Cheltenham - le 12/03/2020
Cheltenham Festival Sale

Derby d'Epsom : les aïeules françaises d’Australia étaient aveugles et infirmes

12/06/2014 - Grands destins
Le 12ème Lord Derby avait créé, en 1780, le Derby d’Epsom. Si son descendant, 19ème du nom, a élevé la mère d’Australia, Ouija Board, c’est un peu, quelque part, grâce au Haras du Mesnil qui a récupéré son aïeule infirme et sa fille aveugle. Par Xavier BOUGON.
La première édition du Derby d'Epsom s'est courue en 1780. 144 années plus tard Australia inscrit son nom au palmares de la plus prestigieuse course britannique
 
Une sacrée championne, mère du Derby-winner
Le Derby-winner 2014, Australia, est né des amours de Galileo et de Ouija Board, la championne de Lord Derby (Edward Stanley), entraînée par Edward Dunlop. Est-il besoin de rappeler que la fille de Cape Cross était une crack hors du commun (à la Goldikova) ; son nom figure au palmarès des Oaks anglaises (devant la fille d’Urban Sea, All Too Beautiful), des Irish Oaks, à celui, à deux reprises, de la Breeders’Cup Filly and Mare (sous la monte de Kieren Fallon et de Lanfranco Dettori), du Hong-Kong Vase, des Nassau St. (devant Alexander Goldrun), des Prince of Wales’s St. (devant Electrocutionist et Manduro). En outre, elle a pris les places d’honneur du Prix de l’Arc de Triomphe (de Bago), de la Coronation Cup (de Shirocco, monté par Christophe Soumillon), de la Breeders’Cup Filly and Mare 2005 (d’Intercontinental), des Irish Champion St. (de Dylan Thomas), de la Japan Cup (de Deep Impact), sa dernière sortie, à 5 ans, avant son entrée au haras en 2007.
 
Australia foal aux côtés de sa championne de mère Ouija Board
 
Un Galileo bon marché
Australia, avait été acheté yearling à ses éleveurs, «Teddy» et Peter (son frère, manager du haras) Stanley, 525.000 Guinées par Demi O’Byrne pour l’équipe de Coolmore et de leur associé d’un jour, le malaisien, Teo Ah Khing, président du China Horse Club, qui, par ailleurs, a des chevaux en pension en France chez Nicolas Clément.
 
Les 6 premiers top-prices de ces ventes Tattersalls d’octobre 2012 ont été l’apanage des yearlings de Galileo (42 étaient à vendre). Trois ont dépassé le million de Guinées et le top des tops est monté à 2,5 M. pour un frère d’Authorized. Le prix payé pour Australia est, tout compte fait, pas excessif compte tenu de la notoriété des deux parents. Il faut admettre que la jument avait beaucoup couru (22 sorties), est-ce la cause de ce prix «modique». Comme quoi, la génétique n’est pas une science exacte, heureusement me direz-vous. Il ne suffit d’avoir une jument inédite ou ayant peu couru pour faire un champion. Dahlia n’a-t-elle pas bien produit alors qu’elle a couru 46 fois de 2 à 6 ans. Pour Goldikova (27 sorties), l’avenir le dira !
 
Ouija Board n’a pas fait que des champions, puisqu’Australia est déjà le quatrième produit de sa mère, le premier black-type européen. Il est le premier produit de sa mère à être vendu yearling. Les trois précédents avaient été gardés par leur éleveur. Toutefois, le premier produit (Voodoo Prince, un Kingmambo) s’est imposé en Angleterre avant d’être vendu, castré, à Tattersalls à l’automne dernier pour 80.000 Guinées. Il vient de prendre du caractère gras en Australie. Le second, Aegaeus (Monsun), a été castré également puis l’a emporté à 3 et 4 ans à Lingfield et Kempton avant d’être vendu en Allemagne. Le troisième, une pouliche de Galileo, Filia Regina, a perdu son statut de maiden en août dernier à Yarmouth, ce qui lui a permis de rentrer au haras.
 
En 2012, Ouija Board a avorté d’un produit par Dubawi avant de mettre au monde l’an passé un mâle de Dubawi. Laissée au repos, elle a dû rejoindre une nouvelle fois Galileo.
 
Voir la vente de Australia yearling à Tattersalls
 
 
Notes :
Australia rejoint quatre autres vainqueurs du 20ème siècle, qui avaient également une mère gagnante des Oaks anglaises : Lammtarra (Snow Bride en 1989), Charlottown (Meld en 1955), Humorist (Jest en 1913), Gainsborough (Rosedrop en 1910).
Snow Bride avait donné naissance à Lammtarra avec les fruits de Nijinsky, vainqueur également du Derby, comme Galileo.
Galileo, en tant que père, remporte son 3ème Derby après ceux de New Approach et Ruler of the World. Son père, Sadler’s Wells a la main mise sur ce Derby puisque son autre fils, Montjeu, figure à 4 reprises avec ses rejetons, Motivator, Authorized, Pour Moi et Camelot. Sadler’s Wells est donc lauréat des 4 dernières éditions et même 5 puisqu’il est le père de mère de Workforce, mais est-ce une surprise ?
 
Le Mesnil, une fondation à co-notation américaine
Tout a débuté, quand un propriétaire-éleveur américain a débarqué en Europe à la recherche d’un établissement pouvant accueillir certains de ses pensionnaires, achetés ou élevés. A cette époque, William Astor Chanler (en photo ci-contre, en 1896) comme certains de ses compatriotes, s’intéresse aux courses européennes en raison de la toute nouvelle interdiction des paris dans l’Etat de New-York. Il importe donc quelques juments en France ou en Angleterre. Simper (née aux USA en 1903) est l’une des premières juments que son propriétaire envoie en France. C’est de cette époque que date la lignée maternelle d’Australia en Europe.
 
 
Sans la venue de l’américain William Astor Chanler, la famille Couturié se demande encore s’ils se seraient aventurés dans l’élevage de pur-sang. Le Mesnil était à l’époque une propriété avec sa belle demeure, ses quelques vaches laitières et des cultures maraichères mais aussi quelques chevaux pour la « promenade » et l’équitation.
 
 Madame Jean Couturié (à gauche) et son gendre Bertrand de Tarragon
 
Willie Chanler, qui passe la majeure partie de l’année en Europe, cherche donc un établissement pouvant accueillir Olympian (né en 1898, de la dernière production du champion américain, Domino) qu’il avait acheté en 1907 lors d’une réduction d’effectif de James Keene après avoir débuté comme étalon dans le Kentucky à Castleton Farm.
 
Chanler est persuadé que la terre qui produit de bonnes vaches laitières peut donner de bons chevaux de courses. C’est donc au Mesnil qu’il débarque en 1909. Mais Olympian va s’avérer un piètre étalon et un « flop » total. Il aurait vraisemblablement disparu lors de la 1ère guerre mondiale. Toutefois, notre homme enverra quand même quelques juments qui auront une autre histoire. Elles se révèleront inestimables au fil des années à l’image des juments Widener, en provenance des USA, en pension également au Mesnil avant même la première guerre mondiale.
 
Notes :
- William (« Willie ») Astor Chanler est né à Newport en 1867 et décédé à Menton en 1934. Il était le troisième d’une fratrie de neuf enfants et faisait partie, par sa mère, de la famille Astor (Waldorf, l’un des membres, a gagné 11 classiques anglais avec Craig an Eran, Court Martial, Saucy Sue, Pay Up…). Aventurier, il avait, à 27 ans, passé trois ans en Afrique de l’Est. Une brève carrière politique le mènera à la Chambre des Représentants des USA de 1899 à 1901. Puis il participera à certaines rebellions et des luttes d’indépendances à Cuba, en Libye, en Somalie et fourni des aides pour les insurgés en Chine, Turquie et Venezuela. Il a maintenu une vie active malgré l’amputation d’une jambe en 1915 à l’hôpital américain de Neuilly. En fin de vie, vivant à Paris, il devient romancier sous le pseudonyme de John Brent et Robert Hart. Après la 1ère guerre, Chanler possède des chevaux dans le sud de la France mais aussi en région parisienne comme le frère de La Grelee, Grand Guignol (Rabelais) (Prix Noailles 1923), Mandar (Prix de Ferrières à Longchamp en 1924) ou Seguridad (fils de Grand Guignol) vainqueur de l’Omnium à Longchamp à 3 ans (1932) et 3ème du Grand Handicap de Deauville (de Lovelace) entrainés par le cantilien Claude Halsey.
 
- A l’exception d’Helene de Troie (d’où La Troienne), Helicon (né en Angleterre en 1908), ne marquera pas de son empreinte l’élevage international et pourtant, il engendrera la pouliche La Grelee.
 
Son aïeule, La Grelee, une infirme, propriété d’un unijambiste
A la suite à son importation, Simper donnera naissance en 1910 au Mesnil à Grignouse (petite-fille d’Isinglass), gagnante à 3 ans à Saint-Cloud sous l’entraînement de William Pratt. Par la suite, Grignouse ne donnera naissance qu’à deux foals, La Grelee et Grand Guignol.
 
C’est à partir de 1918, l’année de naissance de La Grelee, que toute l’histoire débute. Fille de Helicon (petit-fils d’Isinglass également), La Grelee est tellement « tordue » et infirme que son éleveur, Willie Chanler, veut mettre fin aux jours de la pouliche mais Jean Couturié plaide en sa faveur et n’hésite pas une seconde à lui proposer de lui racheter. « Hors de question,  je vous en fait cadeau». Inédite sur la piste, elle va produire dix gagnants et deviendra l’une des matrones du Haras du Mesnil.
 
La matrone sarthoise, La Grelee
Son premier produit, Rialto, (1923 Rabelais) va s’imposer, pour Jean Stern, dans le Prix d’Ispahan, dans le très convoité Grand International d’Ostende et va terminer second, à 5 ans, du Prix de l’Arc de Triomphe de Kantar (portant les couleurs d’Ogden Mills, associé à Lord Derby). Il va devenir le père, entre autres, de Wild Risk, de Sif (la mère de Sicambre).
 
Sa propre sœur, Roahouga va remporter la Poule d’Essai des Pouliches 1928 et son demi-frère, Alcyon (Alcantara II) s’impose dans le Prix d’Ispahan, tous les deux pour les couleurs d’Edward Esmond qui les avaient achetés à Jean Couturié.
 
En 1930 va naître Phébé, une pouliche de Pharos, 3ème de la Poule d’Essai pour son éleveur. Elle deviendra la mère en 1937 de Phinoola (d’où Catalina, Kypris, toutes les deux vainqueurs de la Salamandre pour l’élevage Couturié, Pharamond, Grand Steeple-Chase de Paris), en 1945 de Doria, (2ème Prix de Diane, Vermeille, 3ème Prix d’Ispahan, dont descendent, entre autres, Neptune’s Doll, Argument, Famous Digger, Approach The Bench), en 1948 de Galatina (d’où Lovely Rose, Cistus, Lancastrian, Cumbrales, Gravières, Glaros....), en 1947 de Tradition (d’où Makalu, Neptunium, Trait de Génie, Bonne Gargotte, cette dernière est poulinière au Haras de Maulepaire) et de Gradisca.
 
Gradisca, le résultat d’un troc entre le Mesnil et Lord Derby
Les débuts de la collaboration entre le haras du Mesnil et Lord Derby (18ème du nom) remontent à 1918, lorsque ce dernier est nommé ambassadeur anglais en France. Lord Derby va troquer la sœur utérine du champion Alycidon, Amboyna, pour Gradisca.
Née en 1943, de Goya (fils de Tourbillon) et Phébé, Gradisca défendra les couleurs de son éleveur, Jean Couturié. Son entraîneur, Henry Count, lui fera gagner 4 courses à 2 et 3 ans. Elle prendra également la 3ème place du Critérium de Maisons-Laffitte et finira au pied du podium du Prix de Pomone.
Elle va devenir, en 1951, la mère de Tahiti, (née en Angleterre, d’un étalon maison, Tornado, fils de Tourbillon), gagnante du Prix de Diane et seconde de la Poule d’Essai. Issu de sa progéniture, Rex Magna défendra les couleurs du Mesnil. Gradisca est également la mère de Almah (d’où le champion australien, Kingston Town), et surtout celle de Samanda, née en 1956.
 
Samanda, aveugle, mère de Ouija
La fille de Gradisca, Samanda, 3ème mère de Ouija Board, a perdu la vue, très tôt, à cause de sa mère qui, courant dans les près, envoya sa pouliche dans la clôture lui écrasant le nerf optique.
Elle n’a évidemment pas couru et sitôt poulinière, elle avait son propre paddock. Ses différents foals portaient des clochettes afin qu’elle puisse les repérer (comme une certaine Vali). Elle donnera naissance à 12 foals, 9 vainqueurs et deviendra l’aïeule d’un fils de Green Desert, Owington, vainqueur de la July Cup pour le Baron Georg von Ulmann. En 1971 va naître Ouija (Silly Season).
 
Ouija
Montée par Willie Carson et entraînée par Bernard van Cutsem, Ouija va s’imposer à deux reprises à 3 ans dont les Fern Hill St. à Ascot, se classer 4e des Falmouth St. (Gr.3) et 5ème des Sun Chariot St. (Gr.2), sa dernière sortie.
Ouija va donner naissance pour Lord Derby à Teleprompter (champion miler), à Rosia Bay (qui, une fois vendue à Lord Porchester pour $ 600.000, a donné naissance à Ibn Bey, à Roseate Tern et à Cerise Bouquet, la mère de Red Camellia et la grand-mère de Red Bloom). En 1982, Ouija va faire naître Selection Board, la future grand-mère d’Australia.
 
Notes :
- Edward George Villiers Stanley, 17ème Lord Derby (en photo ci-contre, décédé en 1948), est l’homme aux 20 classiques (2000 Guinées x 2), (1000 Guinées x 7), (Oaks x 2), (Derby x 3 dont Hyperion), (St Leger x 6). L’actuel, le 19ème du nom, est né Edward Richard William Stanley, en 1962.
 
Lord Derby et Jean Couturié avaient trouvé un accord pour un échange entre Amboyna et Gradisca. Amboyna, la fille de Bois Roussel, avait terminé seconde des Yorkshire Oaks et 3ème des Coronation St. Après quoi, elle donnera naissance à un premier produit, Ash Plant (Nepenthe), gagnante des Pretty Polly St. au Curragh et mère de Celtic Ash (Belmont S.), de Ashavan (Prix Kergorlay, 2ème Irish St Leger, 3ème Irish Oaks et Prix Jean Prat, entrainée par Vincent O’Brien) et de Red Wood (Prix des Tuileries pour Lord Harrington et François Boutin, un ancien stagiaire du Haras du Mesnil). C’est en l’absence de Jean Couturié, décédé, que l’échange va intervenir (avec certainement un accord concernant le futur foal à naître, la future Tahiti, puisque née en Angleterre de Gradisca). Va naître ensuite pour l’élevage du Mesnil, Antarès (Norseman), second du Prix du Jockey Club pour Ralph Strassburger qui l’avait acheté yearling, 5 Millions de francs à Deauville (un record à l’époque). Tracy (Tosco) sera son dernier produit et va enlever le Critérium de Saint-Cloud (Gr.2) pour Mme Howell E. Jackson et l’entrainement d’Etienne Pollet (le maître de stage de François Boutin).
 
Le frère aîné d’Amboyna n’était autre que Borealis (vainqueur de la Coronation Cup et second du St Leger pour Lord Derby). Viendront après Amboyna, Woodlark (née de Bois Roussel en 1944 et à l’origine de Larkspur, de Orchestra), Alycidon (1945, étalon), Aldousa (1949, d’où Perrault, l’allemand Areion), Acropolis (1952 étalon).
 
- Jean Couturié, fils de Ferdinand-Henri, fondateur du Haras du Mesnil en 1908, est décédé en 1949 et avait épousé Elisabeth.
 
Une femme unique
Elisabeth Couturié (en photo ci-contre) était en avance sur son temps à bien des égards. Exerçant seule, après le décès de son mari en 1948, elle continua de faire la renommée du Mesnil dans le monde entier. Un journaliste anglais disait d’elle : « il s’agit d’une femme que nous aimerions tous avoir connu ».