Rêves de cracks... à l'Elevage de Charreau

10/11/2020 - Focus Elevage
Vice-Président de la Société des courses de Pau, commissaire sur l’hippodrome du Lion d’Angers, et membre du service juridique de France Galop, Nicolas Landon n’en est pas moins éleveur. Implanté en Anjou, il nous accueille pour un tour de cour pour découvrir son élevage d'AQPS. Suivez nous… 

Nicolas Landon vous salue !

 

L’Elevage de Charreau, puisque c’est son nom, prend vie dans les années 2000. Fautrenne, jument courant sous les couleurs de Serge Landon, le père de Nicolas, mettant un terme à sa carrière de compétitrice, sera dirigée à l’élevage et sera ainsi la 1ère poulinière exploitée par Nicolas. Son 1er produit, nommée Morava, exploitée en course sous la casaque de Serge, pérennisera l’élevage, et, à ce jour, 2 des 4 poulinières de l’Elevage de Charreau en sont issues : Saisine et Armada.

 
 
Mâle par Gentlewave & Saisine
 
 
Ce mâle, né de l’union entre Gentlewave avec Saisine (Homme de Loi), seule poulinière à avoir mis au monde un produit sur les terres angevines cette année, est le frère de Gizeux, lauréat sur le steeple de Lignières. Comme tous les mâles naissant chez Nicolas Landon, ce produit est disponible à l’achat. Saisine est pleine de Magneticjim.
 
 
 
Armada
 
 
La sœur de Saisine, Armada (Early March), a mis un terme à sa carrière cette année après avoir remporté 9 courses sur 21, dont 7 cross, épinglant à son palmarès le Grand Cross de Saumur 2018. Mise tardivement à la retraite, Armada n’a pas été saillie, et le sera dans quelques mois.
 
 
Dacie
 
 
Dacie (Buck’s Boum), petite fille de Juppelongue (Prix d’Estruval, Glorieuse et Union des AQPS du Charolais) et descendante de la famille de Gloria IV, a rejoint l’effectif des poulinières, l’an dernier, après une carrière de courses soldée par 1 victoire en steeple, et « rentrant dans l’argent » à 6 reprises, sur un total de 9 sorties.  Présentée « en 1ère noce » à Magneticjim, dont elle est pleine à jour, ce sera donc son 1 er produit à naître, en 2021.
 
 
 
Burkina
 
 
On termine le tour du cheptel par le papier le plus fourni de la jumenterie : Burkina (Fragant Mix), provenant de l’élevage de la famille d’Armaillé. C'est une fille de Donatella II, lauréate du Prix Glorieuse disputé, en son temps, sur l’hippodrome d’Evry, descendante d’une famille où l’on retrouve Air du Nord, vainqueur du Prix de l’Elevage du Centre et 2ème du Prix de Craon, Socrate III, lauréat du Jasmin II, à Auteuil, Eloi II, vainqueur du Prix de l’Avenir et du Prix de Craon, Gabion, victorieux du Prix Violon II, et World Citizen, Imola II, gagnante des Prix Bango et d’Estruval et ayant produit Quinta (2ème du Prix de Craon) et Rameur (3ème de la Grande Course de Haies de Printemps). Son 1er produit est un 2 ans, répondant au nom d’Irish Point, issu de Joshua Tree. Burkina est pleine, à ce jour, de Kingfisher.
 
 
 

DECOUVREZ L’ELEVAGE DE CHARREAU EN CLIQUANT ICI
 
 
 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...