Mahabala, le bel hommage de Frédéric Rossi et Yann Creff à Jean-Luc Laval

06/03/2021 - Actualités
Encore maiden avant ce dernier jour de février, Mahabala a réussi à s'imposer pour la première fois de sa carrière ce dimanche, sur la fibrée de Lyon-La Soie. Cette protégée de Frédéric Rossi, passée par l'Écurie Yann Creff et la Breeze Up 2.0 d'Osarus de l'an dernier, rend ainsi un très bel hommage à l'un de ses éleveurs, Jean-Luc Laval, qui nous a malheureusement quittés début janvier.  

Mahabala, fruit de l'élevage du Sarai de Chantal et Jean-Luc Laval, lauréate ce dimanche sur la fibrée de Lyon - La Soie (© Studio Henri Durand)

 

Si son Ouest chéri lui manque par moment, Yann Creff ne regrette pour rien au monde d'avoir choisi le Sud-Ouest comme terre d'accueil, afin d'y développer son activité de débourrage/pré-entraînement. Hormis peut-être lorsque le petit crachin s'abattant parfois sur les Landes, cela  ressemble à s'y méprendre aux trombes d'eau qui venaient arroser sa Bretgane natale quand il était plus jeune... Car si la pluie n'a eu de cesse de s'abattre sur Mont-de-Marsan tout au long de l'hiver, et plus particulièrement sur le centre d'entraînement de la ville, où il est installé depuis 2012, le soleil a quant à lui brillé de mille feux dans son coeur et celui de toute son équipe, ayant eu la joie de voir six de leurs anciens pensionnaires passer le poteau en tête, rien qu'au cours de ce dernier mois de février, dont trois sont entraînés à Calas, dans le Sud-Est, par le très en forme Frédéric Rossi.

 

Yann Creff, débourreur et pré-entraîneur de Mahabala, dans son établissement de Mont-de-Marsan

 

Une très belle passe de trois victoires obtenues en une semaine et un jour, débutée tout d'abord par une représentante de la casaque et de l'élevage de Guy Pariente, Bellaway, qui est parvenue à décrocher de très plaisante façon le troisième succès de sa carrière, sous le soleil de Cagnes-sur-Mer. Sept jours plus tard, à la même heure et au même endroit, l'élève du Haras d'Haspel, Bobbymurphy, "top price" de la Breeze Up Osarus "2.0" de 2020, laisse une très belle impression pour s'adjuger haut la main le très convoité Prix Policeman, au plus grand bonheur de son propriétaire, le footballeur M'Baye Niang, dans une course où Waipa, représentant de l'Élevage du Saraï, s'est défendu vaillament pour conserver le second et dernier accessit. Ce même établissement, appartenant à Chantal Laval et feu son mari, le regretté Jean-Luc Laval, a été de nouveau mis à l'honneur dès le lendemain, sur l'hippodrome de Lyon - La Soie, où une autre de leur protégée, Mahabala, élevée en association avec l'Élevage du Sarai de Béatrice et Xavier Kos, a réussi à briser son statut de maiden, rendant ainsi le plus beau des hommages à son éleveur, malheureusement et injustement emporté par la maladie, en janvier dernier.

 

 

Le regretté Jean-Luc Laval et sa femme, Chantal, éleveurs de Mahabala

 

Reprise en partant, la partenaire de Franck Blondel a longtemps figuré en deuxième partie du peloton, avant de se rapprocher tout à l'extérieur dans le tournant final pour débouler dans la dernière ligne droite sur la même ligne que les principaux animateurs. La représentante de Patrick Dreux, en association avec Marina Porta et Christian Cimolai, a ensuite très bien accéléré pour s'assurer définitivement le meilleur à 50 mètres du but, devançant d'une bonne longueur l'excellent finisseur Exterieur (Elusive City), venu dérober tout à la fin le premier accessit à Rochelaise (Dunkerque), qui s'est néanmoins montrée très courageuse après avoir longtemps supporté le poids de l'épreuve.

 

Mahabala, vainqueurs ensemble du Prix Senegali dimanche dernier, à Lyon - La Soie

 

Fille de Maxios élevée donc du côté de Jurançon, dans les Pyrénées-Atlantiques, au Haras du Bergeret de Chantal Laval et de son mari, Jean-Luc, Mahabala résulte d'une très bonne souche de chevaux allemands, étant le troisième produit de Madonna, une fille de Lando placée de Listed outre-Rhin et soeur des non moins doués Messi, gagnant au Canada des Sky Classic Stakes (Gr.2) et aux États-Unis des Knickerbocker Stakes (Gr.3), ainsi que de McCartney, lauréat à 2 ans des Champagne Stakes (Gr.2) de York sous la férule de Mark Johnston. Un peu plus loin dans le pedigree figure également le nom du très consistant More Wind, multiple gagnant de Listed en Allemagne et oncle d'Amico Mio, vainqueur chez nous, à Lyon-Parilly, de la Coupe des 3 ans (L.), ainsi que ceux de Majoritat (Preis der Diana, Gr.2 à l'époque) et de l'étalon Malinas (Oppenheim-Rennen, Gr.2, et deuxième d'un Derby allemand, Gr.1).

 

Mahabala, lors de son canter de présentation pour la Breeze-Up "2.0" d'Osarus, l'an dernier

 

Préparée ensuite à Mont-de-Marsan par l'Écurie Yann Creff, seul débourreur/pré-entraîneur à être installé sur un centre d'entraînement en France, en vue de la Breeze-Up Osarus de l'an dernier, Mahabala a été achetée lors de cette vacation d'un genre totalement nouveau - en raison des conditions liées à ce satané Coronavirus - par le courtier Nicolas Bertran de Balanda. Cette dernière a ensuite intégré, dans un premier temps, les boxes cabriessiens de Keven Borgel, dans le Sud-Est, chez qui elle a effectué ses grands débuts en compétitions, à créditer au mieux de deux cinquièmes places sur la fibrée de Marseille-Vivaux à 2 ans, avant de terminer quatrième pour sa première sortie en 2021, à 3 ans, sur celle de Cagnes-sur-Mer. L'élève de Chantal et Jean-Luc Laval est ensuite passée dans "la cour d'à côté", chez Frédéric Rossi, lui aussi installé sur le centre d'entraînement de Calas-Cabriès, pour qui elle vient donc d'enregistrer la toute première victoire de sa carrière... en attendant les prochaines !

 

Frédéric Rossi, entraîneur de Mahabala (© APRH)

 

Note: L'Élevage du Sarai a été créé il y a quelques années par Béatrice et Xavier Kos, et est situé à deux pas de ceui de Chantal et feu Jean-Luc Laval, du côté de Jurançon, dans les Pyrénées-Atlantiques. Très proches de ces deux derniers et aujourd'hui expatriés en Nouvelle-Zélande, Béatrice et Xavier Kos ont des chevaux en pension et en association avec le Haras du Bergeret, dont la mère de Mahabala, et ont également d'autres de leurs pensionnaires stationnés au Haras d'Etreham ainsi qu'en Australie et en Nouvelle-Zélande à présent.


On en parle dans l'article

Voir aussi...