La Teste - le 27/05/2020
Breeze Up Online en direct

Waregem 2015 : Taupin Rochelais, c'est pourtant simple !

05/09/2015 - Focus divers
 Mardi, à Waregem, c'est Taupin Rochelais qui a permis à Patrice Quinton de seller son cinquième vainqueur consécutif dans le Grand Steeple-Chase des Flandres ! Un incroyable quinquennat marqué par les succès, les bons choix stratégiques et la petite dose indispensable de réussitte (de quoi rendre jaloux quelques uns...).Mais revenons à notre Taupin qui, comme tous les "Rochelais", est issu de l'élevage Esnouf et autour duquel on a toujours eu la volonté de faire les choses le plus simplement possible, comme un long gaverbeek tranquille.

  
Taupin Rochelais dicte sa loi dans la dernière courbe du Grand Steeple-Chase des Flandres, devancant l'allemand Kazzio et son compagnon d'écurie Tomcat de Kerser

 

 

 Agé de 8 ans, Taupin Rochelais a donc profité de la grande kermesse flandrienne pour décrocher le sixième succès de sa carrière et surtout le plus prestigieux jusqu'à aujourd'hui. Pour lui, comme pour tous les produits du même label, les choses ont commencé sur la commune de La Rochelle-Normande (Manche) et les terres d'élevage de la famille Esnouf. Une structure qui compte une bonne dizaine de juments parmi lesquelles on choisit chaque saison cinq ou six éléments pour être saillies, afin de ne pas être débordé par les évènements.

 

 

Aux origines du succès

 

 

Si on connait l'histoire romanesque du champion Polar Rochelais (voir l'article : Polar Rochelais : un orphelin élevé par une jument cob), celle de Taupin est heureusement plus "simple". En 2006, on décide que Katia Rochelaise va connaitre les joies de la reproduction. Cette jument de caractère, par Panoramic, a quitté les champs de courses deux ans auparavant en ayant démontré de belles aptitudes sur les gros obstacles : elle a pris un chèque dans sept des huit steeple-chases provincials auxquels elle a participé, en en remportant trois lors de l'été 2003. C'est donc l'embarras du choix pour décider de l'étalon...Mais comme le confie Christophe DEVAUX  (gendre de Solange Esnouf et gérant également l'élevage) : "on voulait faire au plus simple et au plus proche, ne pas perdre trop de temps dans les transports et les kilomètres, ce n'est pas notre métier principal !"

En regardant autour de soi, il y a bien sûr AL NAMIX au haras de Mirande, situé sur la commune limitrophe de Sartilly...pourquoi faire compliqué lorsqu'on peut éviter de sortir du canton ? Après validation par l'homme de confiance, Patrice Quinton, qui n'a absolument rien contre le beau gris, fils de Linamix, le croisement est confirmé et tout se passe parfaitement, simplement. Et lorsque vient le moment de nommer, avec un "T", le poulain qui a hérité de la robe de son géniteur, on se souvient de l'adresse postale de l'élevage...village Taupin, encore une bonne chose de faite !

 

Une carrière de course déjà bien remplie

 

C'est donc quatre plus tard que Taupin Rochelais débute en compétition sous la casaque de l'écurie des Dunes, une troisième place encourageante sur les balais de cholet. Il faudra patienter encore quelques mois pour que le potentiel soit évident. Lors de l'hiver 2011-2012, il remporte deux succès sur les haies à Fontainebleau et Pau, puis enchaîne par des débuts victorieux sur le steeple angevins. Son entraîneur avoue : "Il etait clair qu'il était bon, on a même espéré qu'il soit vraiment très bon...!" Mais il montre certaines limites dans les belles épreuves parisiennes de sa génération. Ce qui ne l'empêchera pas de très bien gagner sa vie dans les gros handicaps richement dotés, pendant que son mentor a dejà commencé son règne belge !

L'année dernière, il est jugé digne de faire partie de la campagne flandrienne. Une découverte qui s'avère pour le moins concluante puisqu'il réussit à monter sur le podium avec ses compagnons de boxes et grands spécialistes de ce parcours atypique : loin derrière Royal Fou qui double la mise après son succès en 2011, mais bien devant Martalin qui était le double tenant du titre. Rendez-vous est donc pris pour 2015 !


Grand habitué du podium belge, Patrice Quinton peut savourer un cinquième succès consécutif qui le fait un peu plus rentrer dans la légende de Waregem. Thomas Beaurain connait lui l'ivresse de la première victoire et du bain dans le gaverbeek

 

Après une préparation d'orfèvre qui s'est conclue par une performance remarquable sur les haies vichyssoises, Taupin Rochelais se présente dans des conditions optimales au départ de ce handicap. Associé, comme l'année dernière, à Thomas Beaurain, il se place rapidement aux avant-postes et ne quittera jamais le trio de tête. Propre dans ses sauts et impeccable dans les enchainements impressionnants, comme la banquette suivie du Gaverbeek, il ne sera pas perturbé par la chute très prématurée de Royal Fou ou la grosse hésitation de Tomcat de Kerser, le quatrième Quinton, sur l'avant-dernière difficulté. Thomas Beaurain pouvant ainsi prendre l'intérieur de son compagnon de couleurs et coller la lice, ce qui n'est pas le moindre avantage lorsqu'on est à la lutte dans une arrivée jugée au milieu d'une grande courbe ! 

Taupin Rochelais devient donc roi des flandres en résistant au dernier assaut de l'allemand Kazzio. C'était bien lui l'adversaire redouté par le clan des dunes, car Kazzio restait sur deux succès impressionnant à Bad-Harzburg et, un peu plus tôt, il avait remporté le cross pour "nageur" à Hambourg-Horn.


Pour l'emporter dans le cross-country d'hambourg, comme KAZZIO, il faut avoir des qualités de nageur...et au sens propre du terme ! (voir le passage du lac au bout de 2'15'')

 

  Tout ce beau monde pourrait maintenant se retrouver du côté de Mérano, le 26 Septembre. Les quatres guerriers de Patrice Quinton y sont engagés, à eux de "dire" à leur entraîneur s'ils sont prêts à franchir les alpes pour cette nouvelle étape de la Crystal Cup. Enfin, du côté de l'élevage Rochelais, sachez que cela se passe très simplement pour la propre soeur de Taupin, Dance Rochelaise, et le petit frère de trois ans par Konig Turf, Chanel Rochelais qui ne va pas tarder à rejoindre les dunes.