Haskell Invitational : Good Magic retrouve la lumière

31/07/2018 - Actualités
 Jugé comme le meilleur poulain américain avant la Triple Couronne réuni par Justify, Good Magic ressort de l'ombre aussitôt la fin de carrière de son rival en gagnant le très convoité Haskell Invitational (Gr.1), doté d'un million de dollars à Monmouth Park près de New York. Le pensionnaire de Chad Brown semble aussi robuste que son père Curlin.

 

 

Durant l'hiver 2017-2018, les américains ne parlaient que de Good Magic. Pensionnaire de Chad Brown, ancien assistant de Bobby Frankel, qui s'est imposé en quelques années comme un des entraîneurs les plus sensationnels des Etats-Unis, capable de regarder dans les yeux le roi Bob Baffert, Good Magic s'était envolé dans la Breeders'Cup Juvenile. Certes 3ème pour sa rentrée à 3 ans, il remporte les Blue Grass Stakes (Gr.2) à Keeneland le 7 avril et le Kentucky Derby du mois suivant sur l'hippodrome voisin de Churchill Downs, lui semble alors promis. Sauf que le même jour, quelques heures plus tard en Californie, Justify, qui n'avait même pas couru à 3 ans et disputait seulement sa 3ème course, lui prend la place de favori du Run for the Roses en remportant le Santa Anita Derby (Gr.1). La fin du printemps, période la plus importante pour les classiques de 3 ans de l'autre côté de l'Atlantique, verra le sacre de Justify qui remporte la si difficile Triple Couronne américaine (Kentucky Derby, Preakness Stakes, Belmont Stakes), qui était resté inaccessible pendant 30 ans jusqu'à l'avènement d'American Pharoah en 2015. 

 

Résultat de recherche d'images pour "good magic haskell invitational"
Good Magic, monté par Jose L. Ortiz

 

Après la triple couronne, la vie continue quand même avec une série de grands prix pour les 3 ans, dont le Haskell Invitational, doté d'un million de dollars, est l'un des points forts. Mais depuis quelques jours, Justify, blessé, a quitté la scène. Les cartes sont rebattues et Good Magic, dur comme un cric, reprend la place de leader de la génération. Dauphin du Kentucky Derby, 4ème des Preakness Stakes, absent des Belmont Stakes début juin, il pouvait sembler sur la descendante mais il repris un peu de fraîcheur pour revenir plus fort et réaliser une véritable démonstration à Monmouth Park, un hippodrome du New Jersey, au sud de New York, sous la selle de Jose L. Ortiz.

 

Résultat de recherche d'images pour "curlin stallion"
Curlin, un cheval de fer

 

Grand et puissant alezan, Good Magic est le portrait craché de son père Curlin, dont il porte d'ailleurs la même casaque jaune de Stonerstreet Stables (Barbara Banke). Curlin fut un crack, sacré cheval de l'année à 3 et à 4 ans pour l'entraînement de Steve Asmussen. Même s'il a été devancé (3e) dans le Kentucky Derby de Street Sense, Curlin a gagné 6 courses à 3 ans, dont les Preakness Stakes et la Breeders'Cup Classic, d'ailleurs disputée en 2007 à Monmouth Park. Il a enchaîné par 5 victoires à 4 ans dont 4 Gr.1, à commencer par la Dubaï World Cup. Avec 10,5 M$ de dollars de gains, il a été le cheval le plus riche de l'histoire. C'est aujourd'hui un étalon confirmé qui fait la monte à 150.000 $ à Hill'n Dale Farm dans le Kentucky.

Adjugé 1 million de dollars yearling à Keenelend, Good Magic a en fait été vendu en partie à E Five Racing Thoroughbred (Bob Edwards). C'est le 2ème produit de sa mère Glinda The Good, une gagnante de stakes par Hard Spun. Désormais revenu en tête de sa génération, Good Magic devrait enchaîner sur les Travers Stakes (Gr.1) le 25 août à Saratoga, puis poursuivre sur le Pennsylvania Derby (Gr.1) le 22 septembre avant de bien sûr viser la Breeders'Cup Classic du 3 novembre à Churchill Downs.


Voir aussi...

L'américain Kenneth Ramsey, propriétaire de 630 chevaux, veut réduire 50% à 81 ans

 Personnage épatant bien que soutien de Donald Trump après été fan de George Bush Jr, l'octogénaire Kenneth Ramsey est devenu le plus grand propriétaire américain, à la tête de près de 300 poulinières et 630 chevaux, dont l'étalon vedette Kitten's Joy. Alors que nous avions fait un grand reportage vidéo chez lui, à Ramsey Farm, fin 2015 dans le Kentucky, il annonce vouloir diminuer son effectif de moitié.