Danehill, 10 ans déjà (4e Episode) : dernier domicile connu

28/03/2013 - Chefs de race
Bien qu’il soit décédé en Irlande, Danehill a passé la moitié de sa vie d’étalon en Australie en Nouvelle Galles du Sud (New South Wales en anglais) au nord-ouest de Sydney, à Arrowfield Stud, une entité qui a changé de mains à maintes reprises et dont les terres finissent dans l’escarcelle de Coolmore.

Arrowfield Stud, propriété d’un colon écossais.

 

Le nom d’Arrowfield est associé à de nombreux champions sires depuis plus de 100 ans. Tout commença en 1842 lorsque la famille Bowman a l’idée de créer une ferme aux alentours de Jerry’s Plains.

 
Petit cours de géographie
Jerry’s Plains est un village dans la « Hunter Valley », une région de la New South Wales, à 153 miles au Nord-Ouest de Sydney et de Singleton. La Hunter Valley est l’une des plus grandes vallées fluviales sur la côte ; elle est connue également pour ses vignobles et son industrie houillère (le charbon). Mais c’est aussi la région principale en Australie pour l’élevage du pur-sang.
 
 
Voici une vue de Coolmore Australie
 
L’Australie compte six états. Ils sont tous concernés plus ou moins dans l’élevage et en 2012, il a été répertorié plus de 535 étalons de pur-sang : la NSW (Sydney) compte 176 étalons, le Queensland (Brisbane), 115, l’état de Victoria (Melbourne), 150. Les trois autres sont de moindres importances ; ils comptent à eux trois 94 étalons : l’Australie occidentale, le plus grand des Etats (Perth), la Tasmanie (Hobart) et la South Australian (Adélaïde).
 
 
Arrowfield, commençons par le commencement
 
C’est en 1798 que les époux Bowman, accompagnés de leurs 2 enfants (une fille, l’aînée et un garçon, le cadet)  avaient embarqué à Portsmouth (Angleterre) en novembre 1797 à bord du « Barwell » (avec 296 «bagnards» mais pas que..) à destination de Sydney (Nouvelle Galles du Sud). Le navire accoste, après moultes péripéties (mutinerie entre autres), à Port Jackson en mai 1798.
 
 
 C'est sur un navire comparable à celui-ci que les époux Bowman
ont rejoint l'Australie
 
Le père, John, né en 1763 dans le comté de Fifeshire en Ecosse, était charpentier dans la construction des moulins à maïs. Dès son arrivée, on lui accorde, aux alentours de Hawkesbury, à Richmond, quelques 100 acres de terre (40 ha) sur lesquelles il construit une grande maison. Heureux de cette nouvelle vie, il invite son frère William à le rejoindre, ce qu’il fait en décembre 1801.
Le gouverneur accorde à John 16 autres hectares et achète même 65 autres ha à d’autres colons. Avec 21 hectares de cultures et 179 bêtes de bétail, il est rapidement (1805) l’un des « gros » de la région.
 
Après quelques difficultés de tous ordres (politique entre autres), certaines de ses terres, cultures et bétail sont mis en vente aux enchères publiques. Mais sa famille est quand même à l’abri du besoin quand il décède en décembre 1825, un an avant son épouse, Honor (née Honey), âgée de 67 ans et originaire de Cornouaille.
 
 
George, le fils pionnier de l’Hunter Valley
 
Lorsque George était jeune homme, il décide de faire une exploration vers 1818. Selon diverses sources, il se serait joint à une expédition terrestre dirigée par John Howe qui allait de Richmond jusqu'à la rivière Hunter. Il serait le premier européen à suivre le cours du fleuve Hunter de Singleton à Muswellbrook. Il est très impressionné par la fertilité de la terre, qu'il a vu, il décide donc d'acheter, selon ses moyens, quelques terres (nous savons maintenant qu’elles se situent du côté de Singleton, de Muswellbrook et de Scone).
 
C’est en 1821 que George alors âgé de 26 ans (né à Londres, il n’était âgé que de  3 ans lors de son long périple sur les mers) achète un « lopin » de terre de 600 acres (242 hectares) sur la rive nord du fleuve Hunter dans la région de Ravensworth.
 
 
La Hunter Valley
 
Bien que George vive dans sa ferme d’Archerfield, sur la Hawkesbury River à Richmond, il achète, en 1824, une autre « parcelle » de 1.130 acres (457 hectares) qui deviendra le fameux Arrowfield Stud sur laquelle il crée une station d’étalons. Puis achat de 2.560 autres acres (1.035 hectares) près de Singleton qu’il appellera en 1925 également, Archerfield. Après avoir agrandi la propriété, il élève moutons, bétail et donc chevaux. En août 1828, il crée une station de bovins (100 têtes) à Wybong, la première dans la région.
 
Le propriétaire du domaine de Skellatar (du côté de Muswellbrook), Sir Francis Forbes (un écossais d’origine qui a eu un temps des responsabilités politiques aux Bermudes) décède en 1841 et George achète progressivement (de 1846 à 1848) le domaine étendu sur 12.560 acres (5.082 hectares) morcelé en trois parties. Il avait besoin de beaucoup de place car il avait 11 enfants (ironie !). George épouse Eliza Sophia Pearce en 1820 et ils auront ensemble 9 garçons et 2 filles.
 
 
 
 
Domaine de Skellatar
 
Il donne à son 3e fils, William (âgé de 25 ans) une partie de la côte ouest de la propriété, connu ensuite comme étant Balmoral sur Denman Road en dehors de Muswellbrook. Andrew et Edward, les jumeaux nés en 1840 (les 8e et 9e fils) se voient offrir la partie centrale et la partie orientale de Skellatar. Ils étaient trop jeunes (8 ans) pour cultiver leurs terres eux-mêmes. Après des études à Sydney, ils partent en Angleterre où ils obtiennent leur diplôme de droit à l’Université de Londres. Ils rentrent au pays en 1869.
 
 
 Les jumeaux Andrew et Edward
 
 
Andrew et Edward Bowman
 
George est particulièrement chanceux puisqu’il tombe sur Smallicher (1815 Old Hector), une poulinière base de son élevage.
Il élève également le futur étalon arabe, Pegasus (1823 Model) qu’il avait acheté 5 Guinées et fait aussi dans l’Anglo-Arabe.
 
Parlementaire de 1851 à 1856 et très impliqué dans la vie de sa région, il devient même Maire de Richmond en 1872. George décèdera à Richmond en août 1878 quelques temps avant sa femme qui partira en 1884 à 87 ans.
 
 
 
La vente de Skellatar en 1952
 
 
Le second fils de John, William (né à Richmond, l’année suivant l’arrivée de ses parents), le frère de George, reçoit en 1825, 809 ha de terres sur la plaine de Talbragar. Il loue ensuite 4000 acres (1619 ha) supplémentaires et en 1832 achète 5200 acres (2104 ha) dans la plaine de Dunn près de Bathurst. Lors d’une visite en Angleterre pour sélectionner des travailleurs immigrés pour ses propriétés, il épouse Elizabeth Arthur. A son retour, il est élu Parlementaire dans le Cumberland.
Il expérimente l’exportation de bœuf salé à Calcutta et fait même venir des vignerons allemands. William décède en décembre 1874 à Richmond.
 
Notes :
« L’empire Bowman » est immense : la « family » aurait possédé quelques milliers, pour ne pas dire plus, d’hectares de terres d’élevage dans les différentes provinces de la New South Wales et surtout dans la Hunter Valley et alentours : Archerfield, Arrowfield, Skellatar, Balmoral, Oakland ; Strowan (qui est resté dans la famille jusqu’en 1986), Gyarran, Grampian Hills, Maidenhead (63.000 acres à l’époque), Terry Hie Hie (83.200 acres), Gurrygedah (84.000 acres)…
 
 
 La Hunter Valley vue par plan
 
 
La famille Moses prend les commandes du Haras
 
Arrowfield est vendu à la mort de George Bowman à William Rupert Raleigh, une personne de confiance qui, tout en étant locataire, travaillait sur la propriété. Il le revend en 1912 aux frères Moses.
 
Richard H. Dangar a acheté en 1904 à la dispersion de Neotsfield Stud (James White) une jument du nom de Jacinth (née en 1894) suitée d’un foal, Poseidon (1903 Positano, l’étalon maison), le tout pour 400 Guinées.
 
Les frères William et Frederik-Albert Moses rachètent le lot l’année suivante aux Easter Sales pour 500 Guinées. Pour les couleurs de Sir Hugh Denison, Poseidon deviendra l’un des plus grands 3 ans de l’histoire avec 11 victoires en 1906 dont le doublé (le premier à le réussir) Melbourne Cup-Caulfield Cup. Il rééditera en 1907 dans la Caulfield Cup (dans un temps record). Il est aussi vainqueur du Victoria Derby et St Leger 1906. Il fonctionnera comme étalon à Baroona Stud (Albert Augustus Dangar, décédé en 1913 et père de R.R. Dangar propriétaire de Peter Pan, voir plus loin).
 
 
 Poseidon, 1er cheval de l'histoire à réaliser le doublé
Melbourne Cup-Caulfield Cup
 
 
Note : Positano (St Simon) donnera 4 vainqueurs de Melbourne Cup (Lord Cardigan, Poseidon, Lord Nolan et Piastre)
 
Pour les frères Moses éleveurs, c’était le premier crack. Avec les primes, ils achètent, le 1er avril 1912 la propriété d’Arrowfield. Ils auront des ambitions et dès le début, ils envoient presque tous les yearlings à la vente, à l’exception de Poitrel qui leur remportera pas moins de 17 courses dont la Melbourne Cup (1920) et de l’AJC Spring S. (1919) laissant les miettes aux champions Desert Gold (femelle NZ) et Gloaming.
 
Arrowfield s'est fait connaître comme un haras de pur-sang au début des années 1900 sous l’ère des frères Moses, avec l’importation d‘Angleterre des étalons St Alwyne (1899, arrivé en 1904 et fils de St Frusquin, 2000 Guinées et leading sire), de Earlston (né en 1904), de Powhatan (né en 1907), de Cardinal Beaufort (né en 1907 de John O’Gaunt), de Roseworthy (né en 1910), et plus tard, après la 1ère guerre mondiale, avec l’importation en 1919 du champion Valais (1913 Cicero) qui a été tête de liste des pères de vainqueurs à 5 reprises en Australie de 1925 à 1928 avec les performances de ses rejetons, Heroic (né en 1921 et 7 fois Leading Sires de 1933 à 1939) et aussi Mandred (1922), Fujisan (1921) et Valicare (f. 1922).
Pendant cette période, ils ont accumulé un certain «stock» de femelles exceptionnelles dont Wakeful (Caulfield Cup décédée à 27 ans en 1923), Lady Metallist, Night Watch (1913, Melbourne Cup).
 
 
 Wakeful dans un âge avancé
 
 
St Alwyne fut le père de deux vainqueurs de Melbourne Cup, Poitrel (1914 champion stayer appartenant à William et Frédérick A. Moses) et Night Watch (1913). Le Haras a également abrité Alwina (1923 St Alwyne), mère du crack Peter Pan (1929 Pantheon) (Melbourne Cup 1932 et 1934, étalon en 1935).
 
 
Mais seulement pour 12 ans….
 
Le mercredi matin 16 avril 1924, un matin pluvieux, nuageux dans la vallée de l’Hunter, plusieurs acheteurs (venant d’une grande partie du Commonwealth et même de Nouvelle-Zélande) dont les représentants de Widden Stud, (qui est encore aujourd’hui l’un des plus grands haras) Yarraman Park, The Manor Stud, Macquarie Stud, Kingsfield Stud, St Alban Stud, Kia Ora Stud… ) et un escadron de journalistes sont réunis pour une vente de dispersion à Arrowfield Stud, 87 ans après sa création et seulement 12 ans pour les nouveaux propriétaires.
 
La dispersion est d’autant plus unique que les propriétaires, les frères William et Frédérick A. Moses, renonçaient au plus fort de leurs succès. Pour la vente, ils avaient retenu les services de deux grands noms du négoce du pur-sang, William Inglis et Fils et Harry Chisholm & Co deux sociétés d’enchères basées sur Sydney.
 
"La vente pour dispersion d’Arrowfield Stud est un tournant dans l’industrie du pur-sang. Il y a bien eu déjà des ventes de grands haras, mais celle-ci n’a rien de comparable étant donné le grand nombre et la qualité des juments" (écrivait un journaliste, Bert Wolfe).
 
136 numéros sont programmés et les trois premiers lots sont trois importés, trois géniteurs du haras :
 
Le 1er lot, Valais âgé de 14 ans, accompagné de sa chèvre de compagnie dans le but de calmer les ardeurs du leading-sire. Le top-price record en Australasie était de 13.000 Guinées payées par le Duc de Portland pour Carbine en 1893. Serait-il battu ? Oui, ce sont les frères Thompson de Widden et Oakleigh Studs qui ont déboursé 14.400 Guinées.
Widden Stud a été créé en 1870 par John Thompson, un anglais immigré en Australie en 1832.
 
 
 Valais, top price de la vente
 
 
Le Lot N°2, un jeune étalon importé, pas à la mode, Poitrel (champion stayer né en 1914) ne fera pas recette et partira pour seulement 1850 Guinées payées par John Jeremiah Leahy
 
Le lot suivant était le légendaire St Alwyne âgé de 25 ans. Né en 1899, il est le fils de St Frusquin (2000 Guinées anglaises) et de Lady Alwyne (déjà mère d’une English Oaks-winner en 1895). Il était entraîné à Exeter House Stables (le lieu d’entrainement des futurs Tracery et Radium) par John Watson pour Leopold de Rothschild. Il n’a pas été un crack en courses mais il s’est rattrapé au haras donnant naissance à deux vainqueurs de Melbourne Cup, Poitrel et Night Watch. Le vieil étalon n’a fait que 200 Guinées payées par un éleveur victorian. Les frères Moses étaient tristes de voir ainsi leur étalon de la première heure, qu’ils avaient dorloté pendant 20 ans, partir dans l’indifférence.
 
La vente continue avec des filles de St Alwyne, de Chersonese (fille de Cylgad âgée de 9 ans et mère du crack Heroic, vendue 5100 Guinées à A.T. Crewswick), Mauve (âgée de 8 ans par le français Mauvezin) suitée d’un foal par Poitrel et Formaliter (âgée de 13 ans) suitée d’une pouliche par St Alwyne nommée par la suite, Alwina. Son acheteur J.H. Keys qui avait payé 150 Guinées pour le tout, revendra Alwina l’année suivante.
 
Le nouveau propriétaire, Rodney Rouse Dangar ne regrettera pas son investissement puisque au haras Alwina donnera naissance à un poulain, nommé Peter Pan (par Pantheon, lui-même fils de Tracery), qui deviendra l’un des meilleurs chevaux d’Australie pour l’entraînement de Franck McGrath (le Bart Cummings de l’époque) (23 victoires dont l’AJC Derby et la Melbourne Cup 1932 et 1934 un doublé qui n’avait plus été réalisé depuis 72 ans) avant de devenir étalon en 1935 jusqu’en 1941 date de son décès suite à un accident dans son paddock.
 
 
Peter Pan
 
 
Une seule jument ne trouvera pas preneur, Postea (Poseidon) avec juste raison puisqu’âgée de 24 ans, presqu’autant que St Alwyne.
 
Après cette vente, quel était le devenir d’Arrowfield, une propriété qui ressemble à un énorme terrain de cricket de 2000 acres traversés par la rivière Hunter sur six miles au beau milieu. Les frères Will (ou Bill) (décédé en 1926) et Fred Moses pourraient louer les terres à de nouveaux éleveurs, mais 14 mois plus tard, en juillet 1925, ils vendent à William Pearce Bowman (petit-fils de George) au nom de ses deux fils mineurs, Major Millington et Ray Millington Bowman. C’est un 3e de ses quatre fils qui en deviendra propriétaire (Tristan Millington Bowman, né en 1908). C’est ainsi que la propriété revient dans le giron familial, mais pour combien de temps.
 
 
La propriété revient dans le giron familial mais pas pour longtemps
 
La propriété est ensuite utilisée comme pâturage pour les moutons et vaches et une porcherie est mise en place. Au cours de la 2e guerre mondiale, une piste d’atterrissage est même construite.
 
En 1946, Tristan vend la propriété à John Norman Lawson. Lawson a été membre de la Chambre des représentants pour l'United Australia Party de 1931 à 1940 et a été ministre du commerce et des douanes pendant les deux dernières années avant de perdre son siège en 1940. Il se retire à Arrowfield, garde quelques chevaux sur les terres avant de décéder en 1956. Ses fils John Gordon et Rodney Beaumont héritent de la propriété dont ils se servent pour la production laitière et d’élevage de brebis pour la viande.
 
Notes :
Le nom du haras d’Arrowfield est, non seulement lié à son élevage de moutons et de bovins à renommée mondiale, mais aussi attaché, dans les années 60, à celui du célébrissime Star Kingdom.
 
Dans les années 1970, des vignes sont plantées. Il semble que Carpenter Ltd ait acquis le terrain et en partenariat avec Penfold Wines. Finalement, c’est Francis Investments Pty Ltd qui crée sa propre cave plutôt que de vendre seulement le raisin. Pas de bonne qualité et un marché trop peu important, le vin rouge est remplacé par le vin blanc. Et une fois de plus la propriété change à nouveau de mains, celles de Griffin Holdings.
 
 
La Hunter Valley est aussi remplie de vignes
 
 
Notes :
Par la suite, les différentes terres auront changé de mains à plusieurs reprises soit en tant que propriétaires soit en tant que locataire-exploitant, citons : celles (les mains) de Nick Whitlam, Simon et Gilbert Group (pour le vin sous le label Mount Arrow), celles de la famille Inagaki, majoritaire dans le Hokuriku Coca-Cola Bottling Co Ltd, celles du groupe The In Wine Group Australia Ltd (dont l’actionnaire principal est Hokuriku Coca-Cola Bottling Co Ltd)) et enfin Hollydene Estate.
 
Arrowfield, John Messara entre en piste
 
Fils d’un père crétois et d’une mère italienne, John Messara est arrivé en Australie dans les années 50, à 11 ans en provenance d’Alexandrie (Egypte). Il fait « fortune » comme courtier en bourse. C’est comme cela qu’il commence le propriétariat et l’élevage de chevaux.
 
 
John Messara, l'actuel big boss d'Arrowfield
 
 
Après une période où le nom d’Arrowfield a été plus souvent associé au vin plutôt qu’aux chevaux, Arrowfield «redémarre» à partir de 1985 sous la direction de John Messara. En effet, John Messara acquiert une participation majoritaire dans l’Australian Racing and Breeding Stables Ltd (ARABS).
Quand le domaine fut mis sur le marché en 1986 par Griffin Holdings, John Messara le reprit pour le compte d’ARABS puis en 1987 pour lui-même sous l’entité Arrowfield Group Ltd.
 
En mars 1989, le groupe inaugure le site d’Arrowfield totalement rénové. Toutes les infrastructures sont dorénavant consacrées au pur-sang avec des bâtiments pouvant accueillir 330 poulinières, 350 yearlings et foals, sans compter la station d’étalons.
 
A cette époque, l’Australie connaissait déjà un haut niveau d’activité dans les domaines des courses et de l’élevage avec un très gros potentiel commercial (cf 1987 : il apparaît que l’Australie est le second pays selon le classement d’enjeux moyens annuels par habitant derrière HK et devant le Japon). Elle s’intéresse désormais à des étalons de première qualité, alors que par le passé, elle récupérait abondamment les seconds rôles.
 
 
Arrowfield, home australien pour Kenmare, son fils Kendor et Danehill
 
Dès 1988, Arrowfield Group, (une compagnie cotée en bourse, qui abandonne définitivement son ancienne entité) acquiert Kenmare pour $AUS 6.M. (24 M. de francs), quelques valeurs européennes dont Bellotto (fils de Mr Prospector), Prego (Be My Guest) et 3 hautes valeurs en provenance de Coolmore Stud dont Ahonoora.
 
 
 Kenmare...
 
 
En août 1989, alors que de multiples offres de la part de Coolmore et d’Arrowfield avaient été émises dès le printemps, toujours repoussées, le champion de la famille Bader, Kendor (Kenmare) est loué afin de faire la saison en Australie. Il quitte donc sa Normandie et le Haras du Mézeray pour les Antipodes pour la saison 1990 de l’Hémisphère Sud et revient l’année suivante au Haras du Bois Roussel. Il fonctionnera à partir de 1994 au Haras de la Reboursière et de Montaigu où il décédera en juin 2007.
 
 
 
...et son fils Kendor
 
 
Update : Kendor est le père de Literato, donc le grand-père paternel de la gagnante du Prix La Camargo 2013 (Alterité)
 
C’était la première fois que le parc-étalon australien s’offrait le luxe d’intégrer un reproducteur muni d’un titre de tête de liste en Europe. C’était une évolution notable de la part des éleveurs du Vieux Continent qui allait précéder l’accès à une dimension internationale de leur production, aujourd’hui générée par leur recours généralisé aux tous meilleurs étalons de l’Hémisphère Nord, appelés sur leur sol pour y pratiquer la monte en «shuttle stallions» (Kenmare est justement revenu en Irlande en 1993-1994 pour la « double monte »)
 
Danehill a été le voisin de paddock de Kenmare et très brièvement de son fils Kendor. Croisé à une fille de Kenmare, Danehill est le père de Grey Lilas entre autres.
 
Notes :
  • Après dix années passées au Haras de Meautry où il était né, Kenmare (qui porte le sang de Grey Sovereign) rejoint l’Australie en septembre 1988 (l’année même de l’éclosion d’un certain Kendor). La transaction est rendue possible grâce à l’aide de Gérard Larrieu (Chantilly Bloodstock) et de Richard Galpin (Newmarket Bloodstock Agency).
  • Son sang est véhiculé par une douzaine de ses propres fils étalons (dont Kenfair, Kenvain, Keltrice, Fire Arch, Tribu, le français Metal Storm… et Baryshnikov qui lui a succédé dans la cour d’Arrowfield et qui a aussi fait la monte à Etreham). Il n’aura sailli que deux juments au cours de sa dernière année de monte en 1997 avant de décéder en février 2001. Il repose à Arrowfield.
  • Ahonoora : étalon de tête en Irlande (ex pensionnaire de l’Irish National Stud) a été «privatisé» en juillet 1987 en étant racheté par Coolmore Stud associé à Segenhoe Stud (le contact en Australie de Robert Sangster, haras leader en Australie). Syndiqué, il fera la monte 1988.

 

 

France-Sire vous emmène visiter Coolmore Australie en plein coeur de la Hunter Valley

 
 
A suivre, Danehill à Arrowfield, Messara contre Coolmore
 
En 1989, Arrowfield fait l'un des achats les plus importants de l'histoire de l’élevage australien quand il s’associe à Coolmore dans l’achat de Danehill pour £ 4.M. au Prince Khalid Abdullah.
 
Dossier complet :
 
1e épisode : les plus jeunes
2e épisode : une origine...originale !
3e épisode : un géant de l'élevage
4e épisode : dernier domicile connu
 
Lire aussi :
 
Les 50 ans de Northen Dancer (1e épisode) : d'où vient cet ovni nain ?

Les 50 ans de Northern Dancer (2e épisode) : le panthéon et les millions
 
Bibliographie
Extrait d’un document de Jessica Owers (une irlandaise dont la famille a immigré à Sydney) intitulé The 1924 Arrowfield dispersal.