Martinborough, un pari réussi pour l'obstacle !

17/01/2022 - Zoom Etalon
Fils de Deep Impact, gagnant de groupe au Japon et issu d'une pure souche de plat, Martinborough est avant le coup l'antithèse du père de sauteurs... et pourtant ! Amené en France au Haras de Grandcamp avec le soutien de Guy Chérel et Jean Pierre Dubois, le jeune étalon perce en obstacle ces dernières semaines avec des recrues prometteuses. 

Martinborough, un invité assez atypique à la table des pères de sauteurs à suivre ! 

 

Considéré comme le Galileo japonais, Deep Impact a été un étalon à la réussite extraordinaire, qui a marqué durablement l'élevage mondial. Quand Martinborough est devenu son premier fils au Haras en France en débutant en 2017 à Grandcamp, il s'agissait donc d'une petite attraction. La particularité de ce cheval est qu'il a été ramené dans l'hexagone sous l'impulsion de Guy Chérel notamment, qui voulait ramené de la vitesse sur une jumenterie d'obstacle un peu "diesel". Un pari assez fou avant coup, puisque Deep Impact n'a évidemment aucune référence dans la discipline, et n'a même pas donné un gagnant de Nakayama Grand Jump, qui est la grande course du pays sur les obstacles. Et pourtant, quelques années plus tard et alors que sa première génération vient de prendre 4 ans, Martinborough répond déjà aux attentes... contre toutes attentes ! 

 

Deep Impact, référence mondiale en matière élevage

 

Evidemment, il est facile de dire que la pari est réussi une fois qu'il est réussi. Avant le coup, Martinborough n'avait rien pour faire un père de sauteur. Fils de Deep Impact donc, avec une mère par Nureyev, il a gagné 2 groupes en plat sur 2000m, et provient d'une famille exceptionnelle certes, celle de Cheval Grand, Vivlos, Singspiel ou encore Campanologist, mais sans aucun sauteur visible dans le pedigree. Après tout, quand ils sont nés pour le plat et qu'ils sont bons, pourquoi diable les faire sauter vous me direz ! Martinborough a pourtant sailli environ la moitié de juments à vocation obstacle sur ses 71 saillies de 2017, et semble en plus produire plus grand et puissant qu'il ne l'est lui-même. 

 

Revoir Martinborough à la Route des Etalons 2018 au Haras de Grandcamp

 

Il fallait donc avoir de la vision et de la suite dans les idées, c'est à dire bien exploiter les poulains à l'entraînement. Douées assez naturellement sur les haies, les jeunes pousses de Martinborough ont montré le bout de leur nez dès le printemps sur les obstacles parisiens avec Bella Scintilla, jugée digne de débuter dans l'important Prix Géographie, avant de monter sur le podium à Compiègne et Auteuil. S'il a fait beaucoup de vainqueurs en plat et même un black-type très précoce comme Central Park West, Martinborough a attendu l'automne pour faire son premier vainqueur en haies à Fontainebleau en novembre. 

 

Golden Sand, premier vainqueur de Martinborough à la fin novembre 2021 à Fontainebleau (aprh)

 

Depuis, les rejetons de Martinborough n'ont cessé de s'illustrer en haies voire même en steeple ! Un poulain comme Contre Ordre a enchaîné les succès cet hiver, tandis que Mind Glory, soeur du champion Master Dino, a ouvert son palmarès avec brio à Angers en décembre sous la coupe de François Nicolle. Inspace lui a apporté un premier black-type dans la discipline en se classant 2e du Prix André Massena (listed). Et enfin, et surtout, il y a le fameux Diavolezza, qui est invaincu en 2 sorties en haies après remporté le Prix Joseph de Gontaut Biron hier à Pau. Il est l'illustration parfaite du soutien apporté par Guy Cherel, qui l'a élevé, et avait donc présenté à la saillie dès 2017 sa mère Happy Fellow, une soeur de l'excellente Salsa Melody (Prix Bournosienne Gr.3) par Astarabad. Poulain au physique de déménageur, Diavolezza se dirige maintenant vers le Prix Camille Duboscq (listed), la Grande Course de Haies des 4 ans paloise. 

 

Au centre ici, le grand alezan Diavelozza semble être un prospect de premier plan en 2022 (photo Robert Polin)

 

Voilà donc une percée complètement folle et inattendue, mais sciemment préparée de Martinborough dans la discipline de l'obstacle. Cela tombe à pic, puisque le fils de Deep Impact sera à (re)découvrir ce week-end au Haras de Grandcamp lors de la Route des Etalons. A l'heure où la vitesse et la précocité sont de plus en plus requises en obstacle, il fait figure de bonne affaire à 3000 € la saillie...Qui l'eût cru ! 

Voir aussi...

Première en steeple de Nambiti et Ironique: Royan et Maisons-Laffitte dans la même foulée

Disputé en aval du Grand Cross, le Prix Pierre Le Ponner a été le théâtre d'une arrivée pour le moins extrêmement serrée, à tel point qu'il a été impossible pour les commissaires du Pin-au-Haras, malgré l'utlisation de la photo numérique, de départager qui de Nambiti ou d'Ironique est parevnu à s'imposer, ces pensionnaires d'Isabelle Pacault et Hector de Lageneste & Guillaume Macaire faisant donc afficher "dead-heat" à l'arrivée.  

Les futurs espoirs du Haras du #Pley

 Titulaire de 11 victoires en 2021, l’Elevage du Haras du Pley, animé par Anne et Baudouin de la Motte Saint-Pierre, a fait naître, cette année, 9 nouveaux produits, avec une majorité de mâles. Fer de lance de l’élevage, Piriac (victorieux lors de l’ouverture de la saison estivale de Clairefontaine) a vu sa fratrie s’agrandir par le biais d’un mâle issu de Martinborough. Suivez-nous pour découvrir le reste des foals ayant pointé le bout du nez, dans les prairies radonaises…

Plan de monte 2021 : Le Haras d'Ecouves tourné vers les jeunes étalons

Brillant de l’autre côté de l’Atlantique en fin d’année par l’entremise d’Audarya, lauréate de la Breeder’s Cup Filly & Mare Turf après avoir fait sien le Jean Romanet, cet été, le Haras d’Ecouves nous présente les croisements, mûrement réfléchis, qu’il s’apprête à effectuer, en intégrant une nouvelle poulinière, de grande famille… Un tiers de la jumenterie rencontrera des étalons débutants cette saison, lesquels ?