Demain : Cheltenham
Cheltenham February Sale

Equistratis : différé complet du meeting de lancement de campagne 2019 à Vire

03/10/2019 - Découvertes
Après une série de conférences publiques, Equistratis organisait ce mercredi 2 octobre au soir, sur l'hippodrome de Vire ouvert par son président Guy Jean, son meeting de lancement de la campagne électorale. Près de 300 acteurs du trot, dont certains grands noms, écoeurés par le régime actuel qui perdure depuis des décennies et qu'ils estiment aujourd'hui incompétent, se lance ainsi à la conquête de la Société Mère.

 

 

 Il est étonnant de constater la différence fondamentale entre le trot et le galop dans l'abord de la campagne électorale 2019. Au Galop, le régime actuel est reconnu comme ayant mené d'importantes réformes lors de son récent mandant, mais les nombreuses listes lancées dans la campagne ne s'en recommandent pas tant que ça. Le président Edouard de Rothschild, qui n'a pas encore annoncé s'il briguait sa propre succession, n'est pas soutenu avec vivacité mais pas non plus combattu férocement à part par Serge Tardy, le Président du Syndicat des Propriétaires. A part ce dernier, qui a déclaré sa candidature à la présidence, les autres listes peinent à recruter un rival officiel à Rothschild. Car même si on le soutient, on ne peut pas envisager une élection sans concurrence. Au galop, Equistratis n'a certes pas de porte-drapeau en tête d'armée, mais pas non plus d'ennemis farouches et en fait, ses idées ont infusé progressivement un peu partout, et des éléments de son programme développé depuis 3 ans se retrouvent sur toutes les listes électorales ! Bref, le think tank avec ses idées nouvelles a plutôt bonne presse dans les salons feutrés du pur-sang et il n'est pas de bon ton d'y faire face au risque de passer pour un rétrograde et donc de saborder ses chances d'être élu.

Au trot, la situation est tout exactement inverse ! Deux blocs clairement identifiés s'affrontent. Pour la 1ère fois sans doute depuis le début de l'histoire de la SECF, l'équipe en place est challengée frontalement et ne peut plus désigner tout simplement son renouvellement au fur et à mesure dans une liste unique. Le Président actuel depuis 25 ans, Dominique de Bellaigue, a désigné son successeur en la personne de Philippe Savinel, mais Equistratis mène une campagne d'opposition particulièrement puissante, au point de pouvoir présenter 158 candidats dans les différents collèges régionaux et nationaux. Pour rappel, lors de l'élection 2015, il y a au total 160 candidats dans une liste unique pour 181 postes ! Pour la 1ère fois, les électeurs du trot vont avoir le choix entre deux visions qui s'opposent radicalement, car Equistratis tire à boulet rouge sur le bilan défendu par les sortants qui se retrouvent donc sous pression. Le Président de Bellaigue a même envoyé un mail à tous les candidats déclarés d'Equistratis indiquant qu'il pourrait faire invalider leur candidature ! Nous publierons l'échange in extenso dans les jours qui viennent. Autant dire que l'ambiance est extrémement tendue, à quelques jours des élections.

Pour rappel, le résultat de l'élection est le 31 octobre 2019 au trot. Ainsi, les électeurs du galop pourront en avoir connaissance avant d'engager les votes pour France Galop le 5 novembre. Cela comptera forcément, surtout dans la perspective de la gouvernance commune.

 


Thierry Duvaldestin et Pierre Levesque.


Près de 300 personnes se sont réunies à Vire.


Valérie Abrivard, Caroline Sionneau, Franck Pellerot, Danny Mottier et Christian Maréchal.


Jean-Pierre Barjon et Patrick David


Jean-Philippe Mary


Hugues Levesque


Thierry Besnard


Jocelyn Robert


Guy Jean