Un deuxième Tenno Sho Spring Fierement arboré par Christophe Lemaire

03/05/2020 - Actualités
Déjà lauréat de cette épreuve l’an passé avec Fierement, un fils de Deep Impact issu de la « FR » Lune d’Or, Christophe-Patrice Lemaire a réalisé l’exploit de remporter la version printanière du Tenno Sho de Kyoto (Japon) pour la deuxième année consécutive avec le même cheval et devient le premier jockey de l’Histoire à remporter quatre Tenno Sho (Spring & Autumn) d’affilée !
 
Christophe-Patrice Lemaire et Fierement, un duo détonnant au pays du Soleil-Levant
 (Photo: Japan Racing Association)
 
 
Trois ans que ce doublé n’avait plus été réalisé. Un doublé, si ce n’est un exploit, que seuls cinq chevaux sont parvenus à réaliser en l’espace de 30 ans : remporter deux années de suite le Tenno Sho Spring, un Gr.1 de longue haleine disputé sur les 3.200m du « turf » de Kyoto au Japon. Une prouesse que viennent de réaliser ensemble Fierement et Christophe-Patrice Lemaire ce dimanche 3 mai, faisant de la plus japonaise des cravaches françaises le premier jockey de l’Histoire à remporter quatre Tenno Sho d’affilée, après ses succès avec Rey de Oro en 2018 et Almond Eye en 2019 dans les Tenno Sho d’automne, et avec donc Fierement dans ceux de printemps en 2019 et 2020.
 
 
 
Illusion d'optique: on pense Fierement deuxième, mais son nez lui vaudra de décrocher la palme !
(Photo: Twitter HorseRacingInJapan)
 
 
Il s’en sera fallu de peu néanmoins pour transformer l’essai. Très peu. Un tout petit "nez" très précisément. En effet, après avoir longtemps musardé au milieu du peloton dans une course très sélective, Fierement a profité de la descente du tournant final pour se rapprocher des animateurs avant d’être décalé de leur sillage à l’entrée de la ligne droite par son partenaire, Christophe-Patrice Lemaire, qui a monté là une course à montrer dans toutes les écoles de jockeys, et de placer une magnifique accélération pour finalement priver Stiffelio (Stay Gold) du succès aux abords du poteau.
 
 
 
La genèse de cet exploit remonte un jour d’avril 2001 où naquit au Haras du Mezeray de la famille de Moussac, alors chaperonné par la toute jeune retraitée Christine Dutertre, une jolie pouliche bai répondant au nom de Lune d’Or. Une fille de Green Tune et de la bonne Luth d’Or (Grand Prix de Compiègne, L.), dont la lignée maternelle comporte notamment les noms de Viole d’Amour (Prix des Tuileries, L.) et Luth Enchantée (Prix Jacques-Le-Marois, Gr.1 et Prix du Moulin de Longchamp, Gr.1 ; 2e Prix de l’Arc de Triomphe, Gr.1). Bon sang ne saurait mentir, car cette même Lune d’Or sera sacrée championne à trois ans en Italie après son succès dans le Premio Lydia Tesio (Gr.1) sous la selle de Thierry Jarnet après ses succès dans les Prix Malleret (Gr.2) et Pomone (Gr.3) sur notre sol.
 
 
 
Lune d'Or, la mère de Fierement, adjugée 750.000€ à la vente d'Élevage 2010
(Photo: APRH)
 
 
Une fois sa carrière sportive terminée, Lune d’Or retourne au Mézeray pour y officier en tant que poulinière et, après avoir donné naissance à trois produits dont une certaine Learned Friend (Seeking The Gold), adjugée 700.000€ yearling et mère de l’excellent Inns Of Court, Lune d’Or est présentée à la vente d’Élevage Arqana 2010 pleine de Galileo et est achetée 750.000€ par Emmanuel de Seroux (Narvick International) pour le compte de Katsumi Yoshida, le « Big Boss » de Northern Farm au Japon, l’une des plus puissantes entités d’élevage au monde.
 
 
 
Katsumi Yoshida
 
 
Saillie en 2014 par la légende Deep Impact, Lune d’Or donne donc naissance à Fierement en 2015. Lauréat pour ses débuts à trois ans, le pensionnaire de Takahisa Tezuka s’est ensuite classé deuxième de Gr.3 avant de remporter le Kikuka Sho (Gr.1), le "St Leger japonais", avec Christophe-Patrice Lemaire en selle. Deuxième de Gr.2 pour sa rentrée à 4 ans, Fierement gagne ensuite le Tenno Sho Spring (Gr.1) pour la première fois de sa carrière avant de conclure troisième de Gr.2 en août, derrière Blast Onepiece (Harbinger), avec qui il partira en direction de la France pour tenter d’apporter au Japon sa première victoire dans le Prix de l’Arc de Triomphe (Gr.1). Mais le rêve a tourné au cauchemar, la faute à un terrain trop lourd pour leurs aptitudes. Blast Onepiece termine avant-dernier et Fierement à la dernière place, quinze longueurs derrière son compatriote... Le Japon devra encore patienter un peu avant de décrocher la plus belle course plate en France.
 
 
 
Fierement et Christophe-Patrice Lemaire se rendant au départ de l'Arc 2019
(Photo: APRH)
 

Quatrième de l’Arima Kinen (Gr.1) au début de l’hiver, Fierement n’avait plus été revu en piste dès lors mais s’élançait dans ce Tenno Sho Spring avec la confiance de son mentor et de son jockey. Une confiance qu’il n’a pas trahie puisqu’il est parvenu à décrocher le troisième succès de Gr.1 de sa carrière à 5 ans, permettant ainsi à son jockey, toujours deuxième dans la course à la Cravache d’Or avec dix victoires de retard sur Yuga Hiwada, d’inscrire un nouveau chapitre à ses exploits en terres nippones. 

 

Les exploits se jouent généralement à peu de choses...


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Evénements

Grand Bol d'Air : Dubaï World Cup 2011, l'après Fukushima

Annulée cette année en raison du Coronavirus, la Dubaï World Cup qui aurait du se disputer ce samedi 28 mars, a donné lieu en 2011 à une émotion aussi dramatique qu'extraordinaire. Seulement 3 semaines après la catastrophe de Fukushima qui marque l'une des pires pages de l'histoire du Japon, cette nation fascinée par les courses a trouvé dans le cheval son 1e motif de bonheur avec la victoire de Victoire Pisa, monté par Mirco Demuro, dans la course la plus riche du monde, à Meydan.