Le phénix Bon Augure, c'est pour ça qu'on aime les courses

01/04/2017 - Infos générales
Que d’émotions à l’arrivée du Prix Air Landais ce samedi 1er avril 2017 à Auteuil pour les nombreux supporters de Bon Augure, le phénix qui renait de ses cendres. Près de 18 mois après son grave accident, une section du tendon du postérieur gauche, Bon Augure a fait pleurer ses propriétaires Lynn et Angus Mclennan.
La joie communicative d'Adrien Lacombe, Lynn et Angus Maclennan après la victoire de leur cheval Bon Augure dans le Prix Air Landais 
 
Bien que favori de cette superbe course à conditions, Bon Augure n’était pas le seul bon cheval de la course. Avant coup, Adrien Lacombe son entraineur nous avait prévenu. Il faudra battre Caiman Land qui est invaincu sur les obstacles, Mon Nickson, Argentique et le rentrant Vanilla Crush, tous d’excellents compétiteurs. Autre inconnue, la distance. Bon Augure, le fils de My Risk élevé par Joël Denis, n’avait encore jamais couru sur si long : 4400m. Ses succès précédents à Auteuil étaient tous sur 3500, 3600 ou 3700m.
 
Mais ce cheval n’est décidemment pas comme les autres. Après son terrible accident, Bon Augure a été mis en convalescence au Haras des Passions chez Mylène Peltier puis est revenu à l’entrainement en avril 2016 (relire l’article) et avait effectué sa rentrée, victorieuse bien sur, le mois dernier dans le Prix Jean-Claude Evain (relire l’article). Et comme lors de son récent succès, son entraineur Adrien Lacombe et ses propriétaires Lynn et Angus Maclennan ont été chaleureusement félicités. Après coup, son entraineur a confié vouloir prendre les courses comme elles viendront pour son représentant : "On verra comment Bon Augure va récupérer et j’ai en tête pour lui le Prix William Head (Listed, 4700m) dans 3 semaines. Je pensais aussi au Prix du Président de la République mais la course viendra trop tôt le 17 avril." Quant à la question d’une éventuelle participation au Grand Steeple Chase de Paris, son entourage reste prudent … pour l’instant.
 
Bon Augure et Angelo Gasnier ©APRH

On en parle dans l'article