagné à Chantilly :
 
- Milano Blues (Anabaa Blue) : Milanaise (sur 2.000 mètres), mère également de Milanais et Veneto
- Superplex : Salute The Sun, gagnante sur 1.200 mètres, pour les couleurs de Lord Huntingdon (autrement dit, William Hastings-Bass) et l’entraînement de Luis Urbano-Grajalès. Superplex a été élevé dans l’Orne par Lord Huntingdon qui l’a vendu au courtier suisse, Andi Wyss, aux ventes d’Octobre de Deauville pour 27.000 €. Entraîné par Markus Figge en Allemagne, il a terminé 4e (sur 5) du Prix Greffulhe (Gr. 2) d’Ocavango (candidat au Derby d’Epsom) et a devancé Dalwari dans une « B » à Longchamp au mois d’Avril. Par ailleurs, aucun entraîneur allemand n’a encore remporté le Derby cantilien.
- Intello : Impressionnante gagnante du Prix de Sandringham. Cette dernière est une fille de la très performante, Occupandiste, fille elle-même d’Only Seule, achetée, yearling, par les frères Wertheimer à Deauville.
 
 
 Intello sur la piste des Aigles mardi matin monté par Tony Farina
 
 
Les classiques du week-end en Angleterre
 
- Elles seront 11 au départ des Oaks d’Epsom dont Moth, l’une des favorites, issue de Galileo et de Pieds de Plume (une fille de Featherhill), une poulinière vendue par les Wertheimer.
 
 
 Hippodrome d'Epsom, jour de Derby
 
 
- Le Derby d’Epsom 2012 avait réuni 9 partants l’an passé, le plus petit nombre après-guerre. Cette année, Dawn Approach (New Approach) va tenter d’imiter Camelot, Sea The Stars, Nashwan, Nijinsky, Sir Ivor et Royal Palace (depuis 50 ans) en réalisant le doublé Guinées-Derby. Pour cela, il faudra devancer ses 11 adversaires dont l’invaincu Ocovango (Monsun), le « Fabre » de service. Elevé par Watership Down Stud (Lord Lloyd Webber), il avait été vendu à l’amiable yearling à Deauville.
Rappelons que le maître avait remporté son premier Derby anglais avec Pour Moi (Montjeu) en 2011.
 
 
Les acteurs sont présentés, il ne reste plus qu’à jouer la pièce. Que la fête commence !!!