Le Grand Babu, Macaire et Reillier : les « vieux cuirs » du cross de Pompadour

25/05/2020 - Actualités
Toujours là du haut de ses douze printemps, Le Grand Babu a fait sien le Prix Nikanor pour sa rentrée hier sur le cross de Pompadour. Un hippodrome qu’il affectionne tout particulièrement, tout comme son metteur au point, Guillaume Macaire, ainsi que son éleveur, Jean-Michel Reillier, deux personnages emblématiques de l’Anglo-Arabie qui savent faire vieillir leurs protégés. 
 
Le Grand Babu, seigneur en son domaine à Pompadour (photo d'archives)
 
 
Ville où siège le château de Madame Jeanne-Antoinette Poisson, la Marquise dont la beauté et la richesse d'esprit ne laissèrent pas indifférent le roi Louis XV, Pompadour est également le haut-lieu du cheval et des courses hippiques. En effet, la Corrèze est le berceau du cheval Anglo-Arabe, dont les exploits réalisés par ces équidés sur l’hippodrome sous-plombant le château savent tenir en haleine les quelques milliers de personnes qui se massent à chaque réunion de courses pour encourager chevaux et cavaliers. Crise sanitaire oblige, pas de public ce dimanche pour le retour des courses à Pompadour, mais du spectacle, du très beau spectacle, avec en clôture de cette réunion de réouverture, le Prix Ornikar, un cross-country long de 5.000m qui n’a pas échappé à un grand spécialiste du tracé, Le Grand Babu, entraîné par Guillaume Macaire et élevé par Jean-Michel Reillier, qui a été maire de cette commune et président dudit hippodrome trente-sept ans durant.
 
 
 
Le Grand Babu et Killian Dubourg, un duo qui fonctionne à merveille (photo d'archives)
 
Fidèle à sa tactique habituelle, le fils de Balko s’est rapidement propulsé aux avant-postes, franchissant sans encombre les nombreuses difficultés de ce tracé très vallonné, avant de très bien répondre aux sollicitations de son fidèle partenaire, Kilian Dubourg, dans la phase finale, trois longueurs le séparant de Florela du Mont (Assessor), Sacha Malpic (Full Of Gold) concluant troisième, en retrait des deux premiers. Plus en forme que jamais du haut de ses douze ans, Le Grand Babu remporte ainsi la onzième victoire de sa carrière. Neuf d’entre elles ont eu pour cadre cet hippodrome de Pompadour et huit ont été obtenues sur ce parcours de cross ô combien exigeant et très technique, qui a toujours très bien réussi au duo Jean-Michel Reillier-Guillaume Macaire.
 

 
En effet, Le Grand Babu est le dernier produit de Maelis, excellente jument de cross ayant elle aussi gagné à Pompadour pour l’entraînement de Guillaume Macaire, tout comme d’autres chevaux issus de cette lignée : Maritorne, Maelis, Malandrin. Une affaire de destin lié donc entre le maître royannais et l’éleveur corrézien, qui avait déclaré un jour fabriquer « des chevaux très tardifs, qui en général ne commencent à gagner en cross qu’à 7 ou 8 ans mais qui durent sans problème jusqu’à 13 ou 14 ans ». Il faut dire que les deux hommes ont également vécu de grands moments grâce à deux chevaux Anglo-Arabes tout bonnement exceptionnels : Alphonse, lauréat de 21 victoires en 34 participations, et Anatole, dont les seize victoires n’ont eu pour cadre que celui enchanteur de l’hippodrome de Pompadour.
 
 
 
Jean-Michel Reiller avec Kilian Dubourg après son sacre avec Le Grand Babu dans le Grand Cross de Pompadour 2019
 

Fervent supporter de l’Anglo-Arabe de courses depuis des temps immémoriaux, Guillaume Macaire avait un jour déclaré à leur sujet : « Ces chevaux ont par nature une polyvalence exceptionnelle, ce qui leur permet de s'adapter à toutes les situations à travers le temps. Il y a un bon programme pour eux à Pompadour. De plus, le parcours de cross leur est favorable, car il est très technique. Il faut sauter souvent et très gros. Cela exige du fond, et de l'agilité, ce qui est en faveur des chevaux d'expérience ». Des chevaux qui, comme Le Grand Babu, ont souvent connu des blessures et observé un long temps de convalescence avant d’être remis à neuf et de reprendre du service, ces « galbés » se rappelant à notre bon souvenir en enlevant les deux ou trois courses auxquelles ils participent chaque année. De valeureux serviteurs, qui n’ont de cesse de se bonifier avec le temps, comme Grey Bird et Correzien de la Brunie à une époque, et aujourd’hui Le Grand Babu, qui prend part essentiellement aux épreuves de cross de Pompadour à la belle saison et ce depuis 2017. Une régularité et une polyvalence à toute épreuve, que l’on espère récompensées à l’occasion d’un deuxième sacre dans le Grand Cross de Pompadour, en août prochain. 

 

Guillaume Macaire, metteur au point toute race et tout âge confondus


On en parle dans l'article

Voir aussi...