Décevant en Europe, So You Think domine le classement des étalons en Australie

11/04/2022 - Focus Elevage
Champion en piste en Australie, avant d’être acquis pour 25 millions de dollars par Coolmore, So You Think va également briller en Europe remportant encore 5 Gr.1. Entré étalon avec un profil rare, So You Think va faire la double saison de monte pendant quelques années. Cependant, après avoir échoué en Europe, il s’est installé en Australie, pays dans lequel il brille, ayant donné rien que ce samedi 3 gagnants au plus haut niveau. 

  So You Think ©Coolmore Australia

 

Ce samedi sur l’hippodrome de Randwick dans la banlieue de Sydney en Australie, se tenait l’une des plus belles réunions de l’année. Au programme, 7 courses de Groupe, dont l’important Queen Elizabeth Stakes (Gr.1), disputé devant des tribunes pleines à craquer. Si un nom a particulièrement brillé lors de cette journée, il est incontestablement à trouver dans la colonne des étalons, c’est celui de So You Think. En effet, le sire est le père de 3 gagnants de Gr.1, sur 3 distances différentes 1600, 2200 et 3200 mètres. Le plus beau succès reste celui de l’outsider Think It Over dans les Queen Elizabeth Stakes qui a su créer la surprise en dominant notamment la championne Verry Elleegant, dernière lauréate de la Melbourne Cup.
 
 
 
Think It Over à Randwick ©Racing NSW
 
 
Lui aussi champion de l’hémisphère sud, So You Think, un fils de High Chaparral né en Nouvelle-Zélande, avait remporté 5 Gr.1 en Australie à 2 et 3 ans. A 4 ans il est acquis par Coolmore pour la modique somme de 25 millions de dollars australiens, et rejoint les boxes d’Aidan O’Brien en Irlande. Le sculptural poulain noir ébène prouvera qu’il est un cheval de très haut niveau capable de briller sur le vieux continent. Pour sa première saison, il remporte 3 Gr.1 dont les Eclipse Stakes, en devançant notamment le gagnant d’Arc Workforce. Son entourage tentera le défi de le courir en fin de saison sur le dirt dans la Breeders’ Cup Classic (Gr.1) dans laquelle il se classa 6e. Enfin à 5 ans, pour sa dernière saison en piste il concluera 4e de la Dubaï World Cup, avant de remporter 2 nouveaux Gr.1 outre-Manche, portant son compte en banque à plus de 5 millions de livres.
 
 
  So You Think en début de carrière ©Racing.com
 
 
Champion en Australie, puis champion en Europe, So You Think possédait donc un profil rare en tant qu’étalon, et c’est donc logiquement que Coolmore lui a immédiatement fait faire la double saison de monte. Cependant sa production européenne va se révéler très décevante, ne sortant que 2 lauréats de Listed. Dans l’hémisphère sud, le constat est tout autre, puisque pour cette saison 2021-22, il trône en tête du classement des étalons, devant les stars locales I Am Invincible et Snitzel. So You Think est le père cette saison de 120 gagnants individuels, dont 7 de Stakes, pour un total de 15.7 millions de dollars australiens de gains. Celui qui fera la monte cette année de manière privée, était proposé l’an dernier à 77 000AUS$, et devrait voir la demande augmenter grâce à ces excellents résultats.
 
 
  Un jeune Joseph O'Brien était le partenaire de So You Think, avec sa crinière touffue ©The Guardian
 
 
La double saison de monte pour les étalons n’est pas un phénomène récent. Au 19e siècle déjà, le néo-zélandais Carbine passait 6 mois en Australie, puis 6 autres en Angleterre. Cependant réussir à s’imposer dans les deux hémisphères n’est pas donné à tout le monde, et à travers l’histoire, nombre de sires de très grande qualité ont échoué dans cette tâche. Galileo, le roi des étalons en Europe, n’a pas laissé une trace indélébile en Australie. Même constat pour son équivalent australien Redoute’s Choice qui n’a pas fonctionné en Europe. Parmi les exemples de réussite, on retrouve le chef de race Danehill. L’étalon Coolmore a marqué de son emprunte à la fois l’élevage européen et australien. Resté en Australie à l’année depuis 2016, So You Think est en train de devenir un étalon marquant dans l’hémisphère sud, après avoir échoué en Europe, ce qui est déjà une belle réussite ! 
 
 
Top étalon en Australie, Redoute's Choice ne s'était pas non plus installé en Europe ©Breednet

Voir aussi...

Inglis Easter Sale : les yearlings australiens, un marché de tous les records

Très attendue, la vente de yearlings de Pâques organisée par l'agence australienne Inglis réalise un résultat exceptionnel. Avec 17 yearlings millionnaires, dont un top price à 3M$ AUS, et une moyenne supérieure à 280 000 €, voilà un marché qui se relève incroyablement bien de la crise du Covid. L'étalon français Toronado, qui devient une star dans l'hémisphère Sud, a vu un de ses jeunes produits atteindre 850 000 $AUS. 

Premier partant, premier gagnant : l'étalon Coolmore Sioux Nation démarre fort en Irlande

Grâce à un superbe changement de vitesse dans les derniers mètres de course, Ocean Quest est devenue la première gagnante de sa génération, à savoir celle des 2 ans en Irlande. La pouliche offre ainsi une première victoire à son père Sioux Nation. Le fils de Scat Daddy, gagnant de Gr.1 à 2 ans sur 1200 mètres ne devrait pas en rester là, et est le grand favori pour le titre de meilleur étalon de première production européen.  

Le Golden Slipper pour Fireburn : le triomphe de son inconnu de père Rebel Dane

Course la plus riche au monde pour les 2 ans, le fameux Golden Slipper australien a été remporté haut la main par la petite Fireburn. Appartenant à ses éleveurs, elle met en lumière la volonté persistante de son propriétaire principal Louis Mihalyha, qui a également sorti de l'ombre son père Rebel Dane, dont il a élevé la famille depuis 3 générations. Cet étalon bien loin des stars de son pays est lui-même un cas à part. 

Cheltenham 2022 : Brazil, où quand Coolmore domine Niarchos sur la colline

C'était à s'y méprendre comme une joute classique de plat à l'arrivée du Boodles Juvenile Hurdle (Gr.3), lorsque Brazil et Gaelic Warrior se sont livrés à un duel de titans dans ce handicap pour 4 ans de 21 partants. Le vainqueur est un "Coolmore" propre frère du double vainqueur classique Capri, qui devance un "Niarchos" passé par l'école Macaire après son achat à la BBAG. Du 100% obstacle ? Certainement pas !