La folle histoire d'Haru Urara, l'idole japonaise qui ne gagna jamais !

26/01/2021 - Actualités
En ces temps incertains, il est important de trouver de belles histoires qui nous apportent une note d'espoir. Aujourd'hui, nous vous parlons de l'incroyable destin d'Haru Urara, une jument japonaise qui n'a jamais gagné en plus de 100 courses, mais qui est devenue le symbole d'une nation qui l'appelait "The Shining Star of Losers Everywhere", car pour eux, essayer encore et encore avait plus de valeur que de gagner ! 

Avec son drôle de look et son manque d'aptitude en piste, Haru Urara est tout de même devenue une icône des courses japonaises

 

 Le début des années 2000 a été très dur économiquement au Japon. La bulle spéculative concernant les actifs financiers et immobiliers du pays avait alors explosé. Après un fort encouragement de l'épargne, des prêts à des taux ridicules, et une balance commerciale qui a fait monter en puissance le yen, les japonais ont fini par placer des actifs en dollars. A la fin des années 80, cette bulle immobilière était proche d'exploser, et l'a fait après la dépréciation du dollar. Face aux rapatriements des capitaux, le Japon est confronté à l'absorbation d'une masse de dollars dévalués à absorber, et s'enfonce dans une crise nationale. Bref, au début des année 2000, le Japon avait besoin de symboles pour y croire et se relever, et c'est en partie grâce à cette situation qu'est née la légende d'Haru Urara (traduisez "Glorieux Printemps), une pur-sang somme toute modeste devenue une star dans son pays... alors qu'elle n'a jamais gagné une course de sa vie ! 

 

 

Haru Urara est née en 1996 et a été élevée par un certain Nobuta Bokujo sur l'île d'Hokkaido. Elle est une fille du champion sprinter Nippo Teio, un triple gagnant de Gr.1, petit fils du phénoménal Lyphard. Personne n'achète Haru Urara, et elle est donc exploitée par son éleveur. A 2 ans, Haru Urara débute 5e et bonne dernière sur le petit hippodrome de Kochi, qui sera plus tard le théatre de sa plus grande gloire. En bref, Haru Urara est une vaillante demoiselle, mais n'a pas de moteur. De 1998 à 2003, elle court très régulièrement, mais n'arrive jamais à gagner. C'est en 2003, après sa 80e défaite consécutive, que les médias japonais s'emparent de son histoire, et commencent à populariser son nom auprès de tous les Japonais. A cette rude époque, Haru Urara est un symbole important de la mentalité japonaise, qui au-delà du simple vainqueur, valorise celui ou celle qui ne cesse d'essayer malgré ses échecs.  Haru Urara est ainsi surnommée "The Shining Star Of Losers Everywhere", un espèce de porte-drapeau pour tout ceux qui se battent pour y arriver, le plus souvent... sans y arriver ! 

 

Haru Urara

 

 

Si l'aura des courses japonaises est aujourd'hui à son firmament, le problème était le suivant : derrière les 4 grands hippodromes de Tokyo, Kyoto, Nakayama et Hanshin, il est dur pour un petit champ de courses d'exister. C'est ainsi que Kochi, la piste favorite de Haru Urara, s'est retrouvée au bord de la faillite en 2004. D'un autre côté, le "Haru Urara Boom" avait envahi le Japon, avec des figurines de la jument, reconnaissable au bonnet Hello Kitty rose vif qu'elle portait en course ! Même le premier ministre de l'époque, Junichiro Koizumi, en parle à la télévision, en disant qu'il "aimerait voir Haru Urara gagner au moins une fois. Elle est un bel exemple de détermination face à la défaite". Les japonais quant à eux, se servent des tickets de paris placés sur Haru Urara comme d'un porte bonheur accroché à leur voiture pour éviter les accidents ! On n'a jamais eu de mauvais cheval aussi célèbre ! 

 

Le petit hippodrome de Kochi, au sud du Japon

 

Bref, en 2004, Kochi est au bord de la fermeture, et Haru Urara n'a encore jamais gagné. Le 22 mars 2004, une grande journée est organisée à l'hippodrome, pour une course d'Haru Urara bien particulière. Pour la première fois, la super looseuse est associée à Yutaka Take, rien que ça ! Le champion des jockeys japonais se met en selle sur cette nouvelle icône, devant une foule de 13 000 personnes qui a investi le petit champ de courses, après avoir attendu des heures au portail pour acheter son ticket. Haru Urara est proposée ce jour là à 1,8/1 ! En effet, l'équivalent de 1,1M $ ont été joués sur ses chances de gagner, ce qui constituerait la faillite définitive pour Kochi ! Heureusement pour l'hippodrome, le miracle ne se produit pas, et Haru Urara termine 10e sur 11, et concède sa 106e défaite en 106 sorties... L'argent amassé grâce aux paris perdus permet de sauver la piste, et Haru Urara fait un tour d'honneur avec Yutaka Take, acclamée par la foule en délire ! Du jamais vu. 

 

L'hippodrome de Kochi rempli pour voir Haru Urara...perdre encore !

 

En août 2004, Haru Urara dispute sa dernière course, et se retire avec un record de 113 défaites consécutives ! Qu'importe, la valeureuse jument est devenue un vrai symbole, avec des portes-clés, des coques de téléphone, et même des t-shirts créés à son effigie. "The Shining Star of Losers Everywhere" donne son nom à un court-métrage de 19min sur la belle histoire de la plus célèbre looseuse de l'histoire des courses, qui fait même partie de la sélection officielle du Sundance Film Festival 2016, le plus célèbre festival de cinéma indépendant aux Etats-Unis. Les courses, et Haru Urara, ont été tout ce temps un symbole de combativité et de détermination face à la grande crise Japonaise, et vous ne trouverez pas beaucoup de pays où la valeur de la tentative est égale à celle de la victoire. Les dernières nouvelles d'Haru Urara ont été données en 2020, où elle coulait une heureuse retraite dans la préfecture japonaise de Chiba... Comme quoi, il n'y a pas de fin de vie oisive et champêtre que pour les cracks. Haru Urara ne ferait pas l'unanimité à l'heure des débats sur la compétitivité des pur-sangs, mais force est de constater qu'elle est devenue une idole nationale en essayant... Alors continuons d'essayer ! 

 

The Shining Star of Losers Everywhere from The All-Nighter Room on Vimeo.

 


Voir aussi...