L'avènement d'un grand dans le Ganay avec Mare Australis

03/05/2021 - Actualités
Mare Australis a le modèle d'un champion et le prouve aujourd'hui en piste en remportant un prix Ganay de haut vol, devant Gold Trip et Mogul. Le fils d'Australia, confié à André Fabre depuis sa saison de 3 ans, repousse ses limites encore inconnues pour le Gestüt Schlenderhan, qui tient là un prospect étalon tout à fait remarquable. 

Mare Australis, un physique monstrueux pour une classe hors du commun (APRH)

 

Ce n'est pas un "jaune" aux pattes blanches, mais bien un magnifique alezan brûlé au physique qui ne laisse personne indifférent. Certains éleveurs de plat et bien sûr d'obstacle voient d'un bon oeil l'avènement au plus haut niveau de Mare Australis, pensionnaire de André Fabre qui a cloué sur place ses adversaires dans le prix Ganay, en battant Gold Trip et Mogul notamment. André Fabre remporte pour la 7e fois ce prix Ganay, où il a été sacré avec deux futurs gagnants d'Arc de Triomphe : Waldgeist en 2019 et Subotica en 1992. Mare Australis, qui est un vrai cheval de 2400m, est encore tout neuf et a certainement de quoi commencer à regarder le premier week-end d'octobre avec intérêt. 

 

 

Elevé par la Baronne Corinna Von Ullman, la femme de Georg Von Ullmann, Mare Australis est donc un produit du Gestüt Schlenderhan, qui prend une véritable ampleur sur la scène européenne, confirmant la montée en puissance en 2020 après In Swoop notamment. Un peu plus en retard que son compère de casaque, Mare Australis ne se révèle pleinement qu'à 4 ans. Gagnant de son unique sortie à 2 ans chez Jean Pierre Carvalho, Mare Australis a fait partie du contingent envoyé en France par les Ullmann, accompagné chez André Fabre par Alson. Mare Australis n'a fait sa rentrée qu'en mai, avant de remporter sur 2400m le prix de l'Avre (listed). Il n'a alors pas couru le Grand Prix de Paris et attendu l'automne pour effectuer une rentrée dans le prix du Conseil de Paris, se classant 2e de Baron Samedi, un cheval endurci et qualiteux de Joseph O'Brien. Pour sa rentrée dans le prix d'Harcourt, il s'est permis de faire galoper Skaletti, et confirme aujourd'hui. En cheval dur et bourré de tenue, Pierre Charles Boudot l'a fait dérouler en tête avant de repartir de plus belle, en vrai crack. 

 

 

Pierre Charles Boudot attaque l'année en beauté avec le 1er Gr.1 de la saison (APRH)

 

Mare Australis n'est pas un "100% allemand". Sa mère Miramare, gagnante à 2 ans en Allemagne, avait été exportée en Angleterre où elle s'était placée de listed. Son père n'était autre que Rainbow Quest, étalon de la galaxie Juddmonte. André Fabre connaît bien la famille pour avoir entraîné des proches parents de Mare Australis comme Mer et Nuages, Montclair, Macleya... Pour produire Mare Australis, les Ullmann sont allés à Coolmore pour utiliser le champion Australia. Remarquablement bien né puisque par Galileo et la crack Ouija Board, Australia a vécu à la hauteur de ses origines, en remportant le Derby d'Epsom, le Derby d'Irlande, les Eclipse Stakes et les International Stakes lors d'une campagne de 3 ans époustouflante. 

 

 

Au Haras, Australia a tardé à s'affirmer, mais Coolmore était très confiant. Il s'est révélé avec sa seconde génération de 3 ans, qui contenait deux gagnants de Gr.1 nommés Order Of Australia (Breeder's Cup Mile) et Galileo Chrome (St Leger de Doncaster). Cette année, il a démarré très fort avec Sir Ron Priestley, Broome, et maintenant Mare Australis, qui devient son 3e gagnant de Gr.1. Australia transfère finalement beaucoup de tenue, et commence à faire parler de lui chez les éleveurs d'obstacle. Mare Australis s'affirme également comme un prospect de haut niveau pour le parc étalon européen, et pourrait comme beaucoup de chevaux de distance débuter directement pour l'obstacle... sauf s'il gagne l'Arc !

 

 

Australia en 2019 à Coolmore Stud 

 


Voir aussi...

Actualités

William Mongil, le retour du Mousquetaire Ă  51 ans

10 ans après avoir mis un terme à sa carrière de jockey, se consacrant pleinement à celle d’entraîneur, en France, puis en Allemagne, avant de partir au Maroc, William Mongil est revenu en Allemagne en juillet dernier, pour réenfiler bottes, breeches et casaque.  Après seulement 10 partants, l’ex-jockey des Aga-Khan a pu de nouveau sabrer le champagne, ce dimanche soir, ayant passé le poteau, en vainqueur, à Dortmund…